ADRACoronavirusInternationales

ADRA cherche à minimiser les risques liés à l’infection par la COVID-19 chez les migrants en Thaïlande

By 8 novembre 2021 No Comments

8 novembre 2021 | ADRA International

La Thaïlande a reçu son premier cas de COVID-19 le 13 janvier 2020 et a réussi à contenir le coronavirus jusqu’en décembre 2020. En janvier, les cas de COVID-19 ont considérablement augmenté, selon les rapports locaux. Depuis le 29 septembre, le nombre cumulé de cas a atteint 1,5 million, avec plus de 10 000 nouveaux cas par jour.

Les autorités thaïlandaises ont pour objectif d’administrer 63 millions de doses en trois étapes avant la fin de l’année. La population cible qui recevra les vaccins, comme l’a déclaré le gouvernement local, est constituée des populations à haut risque présentant des pathologies sous-jacentes, notamment les travailleurs de santé de première ligne, les travailleurs des secteurs de l’hôtellerie et des services, suivis de la population générale.

Identifier les personnes à risque

En Thaïlande, 2,3 millions de personnes seraient des migrants originaires du Cambodge, de la République démocratique populaire lao, du Myanmar et du Viet Nam, selon Quentin Campbell, directeur national en Thaïlande de l’Agence adventiste de développement et de secours (ADRA).

« Les populations les plus vulnérables et les plus marginalisées sont les migrants qui constituent une source de main-d’œuvre importante pour les industries essentielles », explique M. Campbell. Les rapports indiquent que les migrants constituent plus de 10 % de la main-d’œuvre totale de la Thaïlande.

« En Thaïlande, de nombreux lieux de travail des migrants sont désormais devenus des épicentres de la transmission de la COVID-19. Bien que le gouvernement local ait fait des progrès substantiels en fournissant des services publics aux travailleurs migrants, l’utilisation des barrières sociales et financières demeure en raison du fardeau supplémentaire de la stigmatisation, du statut de faible revenu, du manque d’accès aux services de santé et aux programmes d’aide sociale », explique M. Campbell.

La plupart des migrants sont sans papiers et vivent dans des zones reculées, loin des services publics, avec un accès limité à l’information sur la prévention et le vaccin contre la COVID-19, selon Campbell. Les migrants qui se sont inscrits au programme d’assurance maladie publique de la Thaïlande pourront recevoir un vaccin, mais on estime que seuls 51 % des migrants l’ont fait.

Campbell ajoute que les travailleurs migrants agricoles qui auraient un contrat de moins d’un an pour travailler dans le pays n’ont pas le droit de s’inscrire au programme, ce qui les empêche de recevoir le vaccin, selon un rapport de 2019 sur la migration en Thaïlande.

En janvier, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), principale organisation intergouvernementale dans le domaine de la migration en Thaïlande, a mené une évaluation rapide auprès de 316 migrants dans le district de Maé Sot (province de Tak) et a constaté que les migrants étaient moins bien payés que le travailleur moyen et que les heures de travail étaient réduites après l’épidémie de COVID-19 en Thaïlande.

Les conclusions de l’OIM Thaïlande indiquent également qu’environ 21 % des migrants n’ont pas pu trouver d’emploi, que 68 % ont signalé une réduction de leurs revenus, que 73 % ont accès à des masques faciaux, que 42 % ont accès à du désinfectant pour les mains et que 59 % ont déclaré ne pas avoir reçu d’informations sur la COVID-19 dans leur région.

Aider les personnes sans ressources

« Nous ciblons sept communautés de migrants à Maé Sot, dans la province de Tak, à la frontière avec le Myanmar, qui est une destination courante pour les migrants », explique Mme Campbell. « Nous espérons également fournir une aide à 5 000 travailleurs migrants, dont 1 000 enfants en âge scolaire. »

Pour faire face à l’augmentation de l’accès à l’information sur la COVID-19 parmi la population des migrants, Campbell dit qu’ADRA participera à des réunions de coordination et organisera des campagnes d’information sur les vaccins pour cibler 3 000 migrants, en collaboration avec les églises adventistes locales et les autorités locales. Deux mille autres migrants seront atteints par le biais de partenariats avec des organisations locales de la société civile.

En outre, il indique qu’il est prévu d’organiser des campagnes de sensibilisation à l’hygiène qui comprendront des informations sur la distance physique, le lavage fréquent des mains et le port du masque. Plus de 500 ménages devraient recevoir des articles d’hygiène. M. Campbell s’attend à ce que 85 % des ménages ayant reçu des articles d’hygiène déclarent utiliser régulièrement au moins un article d’hygiène pour réduire leur exposition à la COVID-19.

« Un autre obstacle à surmonter est la communication avec les migrants dans leur langue », déclare M. Campbell. « Parler leur langue et leur transmettre des informations dans un format qu’ils comprennent permettra d’instaurer la confiance et d’augmenter la probabilité que la population applique des pratiques sanitaires efficaces. »

Pour ce faire, M. Campbell ajoute que des documents d’information seront diffusés en birman afin de répondre aux besoins du groupe cible. Des formations seront également organisées pour former des équipes d’engagement communautaire qui aideront les plus vulnérables et les plus marginalisés au sein des communautés de migrants, notamment les personnes souffrant d’affections préexistantes, les enfants, les personnes âgées et les femmes peu alphabétisées, afin de faciliter leur participation et de les rendre plus autonomes.

En outre, ADRA établira des partenariats avec les églises adventistes locales, les secteurs de la santé publique et les établissements de santé afin d’impliquer les dirigeants communautaires qui joueront un rôle crucial en tant qu’influenceurs de la sensibilisation à la santé.

« À la fin de notre intervention, les communautés de migrants que nous servons seront interrogées pour évaluer ce qu’elles pensent du virus COVID-19 et des informations sur la prévention qu’elles reçoivent », explique M. Campbell. « Nous espérons voir si les perceptions de la communauté des migrants changent concernant les vaccins contre la COVID-19 et évaluer ce que la prévention de la COVID-19 signifie pour eux. »

Pour en savoir plus sur l’aide apportée par ADRA à la Thaïlande dans le cadre du projet COVID-19, cliquez ICI.

À propos d’ADRA

L’Agence adventiste de développement et de secours est le bras humanitaire international de l’Église adventiste du septième jour, présent dans 118 pays. Son travail renforce les communautés et change des vies dans le monde entier en fournissant un développement communautaire durable et des secours en cas de catastrophe. L’objectif d’ADRA est de servir l’humanité afin que tous puissent vivre comme Dieu l’a voulu.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply