Skip to main content
ADRACoronavirusInternationales

ADRA travaille en Tanzanie pour la sensibilisation contre la COVID-19 et la prévention des infections.

By 30 novembre 2021No Comments

16 novembre 2021 | Kimi-Roux James | ADRA International | Adventist Review

Parmi les 59 millions d’habitants de la Tanzanie, où se trouve la plus haute montagne d’Afrique, le Kilimandjaro, d’innombrables personnes ne croient pas encore à l’existence de la COVID-19.

L’Agence de développement et de secours adventiste (ADRA) en Tanzanie s’est efforcée d’apporter son soutien pendant la pandémie, mais a récemment réorienté ses efforts pour se concentrer sur l’élimination des obstacles à la sensibilisation et à la prévention de la COVID-19.

« La population tanzanienne est encore très divisée au sujet de la COVID-19 et hésite à se faire vacciner », a déclaré Sam Oyortey, directeur national de l’ADRA en Tanzanie. « On croit que la COVID-19 est un mythe et que les vaccins ne sont pas sûrs ».

Une partie du dilemme serait liée à la position antérieure du gouvernement local qui estimait que les vaccins étaient inutiles et qu’il n’était pas prévu de fournir les vaccins COVID-19 distribués dans d’autres pays.

Avec la nouvelle présidente de la Tanzanie, Samia Suluhu Hassan, l’administration est revenue sur sa position concernant les vaccins et s’efforce de faire distribuer les vaccins COVID-19 dans tout le pays.

« Avec le soutien du gouvernement désormais ouvert aux méthodes de prévention de la COVID-19, ADRA a travaillé en Tanzanie sur les efforts de réponse à la COVID-19 en se concentrant sur les groupes les plus marginalisés, notamment les enfants, les propriétaires d’entreprises et les personnes atteintes d’albinisme », a déclaré Oyortey.

Lors de ses recherches au sein de la communauté, ADRA a appris que les élèves quittant leur domicile pour aller à l’école utilisaient des bus et des dala dalas (motos) comme moyen de transport. Cela augmentait les taux de contact et d’infection chez les jeunes. En outre, les écoles n’étaient pas équipées de dispositifs de lavage des mains. Le manque d’hygiène sur les marchés a également rendu les vendeurs, dont la majorité sont des femmes, plus sensibles à la COVID-19 en raison de leur exposition à différents types de personnes, y compris les touristes.

Une autre population mal desservie par le coronavirus sont les personnes atteintes d’albinisme, dont l’accès aux services de soins de santé fournis par les organisations caritatives a été fortement réduit, car ces organisations ont fermé leurs portes par manque de financement.

« Notre objectif est de gérer la mise en œuvre de la prévention de la COVID-19 au sein de ces groupes, et notre priorité est de cibler 10 écoles pour installer des installations de lavage des mains dans des établissements qui n’en disposaient pas auparavant, et de coordonner des clubs COVID-19 pour 25 000 élèves, où les enseignants seront formés pour informer les jeunes sur le virus et leur apprendre à se protéger », a déclaré Oyortey.

Oyortey a également indiqué qu’ADRA travaillera avec 9 000 vendeurs sur les marchés publics pour leur montrer comment se laver les mains, porter un masque et garder une distance d’au moins six pieds (deux mètres), conformément aux directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les personnes atteintes d’albinisme touchées par la pandémie recevront également un soutien de l’ADRA en partenariat avec des bénévoles des églises adventistes locales, qui formeront les résidents de la communauté à la création de jardins potagers pour améliorer la nutrition de leur foyer.

« Il n’est pas nécessaire que notre pays souffre plus qu’il ne le devrait alors qu’il existe des mesures évitables qui peuvent être prises », a déclaré Oyortey. « L’ADRA continuera à apporter son soutien car les besoins sont si importants. Nous espérons également que nos semblables pourront comprendre la gravité de cette crise sanitaire et contribuer à minimiser ce virus mortel en s’impliquant dans la prévention. Le virus ne disparaîtra pas si nous ne faisons pas quelque chose tous ensemble. Nous avons besoin que les gens réalisent que le virus est réel et que nous pouvons faire quelque chose. »

 

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis