Skip to main content
CoronavirusInternationalesSanté

Au diapason de la musique

18 juin 2022 | Adventist Review

Q : La musique peut-elle améliorer ma santé ?

A : Sans aucun doute, certaines musiques aident les gens à se sentir heureux. Les enquêtes auprès de la population montrent que la musique est principalement utilisée à des fins de divertissement, de plaisir personnel, de remplissage d’espace et à des fins religieuses. Ainsi, la « santé », au sens couramment utilisé, n’est pas ce que les gens donnent généralement comme motivation pour écouter ou jouer de la musique, même si ces deux activités peuvent avoir des effets étonnamment profonds sur notre bien-être, que nous soyons malades ou en bonne santé. . Dans la Bible, David a utilisé la musique pour calmer Saül ; Hippocrate jouait de la musique pour traiter les patients atteints de maladies mentales en 400 av. et Pythagore, le philosophe grec, la prescrivait pour traiter les maux corporels et mentaux. La science moderne trouve maintenant les mêmes avantages et même plus.

La musique est un cadeau spécial pour l’humanité. Cela affecte non seulement notre humeur, mais aussi nos fonctions d’apprentissage et de réflexion. Les neuroscientifiques pensent que la musique active de nombreuses régions cérébrales et substances chimiques cérébrales et peut produire un recâblage physique dans les structures cérébrales connues pour moduler la fonction cardiaque. Il affecte les variations battement par battement des battements cardiaques (HRV), qui se sont révélées être un puissant prédicteur des maladies cardiaques et des décès. Il peut aider à soulager la douleur et à soulager le stress en réduisant le niveau d’hormones liées au stress dans le corps. La recherche montre que les personnes atteintes de bronchite chronique et d’emphysème respirent plus facilement en écoutant de la musique et ont une endurance et une tolérance modestes, mais sensiblement accrues aux exercices de haute intensité. Mais toutes les musiques et tous les gens ne sont pas les mêmes.

Certains types de musique peuvent générer du stress. Les rythmes cardiaque et respiratoire sont plus élevés en réponse à une musique excitante qu’en cas de musique tranquillisante. En 2015, des chercheurs finlandais ont découvert que la musique pouvait renforcer les émotions positives et négatives. Certains types de musique produisent de la tristesse ou soutiennent la colère et l’agressivité. Le rythme et d’autres caractéristiques de la musique, ainsi que la culture, l’âge, le sexe, les goûts musicaux et l’état émotionnel, peuvent tous influencer la façon dont nous pouvons réagir à la musique. Dans une étude, la musique perçue comme excitante, agressive et désagréable a perturbé la performance d’une tâche de mémoire et a conduit à un niveau inférieur de comportement altruiste rapporté chez les enfants de 10 à 12 ans. Dans une autre étude, des groupes de personnes ont été soumis à diverses compositions de Mozart, Strauss ou du groupe pop ABBA pendant 25 minutes chacune par jour pendant trois jours. La musique de Mozart et Strauss a fait baisser la tension artérielle et le rythme cardiaque, contrairement à la musique d’ABBA. Les tempos plus lents, les mélodies tranquilles, les progressions d’accords progressives et les rythmes apaisants de la musique classique réduisent l’insomnie légère à modérée. Il existe même des preuves que les personnes qui écoutent de la musique classique apaisante pendant 20 minutes par jour peuvent augmenter l’activité des gènes associés à la mémoire, ainsi qu’une augmentation de la sécrétion de dopamine et des interconnexions nerveuses.

Pendant la pandémie de COVID, il a été démontré que des séances de musique individuelles amélioraient les niveaux d’oxygène dans le sang et réduisaient l’anxiété – imaginez ça !

La musique est un contributeur incroyable à la santé et au bien-être. Un cerveau heureux est un cerveau sain. Remerciez Dieu pour ce cadeau !


Peter N. Sans terre, un cardiologue nucléaire certifié, est directeur des Ministères Adventistes de la Santé à la Conférence Générale.

Zénon L. Charles-Marcel, un interniste certifié par le conseil d’administration, est directeur associé des Ministères Adventistes de la Santé à la Conférence Générale.


Abonnez-vous au BIA par Telegram.

Recevez les dernières informations sur votre portable sur le canal Telegram @adventisteorg ou flashez ce code :

Abonnez-vous au BIA par e-mail. C’est gratuit !

Flashez le code ou suivez ce lien puis introduisez votre adresse e-mail. Ensuite, confirmez l’abonnement par e-mail.

Pôle communications

Author Pôle communications

More posts by Pôle communications
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis