Skip to main content
Internationales

Aujourd’hui, je choisis de pardonner

2 juillet 2022 | Michelle Norfolk | Adventist World, juin 2022

Pendant de nombreuses années, j’ai livré une lutte acharnée contre le pardon – ou l’absence de pardon.

Je ne parle pas des petites choses de tous les jours : un automobiliste qui me coupe la route, une question urgente dont la réponse se fait attendre, le gamin du voisin qui s’exerce à la trompette sous son porche à des heures impossibles… Non, je parle des vraies grandes choses – des blessures infligées sans excuses, sans confession, sans imputabilité. J’ai lutté pour choisir de pardonner la douleur qui a changé le cours de ma vie à tout jamais.

L’amertume que j’entretenais, m’a dit mon pasteur, est comparable à boire du poison tout en attendant que ceux qui m’ont blessée rendent leur dernier souffle… Mais c’était peine perdue. Je n’arrivais tout simplement pas à m’en défaire ! La Bible nous dit : « Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous. Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. » (Ep 4.31,32)* Comment une telle attitude était elle possible alors que les douleurs du passé étaient encore si intenses ?

SI VOUS NE DEVENEZ COMME DES PETITS ENFANTS…

Dès mon plus jeune âge, ma famille et mes différents moniteurs de l’École du sabbat m’ont enseigné le pardon. Aujourd’hui, j’enseigne à mon tour cette valeur importante tout au long de ma journée de travail avec les tout-petits de ma garderie. Il arrive qu’un enfant prenne un jouet à un autre, et que l’enfant brusqué pleure bruyamment, puis s’effondre en faisant toute une scène, « mortellement blessé » par cette insulte. J’informe rapidement le coupable de ses mauvais choix et l’amène à s’en repentir, à s’excuser, et à rendre le jouet en donnant l’accolade. La scène d’hystérie se termine aussi vite qu’elle a commencé ! Les deux enfants s’éloignent en trottinant, laissant, en général, le jouet sur le sol. Ils rient et jouent ensemble comme si rien ne s’était passé.

Dans notre monde d’adultes, comment peut-on devenir comme ces petits enfants ? Comment le pardon peut-il être aussi simple ? Jésus l’explique : « Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. » (Mt 18.3)

À un certain niveau, tout le monde peut compatir au fait d’être blessé, et je ne suis certainement pas une exception. Lorsque j’étais l’un de ces enfants innocents, certaines choses ont bouleversé ma perception de l’amour. Bien que l’on m’ait toujours appris à pardonner, j’ai eu du mal à comprendre pourquoi je n’arrivais pas à oublier ma douleur. Ça faisait longtemps que je me battais contre moi-même. J’étais en colère… Très en colère ! Dans ma situation, il n’y aurait ni excuses, ni explications, ni restitution ou réparation. Je me suis retrouvée avec cette horrible amertume, avec la culpabilité qu’entraînait mon incapacité à lâcher le morceau. Et ma douleur demeurait intacte.

En plus de ma colère, je suis tombée en dépression – une dépression qui a durci mon cœur. Elle m’a transformée en une personne que je n’aimais pas, et m’a empêchée de servir Dieu de la façon dont il m’a créé pour servir.

Certains pourraient dire : « Michele, si tu avais remis ta douleur à Jésus, il aurait pu la guérir. » Vraiment ? Ce n’est pourtant pas ce que j’ai vécu ! Se faire « dire » de pardonner n’est pas forcément réconfortant ; je dirais même que parfois, ça empire la douleur. Ce « conseil » peut avoir une saveur de condamnation pour ceux qui n’arrivent pas à gérer leurs émotions.

Eh bien, soit ! J’ai prié Dieu, je lui ai remis ma douleur… mais en vain ! Comme rien ne se passait, je l’ai reprise, j’ai boudé, j’ai fait la moue. Au bout d’un moment, je l’ai remise à nouveau à Dieu, et l’ai supplié de faire disparaître mon amertume et mon désespoir. Mais chaque fois que je lançais ma souffrance au ciel, elle me revenait tel un boomerang, plus sombre et désespérée que jamais. Il fallait que quelque chose change !

LEÇONS TIRÉES DE LA PRIÈRE DU SEIGNEUR

Les années ont passé. Un jour, j’ai entendu un sermon sur le Notre Père. Le pasteur a expliqué avec douceur et clarté le mystère du pardon. Dieu pardonne mes péchés en fonction de la manière dont je pardonne à ceux qui ont péché contre moi. Si je choisis de ne pas pardonner, je choisis de ne pas être pardonnée – c’est aussi simple que ça (voir Mt 6.14,15). Et mes péchés ne sont pas jugés sur une échelle différente de celle des autres. Il était clair que je devais trouver une solution à ce problème de pardon.

Jésus a dit aussi d’aimer nos ennemis et de prier pour ceux qui nous font du mal (voir Mt 5.44). Prier pour les méchants ? Ils m’ont fait du mal, certes, mais en y réfléchissant, je me demande maintenant comment ils ont pu devenir si abîmés sur le plan émotionnel, et je me dis qu’après tout, ils ne se rendent peut-être pas compte du mal qu’ils m’ont fait. Je me suis mise à prier pour eux. Et mon cœur a changé… et ma guérison a commencé ! Il était possible que leurs cœurs guérissent, eux aussi.

Par le passé, il m’est arrivé de prier pour ceux qui m’ont blessée (des prières pas très gentilles), mais maintenant, j’ai demandé sérieusement à Dieu de les guérir, d’ouvrir leurs yeux et leurs cœurs, d’enlever l’infection des générations pécheresses, et de leur donner une vie toute nouvelle. Tandis que je priais pour eux, mon propre cœur s’est adouci peu à peu. Au lieu de demander à Dieu de faire disparaître la douleur, je lui ai plutôt demandé de m’aider à pardonner à ceux qui m’ont fait du mal ; de m’aider à comprendre, à apprendre, et à grandir.

RECONNAÎTRE LA DOULEUR

On ne peut pas pardonner ce que l’on ne reconnaît pas. Lorsque Joseph reconnut ses frères, lesquels avaient été si cruels envers lui dans sa jeunesse, il fit sortir tout le monde avant de leur révéler sa véritable identité.

« Mais il pleurait si fort que les Égyptiens l’entendirent, et que la nouvelle en parvint au palais du Pharaon. » (Gn 45.2, BFC) C’est alors qu’il leur dit qui il était. Il fit face à la douleur dont ils étaient la cause et choisit de leur pardonner.

Cette expérience de Joseph m’a permis de ressentir toute l’ampleur de la tristesse que j’ai essayé de gérer pendant tant d’années. Comme lui, j’ai pleuré de façon incontrôlable en revoyant les scènes dans mon esprit. Je les ai passées au peigne fin avec plus d’honnêteté et moins d’hystérie. La vérité, c’est que de mauvaises choses sont arrivées, et qu’elles ont empoisonné ma vie. Il m’a été pénible de retourner dans ces zones sombres, mais ça en a valu la dépense. En examinant mes souvenirs de plus près, j’ai commencé progressivement à comprendre que ces monstres n’étaient, en fait, que des êtres brisés vivant dans un monde de péché. J’ai commencé à réfléchir aux raisons pour lesquelles ils ont fait ces choix, à la façon dont leur propre vie a pris une tournure terrible et entraîné une telle angoisse. Au lieu de me sentir terriblement blessée et en colère, j’ai éprouvé de la pitié et de la compassion.

Mes prières vengeresses d’avant se sont alors transfor- mées en prières compatissantes. En songeant à la façon dont Jésus a aimé ceux-là mêmes qui le clouaient sur la croix, à sa demande à son Père de leur pardonner, com- ment pourrais-je comparer ma souffrance à la sienne ? Et soudain, j’ai renoncé à mon désir de vengeance. « Ne ren- dez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes. S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère ; car il est écrit : À moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur. » (Rm 12.17-19)

Je ne laisse personne s’en sortir indemne au niveau moral ou légal. Chacun est responsable de ses choix devant Dieu et devant nos lois. Et j’encourage ceux qui ont été maltraités à rechercher de l’aide professionnelle. Il ne s’agit pas de laisser les criminels en position de nuire à une autre victime innocente. À trois reprises, la Bible nous dit ce que Dieu pense de quiconque fait du mal aux enfants : « Vaudrait mieux pour lui qu’on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu’on le jetât au fond de la mer » (Mt 18.6 ; voir aussi Mc 9.42 ; Lc 17.2).

UNE VIE TRANSFORMÉE

Vous vous demandez peut-être si ma vie a changé… si je suis complètement guérie de ma colère et de mon amertume… si j’ai choisi de pardonner complètement… La réponse, en bref, c’est oui ! Et lorsque de mauvais souvenirs refont surface de temps en temps, je me rappelle de prier pour la guérison et la compréhension. Mais chaque jour, je peux choisir de pardonner. Ma liberté en dépend, car le pardon procure une liberté extrêmement puissante.

Le pardon, ce n’est pas la justice, ni la réconciliation, ni une garantie de bonheur jusqu’à la fin des temps. C’est simplement remettre mon cœur à Dieu. J’ai l’as- surance qu’il connaît chaque petit détail sur l’humanité entière et qu’il va régler le tout avec un amour extraordi- naire et un jugement décisif.

Dieu m’a fait un beau cadeau tout au long de ce long processus, m’a-t-on rappelé. Par conséquent, c’est un honneur pour moi d’aider ceux qui sont seuls, angoissés, ceux qui ont vécu des situations très difficiles. Je peux leur dire comment Dieu m’a aidée à choisir la liberté et la paix.

« Au reste, frères, soyez dans la joie, perfectionnez- vous, consolez-vous, ayez un même sentiment, vivez en paix ; et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous. » (2 Co 13.11)


* Sauf mention contraire, toutes les citations des Écritures sont tirées de la version Louis Segond 1910.


Michele Norfolk est un pseudonyme.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis