Skip to main content
CoronavirusInternationalesSanté

COVID-19 et les principes de santé adventistes

15 avril 2022 | David Pennington | Adventist Record

Il n’est pas nécessaire de rédiger une longue introduction à un sujet qui a fait l’objet de presque tous les bulletins d’information quotidiens au cours des deux dernières années. Je vais donc m’y mettre tout de suite, avec votre permission….

Le débat sur les mesures primaires d’évitement de la COVID-19 sévère a été éclairé par l’étude la plus intense de toutes les maladies infectieuses, du moins dans ma carrière médicale de 50 ans. La majorité de la littérature médicale de l’année dernière s’est concentrée sur la vaccination pour réduire le risque d’infection grave par le COVID-19. Bien que la vaccination ait ses limites, notamment en raison de la diminution de l’efficacité des doses de rappel contre la souche Omicron, plus « douce » 1, la vaccination reste la « référence » pour la prévention de l’admission en soins intensifs et du décès. Les effets secondaires graves de la vaccination sont en moyenne de l’ordre de 1 à 3 pour 100 000. En Australie, il y a eu 11 décès dus aux vaccins COVID sur plus de 30 millions de doses. En outre, de nouveaux vaccins plus sûrs et plus efficaces sont rapidement mis au point.

Depuis de nombreuses années, en tant qu’adventistes, nous faisons la promotion de la valeur des huit principes naturels de la santé dans la prévention des maladies liées au mode de vie, comme le diabète, les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et un certain nombre de cancers, en nous appuyant sur des preuves solides. On a beaucoup écrit sur le rôle d’un régime à base de plantes, qui est essentiel. Cependant, nous savons que l’exercice modéré, l’exposition modérée au soleil, la consommation adéquate d’eau propre, le repos adéquat et une relation de confiance avec notre Créateur, jouent tous un rôle important. La science est venue s’ajouter à cela, avec des données indiquant que la vitamine D, grâce à une exposition modérée au soleil, joue un rôle important dans l’immunité innée, tout comme l’exposition à certains produits chimiques aromatiques présents dans les forêts 2.

Nous possédons une immunité innée dès la naissance, mais elle s’affaiblit malheureusement de manière significative à un âge plus avancé. Il s’agit d’une immunité de type « général », basée sur des cellules capables de combattre une infection sans la « connaître » au préalable. En tant que telle, elle manque de spécificité, un peu comme la différence entre un soldat ordinaire et un soldat entraîné contre les attaques d’avions avec des missiles à tête chercheuse, par exemple. Dieu nous a également donné un système plus puissant et plus spécifique, appelé immunité « adaptative » ou « acquise ». Dans ce cas, lorsqu’elles sont exposées à une menace spécifique, comme le virus SRAS-CoV-2, certaines cellules immunitaires commencent à fabriquer des protéines appelées anticorps, qui ont la capacité d’inactiver le virus. Mais cela prend du temps… jusqu’à deux semaines, pendant lesquelles le virus peut se propager largement et faire beaucoup de dégâts. Le système adaptatif possède également des « cellules mémoire » qui seront des « répondeurs rapides » aux attaques ultérieures de ce virus particulier, à la fois en produisant des anticorps et en activant des « cellules tueuses » spécialement conçues pour poursuivre et détruire les cellules infectées et le virus lui-même, plus rapidement et plus efficacement que lors de la première exposition au virus.

Le rôle de tous les vaccins est de produire une immunité adaptative, sans provoquer la maladie elle-même. Le système immunitaire est alors « amorcé » pour répondre rapidement à toute attaque de ce virus spécifique. Pour ce faire, on peut utiliser un virus mort ou inactivé, une forme vivante « bénigne » du virus ou une partie du virus, telle qu’une protéine virale. Des vaccins plus récents à ARNm permettent à certaines cellules de l’organisme de produire cette protéine pendant une courte période, après quoi l’ARNm est détruit.

Certains ont affirmé que l’immunité « naturelle » conférée par l’adhésion aux principes de santé adventistes est aussi efficace que la vaccination, rendant celle-ci inutile. Une étude fréquemment citée dans le British Medical Journal-Nutrition, Prevention and Health in 20213, a montré, à partir d’une enquête autodéclarée auprès de professionnels de la santé de six pays différents, que ceux qui adhéraient à un régime à base de plantes ou à un régime à base de poisson et de plantes avaient connu une réduction de 73 % et de 60 % des symptômes signalés de COVID-19 « modéré à grave » respectivement, par rapport à leurs collègues mangeurs de viande. Bien que les auteurs admettent que leur étude comportait des limites qui pourraient amoindrir ces résultats, ils confirment néanmoins des données antérieures, qui ont montré une amélioration de l’immunité innée chez les personnes suivant un régime à base de plantes.

Il existe plusieurs facteurs de risque accrus connus pour la maladie grave COVID-19. Il s’agit de l’âge de plus de 65 ans (risque multiplié par six environ), de l’obésité (risque multiplié par trois environ), de l’hypertension artérielle (risque multiplié par deux environ) et d’autres comorbidités, comme le diabète, les maladies cardiaques, pulmonaires et rénales. L’effet bénéfique d’un régime à base de plantes peut s’expliquer en partie par le fait que les adeptes de ce régime sont connus pour avoir des risques plus faibles d’obésité4, de diabète, d’hypertension5 et de maladies cardiaques, chacun de ces facteurs augmentant le risque de COVID-19 grave.

Mais la question demeure : le mode de vie est-il suffisant ?

Examinons la question d’une autre manière, en utilisant une petite analogie. Disons que l’adhésion aux principes de santé adventistes et la vaccination jouent un rôle égal dans la réduction de la COVID-19 grave. (C’est faire preuve de générosité envers les données relatives au mode de vie, car la vaccination récente réduit encore de plus de 90 % le risque de contracter la souche Delta de la COVID-19).

Maintenant, notre analogie… Supposons qu’en tant que patient, vous vous rendiez chez votre médecin généraliste et qu’après un examen physique et quelques analyses de sang, vous reveniez chez lui. Le médecin vous dit que votre tension artérielle est beaucoup trop élevée et que si elle n’est pas traitée, vous risquez deux fois plus de mourir d’une crise cardiaque ou d’une attaque. Il poursuit en disant que votre taux de cholestérol est également trop élevé, ce qui double encore votre risque de souffrir de ces mêmes problèmes.

Il poursuit en disant ceci : « Je vais vous donner des conseils diététiques et des médicaments pour ramener votre taux de cholestérol à la normale ». Très bien, pensez-vous.

Mais le médecin poursuit… « Cependant, je ne vais rien prescrire pour votre tension artérielle, car le médicament que j’utiliserais présente un risque de réaction grave de 1 sur 100 000. »

J’imagine que votre réponse pourrait être : « Quoi, docteur ? Vous vous moquez de moi ? Vous êtes prêt à me faire courir un double risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral, juste parce qu’il y a un risque sur 10 000 de mauvaise réaction au traitement de ma tension artérielle ? Puis-je avoir un deuxième avis, s’il vous plaît doc ? »

C’est pourquoi la grande majorité des professionnels de la santé adventistes seraient favorables à l’utilisation des deux approches pour la prévention des maladies graves dues à la COVID-19. À l’époque où j’étais à l’école de médecine, on appelait cela l’approche « ceinture et bretelles ». En termes plus techniques, on l’appelle « action synergique ».


Le Dr David Pennington est un chirurgien plastique à la retraite qui vit à Lindfield, NSW (Australie).


1. Bien qu’elle renforce encore l’immunité contre les souches Alpha et Delta, la vaccination de rappel ne renforce l’immunité contre la souche Omicron qu’à hauteur de 60-70 %. (Andrews N et al MedRxiv preprint doi <doi.org/10.1101/2021.12.14.21267615>). Toutefois, cela est comparable à l’efficacité du vaccin antigrippal moyen.

2. Ye Wen, Qi Yan, Yangliu Pan, Xinren Gu & Yuanqiu Liu. “Medical empirical research on forest bathing (Shinrin-yoku): a systematic review. Environmental Health and Preventive Medicine”, (2019) Volume 24, Article number: 70

3. Kim et al. “Plant-based diets, pescatarian diets and COVID-19 severity: a population-based case-control study in six countries”. BMJ Nutrition Prevention and Heath (2021) 4: e000272. Doi: 10.1136/bmjph-2021-000272.

4. Newby PK, Tucket KL & Wolk A. « Risk of overweight and obesity among semivegetarian, lactovegetarian, and vegan women ». Am J Clin Nutr 2005; 81:1267–74

5. Alexander S, Ostfeld RJ, Allen K & Williams KA.  “A plant-based diet and hypertension”, Journal of Geriatric Cardiology (2017) 14:327—330

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis