Skip to main content
InternationalesSession CG

Dans les coulisses de la session 2022 de la Conférence général : report, déménagement et défis uniques

20 mai 2022 | Silver Spring, Maryland, États-Unis | Maryellen Hacko | ANN

La session de la Conférence générale est l’événement le plus important, le plus complexe et sans doute le plus significatif organisé par l’Église adventiste du septième jour chaque quinquennat. Reportée de deux ans en raison de la Covid, elle doit se tenir cette année du 6 au 11 juin à l’America’s Center de Saint-Louis, dans le Missouri. Ce report de deux ans a entraîné des complications qui ont nécessité des solutions uniques, ainsi que de nouvelles initiatives qui profiteront aux adventistes du monde entier.

ANN s’est récemment entretenu avec Sheri Clemmer, assistante du responsable de la session au sein du Conseil général, Silvia Sicalo, responsable adjointe de la planification des réunions au sein du Conseil général, et George O. Egwakhe, trésorier adjoint et responsable de la session au sein du Conseil général, afin de discuter du report de la session, des difficultés de planification et des innovations uniques auxquelles il faut s’attendre cette année.

CHANGEMENT DE LIEU ET REPORT

« Vous savez qu’il faut neuf ans pour planifier une session ? » commence Clemmer. « Neuf ans avant la session, la ville hôte est choisie par le comité de sélection du site. Il explore les options et obtient des propositions de villes possibles, puis visite chacune d’entre elles. Les meilleures options sont présentées au comité exécutif du CG lors d’un conseil annuel, qui prend la décision. »

Parlant de la façon dont la Covid a perturbé les plans initiaux pour se réunir à Indianapolis en 2020, Clemmer explique que le déplacement à Saint-Louis a été un processus compliqué.

« Dans l’organisation d’événements, vous devez à peu près rouler avec les coups parce qu’il y a tellement de choses qui peuvent arriver dans un événement. Vous devez être flexible en permanence. Nous l’avons vraiment appris avec la Covid. Nous avons planifié l’affectation de l’espace cinq fois pour Indianapolis, et maintenant plusieurs fois pour Saint-Louis. Nous avons dû le reconcevoir avec une distanciation sociale et sans distanciation sociale, et maintenant dans une toute nouvelle ville. »

« Heureusement, nous connaissions très bien le centre », poursuit Egwakhe. « Nous y avons organisé une session en 2005, nous avions donc des informations à ce sujet ».

« Mais il y avait encore beaucoup d’incertitude », dit Sicalo. De nombreuses divisions se demandaient : « Est-ce que je viens ? Est-ce que je vais être virtuel ? Et nous avons dû attendre le vote du 18 janvier, date à laquelle ils ont modifié les règlements de la Constitution de l’Église pour permettre à l’événement de se dérouler virtuellement. Essentiellement, là où la Session est habituellement planifiée en neuf ans, nous avons dû la planifier en trois mois. »

« Heureusement, nous sommes trois et nous pouvons tous compatir », dit Clemmer en riant.

« Sans le travail d’équipe, cela ne fonctionnerait pas », convient Sicalo. « Si nous n’étions pas une équipe, si nous nous consultions et nous aidions les uns les autres, nous n’y arriverions pas. »

Quant à la raison pour laquelle la session a été déplacée d’Indianapolis à Saint-Louis, cette décision a été prise en fonction de la disponibilité des lieux. Selon les statuts de l’Église adventiste, la Session doit avoir lieu dans les deux ans suivant sa date initiale.

« Nous avons reporté la première fois à mai 2021, mais la Covid n’était tout simplement pas encore assez avancé pour que nous puissions nous réunir à ce moment-là », commence Clemmer. « Le problème, c’est qu’Indianapolis avait un programme très chargé pour l’année 2022. Quelques petits groupes se réunissaient dans le bâtiment du 6 au 11 juin 2022, mais il aurait été trop coûteux de les déplacer. Les seules autres semaines disponibles étaient Thanksgiving ou Noël, mais cela n’aurait pas fonctionné, et le temps n’est pas très bon à cette période de l’année. Le comité exécutif a donc voté pour le déplacement. »

« C’était quand même incroyable », poursuit M. Sicalo. « Dieu a préparé les deux dates et les deux villes sans que nous le sachions. Nous avons même pu annuler nos contrats initiaux sans pénalité. »

« De plus, la salle de Saint-Louis voulait nous offrir un package attractif pour nous faire revenir après notre passage en 2005 », poursuit Egwakhe. « Le contrat que nous avons signé prévoyait des frais de location de 1 $, à condition que nous puissions répondre aux exigences énoncées en matière de nourriture et de boissons et au minimum de chambres d’hôtel. »

« Nous avons été en mesure de respecter les minimums requis », a déclaré M. Clemmer.

LES DÉFIS UNIQUES D’UNE SESSION HYBRIDE

La planification de la toute première session hybride n’a pas été sans poser des défis importants et sans précédent. Si la création de l’infrastructure numérique nécessaire à l’accueil d’un événement d’une telle ampleur est un obstacle, il a également fallu procéder à d’importants changements de programme et de format pour faciliter la participation de délégués venant des quatre coins du monde.

« Cette année, la session sera disponible en cinq langues », commence M. Clemmer. « L’anglais, le français, l’espagnol, le portugais et le russe. Pour cette raison, nous devons avoir plusieurs sessions Zoom et une équipe de traducteurs travaillant dans chacune de ces salles, ainsi que des équipements Zoom pour chaque délégué et chaque langue. Cela a donc un impact considérable sur le budget ».

En outre, le fait que les délégués se joignent virtuellement à la conférence depuis différents pays signifie qu’il pourrait y avoir des problèmes importants de connexion à Internet. Cette année, tous les votes auront lieu via une plateforme en ligne. Les 2177 délégués inscrits pour participer sur place à Saint-Louis auront accès à un réseau Wifi puissant et recevront des bornes de recharge pour que leurs téléphones ne soient pas à court de batterie pendant la journée. Les 495 délégués qui participeront à distance ne bénéficieront pas de la même assurance.

« Si quelqu’un sur Zoom veut poser une question pendant une réunion, il doit disposer d’une connexion Wifi puissante pour être entendu et recevoir des informations. Il a également besoin d’un bon Wifi pour voter. S’il y a un problème avec cette technologie, cela peut être une tragédie potentielle », explique M. Sicalo. « Cela dit, nous avons atteint le quota de délégués requis sur place, et nous en sommes très reconnaissants au Seigneur. Mais nous prions encore pour que toute la technologie fonctionne ! »

Un autre défi de l’accueil d’une session hybride est le décalage horaire. Normalement, une session de la Conférence générale dure 10 jours, les réunions de travail étant réparties entre les rapports des divisions et les séances de culte. Cette année, la session ne dure que six jours, avec seulement quatre jours de réunions de travail, qui auront lieu le matin et le soir.

« Il y a quelques mois, nous avons réalisé que le vendredi à Saint-Louis, ce sera déjà le sabbat pour un délégué quelque part dans le monde. Les délégués ne participeront pas aux affaires le jour du sabbat ». Nous avons donc dû ajuster le calendrier de façon radicale », explique M. Clemmer. « Toutes les affaires se déroulent du lundi au jeudi, les rapports de la Division auront lieu le vendredi et le sabbat sera un jour de culte. »

LA COVID ET L’IMPORTANCE DE LA PRIÈRE

Avec des délégués venus de près de 200 pays à Saint-Louis, la sécurité et la santé de chacun ont été une priorité pour les organisateurs de la session. « Nous prions pour que personne n’attrape la Covid ou ne le transmette pendant que nous sommes là », déclare M. Clemmer. « Mais nous avons l’infrastructure en place à Saint-Louis pour éviter cela ».

Les délégués et le personnel technique recevront chacun un masque KN95 ou N95 lors de leur inscription, même si la ville de Saint-Louis n’a pas actuellement de mandat pour le port du masque. Le choix de porter le masque appartient à chacun, mais la direction des sessions se réserve le droit d’exiger des masques si le mandat de la ville change et que les masques sont à nouveau requis.

En outre, des stations de désinfection des mains seront installées dans tout le complexe de convention de l’America’s Center, et des tests PCR et antigènes seront disponibles sur place pour ceux qui ont besoin de ces résultats pour rentrer dans leur pays.

Le comité du protocole de santé sera en contact étroit avec le département de la santé de la ville et sera alerté de toute préoccupation qui nécessiterait une action pour assurer la santé de tous les participants.

À QUOI S’ATTENDRE ET COMMENT ACCÉDER À LA SESSION ?

Grâce à une application qui devrait être mise en ligne dans les prochains jours, les membres de l’Église et les délégués pourront facilement accéder au flux quotidien en direct, ainsi qu’à tous les comptes officiels de médias sociaux de l’Église en un seul endroit. « Vous serez en mesure de vous engager via les médias sociaux, de vous parler les uns aux autres et de vous connecter dans le monde entier par ce biais », explique M. Sicalo.

« Il est évident que certaines choses manqueront à cette session », poursuit Sheri. « Il n’y aura pas d’exposition en personne cette année, tout sera virtuel. Nous n’avons pas non plus de réunions de conjoints prévues, mais nous avons une école du sabbat pour les enfants le sabbat matin, comme d’habitude. Et nous n’aurons que quelques musiciens en direct. La plupart de la musique sera virtuelle. »

« La musique a été un tel point fort lors des sessions précédentes. En général, l’église adventiste a beaucoup de musiciens talentueux », poursuit Sicalo. « Nous profiterons encore de leur musique sur l’écran, je suis sûr que ce sera génial ».

« Une chose que nous apprécierons à nouveau, ce sont les réunions », poursuit Sheri. « Il y a toujours des gens qui courent dans les couloirs et qui s’embrassent — des gens qui ne se sont pas vus depuis cinq ans, ou dans ce cas-ci sept ans. Peut-être que cette fois, nous verrons des câlins aériens ! »

« Ce n’est pas seulement une réunion d’affaires », poursuit Egwakhe. « C’est une réunion spirituelle. C’est un moment où les dirigeants sont élus, et où nous prions pour eux. Et c’est un moment où les croyants se rassemblent. Les gens reçoivent de l’énergie spirituelle pour retourner faire le travail du Seigneur. C’est un temps pour le réseautage. Le monde se mélange et on se voit, et c’est un aspect que nous espérons ramener cette année. »

« J’adore les Sessions », convient Sheri, qui prend sa retraite après cet événement. « Lorsque vous travaillez sur quelque chose pendant tant d’années, cela devient vraiment une partie de vous. Le premier jour, lorsque les gens commencent à se rassembler dans les couloirs près de l’entrée, vous restez là et vous vous dites : “Oh, ils sont là ! C’est tellement amusant de chanter ensemble et de voir les gens réunis.”


Abonnez-vous au BIA par Telegram.

Recevez les dernières informations sur votre portable sur le canal Telegram @adventisteorg ou flashez ce code :

Abonnez-vous au BIA par e-mail. C’est gratuit !

Flashez le code ou suivez ce lien puis introduisez votre adresse e-mail. Ensuite, confirmez l’abonnement par e-mail.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis