InternationalesSanté

Des sources de résilience pour les infirmiers haïtiens

22 avril 2021 | Loma Linda, Californie, États-Unis | Par Lisa Aubry | Université de Loma Linda | DIA

Une équipe de professeurs et un étudiant doctorant de l’École des Sciences Infirmières de l’Université de Loma Linda (LLU) ) ont découvert comment les infirmiers et infirmières travaillant en Haïti réussissaient à maintenir leur résilience et à faire preuve d’un dévouement exemplaire dans les soins aux patients dans des conditions de travail difficiles. Les infirmiers haïtiens considèrent leur activité comme plus qu’un travail, mais plutôt comme un « appel divin » qui amène chez eux une raison-d’être qui est profondément enracinée. Le Journal of Christian Nursing a publié l’étude, « Le Dévouement dans un Contexte Difficile : les Soins Infirmiers Confessionnels en Haïti » plus tôt ce mois-ci.

« Ils se considèrent comme des missionnaires auprès de leurs concitoyens et de leur communauté, » a déclaré l’auteure principale Lisa Roberts, DrPH, MSN, RN, professeure et directrice de recherche à la Faculté de Science Infirmières de la LLU. « Mon sentiment est que cela constitue la base de leur résilience. »

L’étude a noté l’espoir, les attitudes positives et le soutien mutuel des infirmiers et infirmières, comme des caractéristiques de résilience et des aides pour faire face aux facteurs de stress quotidiens et persistants. Plusieurs ont exprimé des souhaits de croissance personnelle, des ambitions de carrière et la valorisation des soins centrés sur le patient.

Et pourtant, presque tous les facteurs contribuant à l’épuisement professionnel existent dans les environnements de travail de ces infirmiers. Haïti est le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental et, en raison de sa situation géographique dans la Mer des Caraïbes, c’est le cinquième pays le plus exposé au monde à une série de catastrophes naturelles – ouragans, inondations, tremblements de terre – et à des conséquences dévastatrices telles que les maladies infectieuses, les infections de la peau et des plaies.

Ces difficultés, propres à Haïti, s’ajoutent aux problèmes plus courants que l’on connait dans d’autres institutions et dans d’autres pays, comme la disparité socio-économique et sanitaire, les bas salaires, la prise en charge des patients ayant des besoins importants, ainsi que les pénuries et l’inégalité de répartition des infirmiers et infirmières.

Au vu de leur intérêt à décrire les réalités confrontées par les infirmiers et infirmières haïtiens et leurs réactions face à ces défis, les chercheurs de la LLU ont mené une série d’entretiens avec 17 infirmières travaillant dans deux hôpitaux confessionnels. Les personnes interviewées ont reconnu des facteurs de stress tels que les longues périodes de travail, l’épuisement, les longs trajets vers et depuis leur domicile, les emplois supplémentaires, les horaires irréguliers, l’insécurité alimentaire, la douleur émotionnelle, le manque d’autonomie et le manque de respect des autres prestataires de soins de santé.

« Les circonstances dans lesquelles ils travaillent sont extrêmement difficiles et les infirmiers sont parfaitement conscients de ces difficultés, » a dit Lisa Roberts. « Nous avons observé que les infirmiers avaient leurs objectifs personnels alignés sur l’accent mis sur la mission et les valeurs des organisations confessionnelles dans lesquelles elles travaillent, ce qui leur a permis de surmonter les difficultés autant que possible. »

Cependant, les infirmiers persévèrent, liant inextricablement leur foi à leur profession. Ils ont imprégné leurs réponses d’expressions de fierté professionnelle, présentant leur activité comme un devoir éthique ou un appel divin :

  • « Eh bien, puisque vous avez fait un vœu, vous devez respecter le vœu et toujours faire votre devoir. »
  • « Prendre soin avec amour et avec tout ce que vous avez appris, faites-le bien. »
  • « Lorsque nous effectuons un service, nous ne le faisons pas pour nous-mêmes, mais nous le faisons directement pour Dieu. »
  • « C’est un travail qui est noble parce que nous pouvons aider à sauver la vie de quelqu’un. »

L’analyse des entretiens avec le personnel infirmier haïtien a permis aux chercheurs de la LLU de mieux comprendre comment les infirmiers et infirmières travaillant dans un contexte difficile ont fait preuve de capacité à faire face et de résilience. Lisa Roberts a dit qu’elle espère que les résultats des recherches guideront les futures recommandations et interventions qui pourraient s’appliquer aux infirmiers et infirmières dans d’autres pays et d’autres organisations confrontés à des défis similaires.

« Bon nombre des difficultés auxquelles ils sont confrontés servent de base à des points communs entre les sites et les infirmiers dans différentes régions du monde, » a-t-elle déclaré. « J’espère que le fait de souligner le dévouement de ces infirmiers sera une source d’inspiration pour d’autres qui sont également dans des situations difficiles.


La version originale de cette histoire a été publiée sur le site d’informations du Pôle Santé de l’Université de Loma Linda


Traduction : Patrick Luciathe

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply