Skip to main content
Internationales

Est-il possible de vivre sans avoir peur de la mort ?

By 20 novembre 2022No Comments

20 novembre 2022 | David Neal | TED et Adventist World

Nous sommes en juin, au début de l’été 2022, lorsqu’un pasteur rend visite à une paroissienne âgée dont il a la charge. Ce n’était pas sa première visite, mais à cette occasion, il ne pouvait s’empêcher de remarquer sa fragilité croissante. Alors qu’ils discutent, sans doute autour d’une tasse de thé, il la trouve de bonne humeur et remarque « ses yeux bleus perçants qui scintillent, ce sourire extraordinaire et la délectation d’un commentaire sec et rapide ». 1 Mais en tant que pasteur, sa visite n’est pas sociale, elle est spirituelle. Il était là pour revoir les détails de ses funérailles.

À bien des égards, ces funérailles ne ressembleront à aucune autre. Elles se dérouleront dans une grande église vieille de 800 ans. Sa famille élargie serait entourée et soutenue par les membres de 23 familles royales étrangères, des empereurs et des rois, des présidents, des Premiers ministres et des dirigeants représentant 200 pays et territoires. Elle se déroulerait devant les grands et les bons de chaque nation, avec des dirigeants de religions mondiales, baháʼí, zoroastrien, bouddhiste, sikh, hindou, juif et musulman, en plus des dirigeants chrétiens présents. Des milliers de personnes se tiendraient à l’extérieur de l’église, des centaines de milliers d’autres s’aligneraient dans les rues de la ville et des millions d’autres suivraient l’événement dans le monde entier.

C’était une réalité dont son paroissien était conscient. Ses funérailles devaient être un témoignage pour le monde, et elle était déterminée à faire en sorte que personne, de toutes les confessions et d’aucune, roi ou roturier, ne perde de vue Celui à qui ce culte était destiné : le Seigneur lui-même.

En discutant ensemble, ils ont passé en revue les trois hymnes familiers qui seront chantés : « The Day Thou Gavest, Lord, Is Ended » (Le jour que tu as donné, Seigneur, est terminé.), « The Lord’s My Shepherd » (Le Seigneur est mon berger), et « Love Divine, All Loves Excelling » (Amour Divin, Tous les Amours Excellents). Chacune de ces chansons contient des paroles exprimant son humanité, la nature temporaire de cette vie, comment même « les fiers empires de la terre passent ». Elles exprimaient également comment, avec un sentiment de gratitude, elle pouvait témoigner de la « bonté et de la miséricorde » de Dieu tout au long de sa vie, espérant dans sa fragilité physique qu’elle serait un jour « transformée de gloire en gloire », avec l’invitation à « jeter sa couronne » devant Lui.

En outre, il devait y avoir de nombreuses lectures de l’Écriture sur son espoir dans le Christ et la promesse de la vie éternelle. Le cœur du pasteur se réchauffe. Il aurait été facile pour ses funérailles de ne parler que d’elle, mais ce n’était pas ce qu’elle voulait. Au contraire, elles devaient être, à bien des égards, la déclaration finale de sa vocation : « Tout sur Lui ».

Lorsque la visite s’est terminée, le pasteur a pris congé, encouragé par le temps passé ensemble. Cette visite avait été positive. « Je suis reparti en pensant qu’il y a quelqu’un qui n’a pas peur de la mort, qui a de l’espoir dans l’avenir, qui connaît le Rocher sur lequel elle se tient et qui lui donne de la force. » Il s’agissait, bien sûr, d’une conversation entre l’archevêque Justin Welby et Sa défunte Majesté, la reine Elizabeth II. 2

Sur la mort, le décès et l’avenir Espoir

Peu d’entre nous aiment les conversations autour de la seule certitude à laquelle nous sommes tous destinés à faire face un jour ou l’autre. C’est un sujet que nous cherchons à éviter à tout prix, et si possible, nous essayons de ne pas y penser en raison de la tristesse et des craintes qui y sont associées.

Est-il possible de ne pas avoir « peur de la mort » ? Est-il possible d’être « prêt à mourir » ? Il est peut-être opportun que, dans la prochaine série de guides d’études bibliques pour adultes de l’École du sabbat qui débutera le 1er octobre, les adventistes du septième jour du monde entier se penchent sur le sujet « De la mort, de la mort et de l’espérance future », en mettant particulièrement l’accent sur « la nature mortelle des êtres humains et la façon dont la résurrection est la condition de l’immortalité ». L’étude est construite sur l’espoir et le postulat que « nous ne devons pas craindre la mort parce que le Christ est mort pour nous et a vaincu le pouvoir de la mort. En fait, nous sommes assurés qu’il détient “les clés de la mort et du lieu des morts (Ap 1.18, NCV)”. 3

L’introduction de cette nouvelle série de leçons poursuit : “Des expressions de la mort sont visibles tout autour de nous. Notre monde est plein de souffrances et de larmes. Nous avons besoin d’assurance dans le présent et d’espoir pour l’avenir. Nous allons explorer le sujet douloureux de la mort, mais à travers le prisme de l’espoir qui nous est offert par Jésus.”

Il serait facile de considérer cette série d’études comme le contraire de ce qui est édifiant et inspirant, d’autant plus qu’il s’agit d’un sujet que la plupart préféreraient éviter. Nous devons également reconnaître que pour certains, ces études pourraient déclencher des souvenirs douloureux de perte dans un passé récent ou lointain.

Mais d’un autre point de vue, l’état d’esprit de feu la reine Elizabeth II est utile pour aborder cette étude ensemble, et cet événement mondial devient un moment d’enseignement opportun. Comme le Christ a été “son rocher”, qu’il soit aussi le nôtre.


1 “Queen had no fear of death says archbishop of Canterbury”, The Guardian, 9 septembre 2022.

2 Ibid.

3 Introduction au guide d’étude biblique de l’École du sabbat, quatrième trimestre 2022.


Abonnez-vous au BIA par Telegram.

Recevez les dernières informations sur votre portable sur le canal Telegram @adventisteorg ou flashez ce code QR :

Abonnez-vous au BIA par e-mail. C’est gratuit !

Flashez le code QR ou suivez ce lien puis introduisez votre adresse e-mail. Ensuite, confirmez l’abonnement par e-mail.

Pôle communications

Author Pôle communications

More posts by Pôle communications
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis