Skip to main content
Actualités Religieuses

France : La Fédération protestante de France (FPF) demande l’abrogation de la loi «séparatisme»

4 mai 2022 | Evangeliques.info

Selon le président de la Fédération protestante de France (FPF), la société française n’est pas laïque. S’adressant à Emmanuel Macron, il demande l’abrogation de la loi « séparatisme », et un lien plus fort entre l’État et les différents cultes dans le pays.

« Monsieur le président de la République […], la République est laïque, la société française ne l’est pas », amorce le président de la Fédération protestante de France (FPF), dans une tribune publiée par la Vie le 27 avril. Pour François Clavairoly, le gouvernement français ne peut pas, au nom de la laïcité, considérer que la culture française est séculière. Il souligne : « Notre société a des racines, des mythes fondateurs, connus ou implicites : ces sources cachées de la société que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam nourrissent aujourd’hui encore la culture. » Il avance donc ici deux mesures politiques, pour resserrer les relations du gouvernement avec les cultes en France.

Abroger la loi « séparatisme » et renforcer les liens entre l’État et les cultes

D’une part, François Clavairoly demande l’abrogation de la loi confortant le respect des principes de la République (ou loi « séparatisme »), promulguée le 24 août 2021, dont les dispositions, selon lui, « soupçonnent et contraignent les associations cultuelles ». « La société n’a d’ailleurs pas à devenir une sorte d’espace public neutralisé au plan confessionnel, comme beaucoup sont tentés de l’imaginer. »

D’autre part, il recommande une approche interministérielle. Que les cultes ne soient plus dans un lien exclusif, au sein du gouvernement, avec le ministère de l’Intérieur. Ici, le pasteur de l’Église protestante unie de France constate une note « policière » ou « territoriale » selon lui nécessaire, mais actuellement « loin d’être suffisante comme relation [entre les cultes et l’État] ».

Transcendance
Le président de la FPF préconise ainsi de compléter les relations entre les croyants et l’État avec une tutelle du Premier ministre pour l’ensemble des cultes religieux. Celui-ci pourrait alors observer et faire connaître l’éventail des actions des communautés croyantes. Selon François Clavairoly, les cultes étaient là « avant », et augurent depuis toujours « un destin, une espérance » pour les citoyens.
Enfin, il réclame « une reconnaissance de la dignité de la personne dans sa dimension de transcendance ». Ainsi que « des signaux positifs » d’Emmanuel Macron sur ces sujets.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis