Actualités ReligieusesFrancophonie Européenne

France : L’Assemblée nationale vote l’allongement du délai légal d’avortement à 14 semaines de grossesse

By octobre 9, 2020 No Comments

Note de la rédaction BIA ANN : L’Église adventiste du septième jour au niveau mondial a exprimé sa position au sujet de la protection de la vie avant la naissance en publiant une déclaration officielle intitulée « La vie avant la naissance et son implication concernant l’avortement » dejà publiée sur ce site d’actualités en janvier 2020.


8 octobre 2020 | Evangeliques.info 

Les députés ont voté ce 8 octobre la proposition de loi visant à allonger le délai légal pour une interruption volontaire de grossesse (IVG). 102 parlementaire ont voté en faveur du premier article permettant de pratiquer un avortement jusqu’à 14 semaines (16 semaines d’aménorrhée). 65 députés ont contre. Le délai légal était jusqu’à alors de 12 semaine de grossesse.

Proposé par les élus du groupe Écologie démocratie solidarité (EDS), composé d’ex parlementaires La République en marche (LREM), le texte a obtenu le soutien de la majorité. Pourtant, selon Le Parisien ni le président Emmanuel Macron  ni le Premier Ministre Jean Castex ne seraient favorables à cet allongement, le sujet étant considéré comme trop clivant.

«Une IVG à 14 semaines de grossesse n’a rien d’anodin»

Israël Nisand, président du Collège national des gynécologues et obstétriciens de France (CNGOF), a également fait part de son opposition à cette allongement. Selon lui, les femmes ne veulent pas avorter plus tard, mais d’être prises en charge rapidement. «Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui», les services hospitaliers étant débordés. Dans un entretien accordé au Monde il alerte : «Effectuer une IVG à 14 semaines de grossesse n’a rien d’anodin, c’est un acte lourd et potentiellement dangereux.» A 14 semaines de grossesse, un foetus mesure 120 mm et la tête est ossifiée, précise le chef du service de gynécologie-obstétrique du CHU de Strasbourg. «Il faut couper le foetus en morceaux et écraser sa tête pour le sortir du ventre.»

Le gynécologue redoute qu’avec l’allongement du délai un grand nombre de ses confrères cesse de pratiquer l’avortement. Cela avait déjà été le cas en 2001 lors le délai avait été allongé de 10 à 12 semaines de grossesse.

La proposition de loi autorise en outre les sages-femmes à réaliser des IVG chirurgicales jusqu’à la 10e semaine de grossesse.


 

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply