Skip to main content
Actualités Religieuses

Ingénierie aérienne et physique de la libellule

3 juillet 2022 | Frank Sherwin | ICR

Les libellules (ordre Odonata) sont peut-être l’un des insectes les plus étudiés et les plus appréciés dans le monde actuel. Comme le colibri, la libellule est passée maître dans l’art du vol. De nouvelles recherches n’ont fait qu’accroître l’émerveillement que suscite cette merveille à quatre ailes. (1)

La dernière enquête sur les libellules porte sur la manière dont les scientifiques de l’université Cornell ont « démêlé les mécanismes physiques et neuronaux complexes qui permettent aux libellules de se redresser lorsqu’elles tombent » (2).

Les zoologistes ont découvert que la chaîne des mécanismes de redressement commence par les remarquables yeux de l’insecte qui peuvent recevoir 200 images par seconde.

L’optique de la libellule est également étonnante, la quasi-totalité de sa tête étant composée de capteurs visuels dotés d’une ingénierie que l’on commence à peine à comprendre. Elle possède des yeux très complexes constitués d’unités sensorielles visuelles individuelles appelées ommatidies. Un seul œil composé possède un système de lentilles intégré contenant jusqu’à 30 000 ommatidies. Chaque ommatidie recueille son propre flux d’informations visuelles qui sont transmises au cerveau de la libellule, où elles sont décodées et traitées pour former une image en mosaïque avec une profondeur et des détails visuels complexes (3).

À partir des informations obtenues grâce à son incroyable système optique, des signaux neuronaux sont générés et transmis aux ailes de la libellule, le tout en une fraction de seconde.

Ce repère visuel déclenche une série de réflexes qui envoient des signaux neuronaux aux quatre ailes de la libellule, lesquelles sont actionnées par un ensemble de muscles directs qui modulent en conséquence l’asymétrie de tangage de l’aile gauche et de l’aile droite. En trois ou quatre coups d’ailes, une libellule culbutante peut effectuer un roulis de 180 degrés et reprendre son vol sur le côté droit. L’ensemble du processus prend environ 200 millisecondes (2).

Il est clair que la capacité technique d’un insecte ailé à contrôler son vol en quelques millisecondes est le fruit de l’esprit d’un Créateur très sage.

« Le contrôle du vol à l’échelle de dizaines ou de centaines de millisecondes est difficile à concevoir », a déclaré [Jane Wang, professeur de génie mécanique et de physique au College of Arts & Sciences]. « Les petites machines à battements peuvent maintenant décoller et tourner, mais ont encore du mal à rester en l’air. Lorsqu’ils s’inclinent, il est difficile de les corriger. L’une des choses que les animaux doivent faire est de résoudre précisément ce genre de problèmes. » (2)

Les différents animaux ne « résolvent pas ce genre de problèmes », bien sûr. Le Seigneur Jésus a conçu tous les animaux, y compris le vol de la libellule, avec la capacité innée de corriger les problèmes potentiels.

Cette modulation d’une fraction de seconde qui nécessite « une modélisation mathématique complexe pour comprendre la mécanique du vol des insectes » est-elle le résultat du hasard et du temps ou d’un but et d’un plan ?

Références

1. Wang, Z. et al. 2022. Recovery mechanisms in the dragonfly righting reflex. Science. 376:754.
2. Dragonflies use vision, subtle wing control to straighten up and fly right. ScienceDaily. Posted on sciencedaily.com May 13, 2022, accessed May 22, 2022.
3. Tomkins, J. Intricate Animal Designs Demand a Creator. Creation Science Update. Posted on ICR.org June 28, 2019, accessed May 22, 2022.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis