ADRAFrancophonie Européenne

Journée mondiale des réfugiés :  » Dans un royaume lointain « 

Méditation proposée par ADRA France au sujet de la Journée mondiale des réfugiés.

Dans un royaume lointain

Une prédication du pasteur Marjukka Ostrovljanović pour le sabbat mondial des réfugiés, 20 juin 2020

« Dans un royaume loin, très lointain, vivait une nation, dirigée par un bon roi et une bonne reine, qui aimaient leur peuple, et tout le monde était en paix. Et ainsi, ils vécurent heureux pour toujours. Fin. »

Vous connaissez des histoires semblables ? On entend parler de contes de fées, de royaumes lointains où tout semble être en place et où tout le monde vit heureux.

Qu’en est-il de notre royaume ? Qu’en est-il du monde dans lequel nous vivons – aujourd’hui ? Si vous deviez écrire une histoire sur ce royaume terrestre où nous vivons – où que vous soyez dans le monde – à quoi ressemblerait-elle ? Quels mots utiliseriez-vous pour décrire le monde dans lequel vous vivez, à l’heure actuelle ?

Je ne pense pas que ce soit le royaume d’un monde heureux. Il suffit de regarder les nouvelles et les événements qui se produisent chaque jour dans le monde – et nous trouvons trop d’histoires de vies humaines brisées. Notre royaume, ce monde dans lequel nous vivons, est une réalité différente. Nous vivons dans le monde du péché.

Il est donc très important pour nous de lire les promesses de la Bible – d’un royaume futur – le royaume parfait, merveilleux et pacifique de Dieu. Où l’agneau et le lion sont couchés côte à côte, où il n’y aura ni douleur, ni chagrin, ni larmes. Où la lumière du jour sera la gloire de Dieu – quel royaume ce sera !

Mais en ce moment, nous vivons dans ce royaume terrestre, qui semble si gris et terne par rapport à ce futur royaume céleste. Comme il est donc merveilleux d’avoir un aperçu de ce royaume de Dieu dans Sa Parole ! Et ce qui est assez fascinant, c’est que ces aperçus du royaume de Dieu ne se trouvent pas seulement dans le livre de l’Apocalypse et dans les descriptions de la nouvelle terre. Le royaume de Dieu, nous le trouvons aussi dans d’autres textes.

Le Royaume de Dieu en Jésus

Le royaume de Dieu est comme… un grain de moutarde ! Le royaume de Dieu est comme… du levain ! Le royaume de Dieu est comme… un homme qui a semé une bonne semence dans son champ ! Le royaume de Dieu est comme… un trésor caché, comme une perle ! Le royaume de Dieu est décrit par tant de paraboles, d’histoires. Des histoires, qui ont été racontées, non seulement pour expliquer comment sera un jour le Royaume de Dieu – mais aussi ce qu’il peut déjà être. La Bible essaie de nous dire que le royaume de Dieu est déjà à l’œuvre maintenant.

Ce qui se rapproche le plus du royaume de Dieu ici sur terre, c’est l’incarnation de Dieu : en Jésus. En Dieu Lui-même, qui est devenu un homme et a vécu sur cette terre. Il n’a pas seulement PARLÉ de ce que sera le royaume de Dieu ou de ce à quoi il ressemble – il était Dieu sur terre. Il vivait le royaume de Dieu sur terre. Alors, quel genre de royaume était-ce ?

Jésus Lui-même décrit son travail, sa mission ici sur terre, dès le début de Son ministère. Dans Luc, chapitre 4, Jésus est dans la synagogue de Nazareth, et on Lui donne le livre d’Ésaïe à lire. Il l’ouvre et en fait la lecture – un texte précis. Il choisit un texte parmi les 66 chapitres d’Ésaïe – un texte particulier pour décrire Sa mission. Jésus récite Esaïe 61, et voici ce qu’Il dit :

« L’esprit du Seigneur Dieu est sur moi, car l’Éternel m’a oint pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres, Il m’a envoyé pour guérir les cœurs brisés, Proclamer la délivrance aux captifs et la liberté aux opprimés, Publier une année de grâce de l’Éternel ».

C’est le texte d’Isaïe, que Jésus Lui-même utilise pour décrire Son œuvre. Quel choix de texte intéressant ! L’Ancien Testament et surtout le livre d’Esaïe contiennent tant de promesses messianiques différentes que Jésus aurait pu utiliser. Pourquoi a-t-il choisi celui-ci ?

La bonne nouvelle d’Ésaïe 61

Regardons Ésaïe 61. Le début du chapitre est généralement considéré comme un texte messianique, car il présente de nombreuses similitudes avec les textes des serviteurs d’Ésaïe, qui sont également interprétés de manière messianique, reflétant en de nombreux endroits le ministère de Jésus.

Qui est exactement le public d’Ésaïe 61 ? Les premiers versets ne le disent pas clairement, mais le texte est ancré dans des promesses pour Israël et leur restauration future. Tel est le contexte d’Ésaïe. Et il est certain que les promesses de liberté auraient été très significatives pour les Israélites en exil. Ces promesses ont certainement été une source de réconfort dans ce contexte.

Mais lorsque Jésus utilise ce texte pour décrire Sa mission, le message se rapproche soudain de notre réalité. Nous commençons soudain à nous demander comment il accomplit ce texte dans Son ministère sur terre et peut-être qu’il travaille aussi de cette manière dans ma vie.

Le verset 1 d’Ésaïe 61 dit qu’il apporte de bonnes nouvelles. De bonnes nouvelles pour les affligés ! Il apporte une bonne nouvelle à ceux qui vivent dans des circonstances qui les ont fait souffrir, des circonstances qui sont loin d’être idéales. Il apporte une bonne nouvelle à ceux qui vivent dans le royaume du péché ! Comme le monde auquel nous venons de penser, notre royaume terrestre du péché.

Qu’est-ce que cette nouvelle a de si bon ? Le premier verset continue : « Il m’a envoyé pour guérir les cœurs brisés ». Quelle promesse ! Qui d’entre nous n’a jamais eu le cœur brisé ? En commençant par le cri déchirant d’un enfant sur une déception ou une blessure, en continuant tout au long de nos relations, nos échecs, nos faux espoirs, nos malheurs dans cette vie jusqu’à ce que nous soyons brisés par la pensée de devoir lâcher prise – tout au long de notre vie nous vivons un cœur brisé. Et Jésus dit que sa mission est de recoller les morceaux, de guérir cette blessure. C’est une bonne nouvelle, en effet.

Il est venu « pour proclamer la délivrance aux captifs et la liberté aux opprimés ». Quelle signification a eu cette promesse pour ceux d’entre nous qui ont dû souffrir de persécution, de captivité, voire de mort à cause de leur foi. Et combien cette promesse est significative pour chacun d’entre nous vivant dans ce monde, luttant sous la captivité du péché, étant prisonniers de notre propre culpabilité et de notre échec. Jésus proclame la liberté et la délivrance de cette captivité ! Il y a la liberté dans le Christ ! Comme cette bonne nouvelle est pertinente pour nous aussi.

« C’est l’année du Seigneur ! » Cette promesse messianique de liberté et de guérison. Pas étonnant que Jésus ait choisi ce texte ! Comme il décrit bien son ministère, son ministère de guérison qui libère les gens de leurs peurs et de leur esclavage spirituel.  N’est-ce pas pour cela que nous aimons Jésus ? Il est l’incarnation de l’amour de Dieu, qui guérit nos blessures et lie les cœurs brisés.

Justice pour les opprimés

Esaïe continue de parler du jour de la vengeance, au verset 2 : « le jour de la vengeance de notre Dieu ; pour consoler tous ceux qui sont dans le deuil ». Cela peut nous sembler être une pensée négative, mais en fait, ce n’est pas le cas. L’idée de vengeance est très pertinente pour une personne en situation d’oppression. C’est la pensée de la justice. Et si vous avez mal agi, alors c’est l’expérience humaine de crier pour la justice ! C’est le cri de tout être humain sous l’oppression du péché ! Nous devons subir les conséquences du péché et nous aspirons à la justice ! La pensée de la vengeance ou de la justice est là pour réconforter ceux qui sont en deuil. Nous pouvons aussi nous consoler à la pensée que le mal sera détruit, que la mort et l’Hadès n’existeront plus ! C’est cela, la justice. Et elle nous réconforte tant que nous vivons encore sous la puissance du péché.

Esaïe continue de décrire en images vivantes, comment le deuil des auditeurs se transformera en joie, comment les esprits découragés se transformeront en louanges. C’est l’image d’un turban de fête et d’une huile d’onction au lieu de cendres et de deuil. C’est la promesse d’un avenir meilleur ! C’est la promesse d’un changement de destin.

Les chênes de la droiture

Le verset 3 se termine par la réaction des auditeurs, qui ont fait cette expérience et qui ont entendu la bonne nouvelle : « On les appellera des chênes de la justice, la plantation de l’Éternel, afin qu’il soit glorifié ».

Quelle image intéressante ! Des chênes de justice. Ceux qui reçoivent cette grâce de Dieu sont comme des arbres, ils sont comme une forêt.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans une forêt ? Est-ce le chemin doux sous vos pieds qui est couvert de feuilles et la terre humide et sombre qui sent la vie ? Est-ce l’air frais que vous respirez, produit par les arbres qui vous entourent, qui vous donnent de l’ombre, qui vous protègent du soleil brûlant ou de la brume de pluie ? Est-ce la couleur rafraîchissante du vert qui ravive votre vision, qui inspire vos pensées et parle de croissance et de nouvel espoir ? Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans une forêt ?

« On les appellera les chênes de la justice ».  « Justice », c’est-à-dire « Sédécias » en hébreu. Ce mot a plusieurs significations. Il décrit ce qui est juste, l’honnêteté, l’équité, la justice et le bien-être. Et ceux qui reçoivent la grâce de Dieu, ce ministère de Jésus – sont comme des arbres puissants, des chênes, une forêt de justice.

Des études ont montré que passer du temps dans une forêt peut être incroyablement bon pour la santé. Il a des effets bénéfiques sur la santé, tant physique que mentale. Maintenant, imaginez une forêt de la justice de Dieu ! En nous insufflant que ce qui est juste, l’honnêteté, l’équité, la justice. Le bien-être sous tous ses aspects et dans tous les sens du terme ! C’est l’image d’un peuple béni par la bonté de Dieu. Ils sont plantés par Dieu ! Et ils reflètent Sa gloire. Ne voudriez-vous pas visiter une telle forêt ?

Nous qui avons fait l’expérience de cette bonté de Dieu, nous qui avons entendu les paroles de Jésus et qui avons été témoins de Sa puissance dans nos vies, nous sommes faits pour refléter cette gloire de Dieu autour de nous. Nous sommes plantés pour être une forêt, pour apporter « Zedek », la justice, l’honnêteté, ce qui est juste, le bien-être autour de nous. C’est la version d’Esaïe de ce à quoi ressemble le royaume de Dieu sur terre ! Le royaume de Dieu… est comme une forêt de justice. Et nous sommes appelés à être cette forêt.

Nous sommes appelés à être une forêt de justice

Nous entendons des histoires de différents royaumes sur cette terre. Des histoires vraies de guerre, d’affliction, d’oppression, de famine, de pauvreté. Nous n’en sommes pas encore à la fin heureuse. Nous savons à quoi ressemble ce monde. Nous entendons et voyons aussi des gens autour de nous, des gens au cœur brisé.  Et pour eux, nous sommes appelés à être une forêt de justice, une forêt de bien-être ! À faire partie du royaume de Dieu, en créant une partie de ce royaume déjà ici sur terre. Nous n’avons pas toujours besoin de nous rendre dans des pays lointains pour cela. Et si nous aidions les gens qui viennent chez nous ? Ce n’est pas une tâche lointaine. Elle est devant nos yeux. Nous vivons une crise de réfugiés. Sommes-nous une forêt de justice et de bien-être au milieu de tout cela ? Il n’est pas nécessaire d’être un prince ou une princesse pour avoir un impact et construire ce royaume. Vous et moi, nous pouvons commencer par faire une différence : en nous tenant comme un chêne et en apportant le royaume de Dieu à ceux qui en ont besoin.

L’essentiel de la mission de Jésus ici sur terre était de porter notre péché et de mourir pour nous, afin que nous puissions avoir la vie en Lui. C’est la bonne nouvelle. Mais Il a vécu sur cette terre et nous a donné un aperçu de qui est Dieu, de ce qu’est Son royaume. Il a apporté une bonne nouvelle aux affligés, Il a restauré les cœurs brisés, Il a proclamé la délivrance et la liberté aux captifs. Nous ne sommes pas appelés à remplir exactement la même mission que Lui, nous ne pouvons pas faire cela. Il est le seul par lequel nous sommes sauvés. Mais nous pouvons refléter Sa bonté, nous pouvons répandre Son royaume ici sur terre. Nous pouvons apporter la bonne nouvelle aux affligés, nous pouvons soulager les cœurs brisés et proclamer la délivrance et la liberté aux opprimés. Nous pouvons réconforter ceux qui sont en deuil.

Il existe de nombreuses façons de le faire. Dans cette crise des réfugiés, nous pouvons apporter une aide pratique, nous pouvons être les mains et les pieds de Jésus. Nous pouvons offrir notre temps, notre argent, nos compétences, notre présence. Parfois, ce qu’on attend de nous, c’est simplement d’être là. Être à l’écoute de l’autre, se faire un ami, apprendre à se connaître, semer la graine du royaume de Dieu et voir comment elle pousse. Qui sait, en conséquence, elle pourrait même commencer à pousser en nous !

Que son règne vienne !

Quel jour glorieux ce sera, quand le royaume de Dieu apparaîtra, quand nous verrons Jésus face à face. Quand Il essuiera chaque larme de nos yeux et que les premières choses auront disparu. Quel jour ce sera ! Ce sera notre bonheur pour toujours. Mais en attendant que ces merveilleuses promesses se réalisent, nous n’avons pas besoin de rester assis et d’observer. Nous pouvons construire le royaume de Dieu ici et maintenant ! Nous pouvons refléter sa bonté et sa gloire autour de nous. Nous pouvons être une forêt de justice pour ceux qui nous entourent. Nous avons eu un avant-goût du royaume de Dieu, alors plantons la graine et voyons comment elle pousse autour de nous !

« Que Ton règne vienne, que Ta volonté soit faite, sur la terre comme au ciel. » Et si nous ne nous contentions pas de prier, mais que nous le faisions ! Alors ce ne serait pas seulement un souhait, un rêve lointain ou une phrase à la fin d’une prière. Dieu veut que nous la réalisions ! Que Son règne vienne, que Sa volonté soit faite, sur la terre comme au ciel.


Téléchargez ce document sous format PDF.

Téléchargez la brochure sous format PDF.

Téléchargez l’affiche sous format PDF.

Téléchargez la vidéo de 14 minutes ici.

Téléchargez la vidéo teaser d’une minute ici.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply