Skip to main content
Actualités Religieuses

La prédation des insectes fossiles ne montre aucune preuve d’évolution

1er juin 2022 | Frank Sherwin | Institute for Creation Research

Des articles scientifiques récents décrivent des fossiles d’insectes se nourrissant de plantes, il y a soi-disant plusieurs « millions d’années ». Ce qui est étonnant, c’est que les plantes et les insectes fossiles sont tout à fait semblables à ceux que nous trouvons vivants aujourd’hui. (1) Tout ce qui diffère, ce sont les âges d’évolution grossièrement gonflés (« temps profond d’évolution ») qui leur sont inutilement imposés. Ces fossiles sont intéressants parce qu’il n’y a aucune évolution documentée chez les plantes ou les insectes et aucune raison de penser qu’ils n’ont pas été fossilisés il y a des milliers d’années.

Récemment, on a découvert qu’un fossile de noix de coco présentait des indications claires de la présence d’un tunnel d’insecte. Une étude détaillée de ce remarquable fossile a été menée.

L’équipe a analysé le nombre, la position et la taille des trous ainsi que les tissus cicatriciels laissés derrière et les a comparés aux dommages causés par les insectes modernes, notamment ceux qui se nourrissent de plantes de la famille des palmiers. Les dommages correspondaient à un sous-groupe de coléoptères modernes appelés bruchines des palmiers, ont rapporté les scientifiques dans la revue Review of Palaeobotany and Palynology (Revue de paléobotanique et de palynologie) (2).

Ce n’est guère une victoire pour l’évolution. La relation écologique entre le coléoptère et la noix de coco est appelée interactions biologiques ou spécialisées — une association entre des plantes et des insectes spécifiques. De toute évidence, de telles connexions sont la norme depuis au moins « 60 millions d’années ».

« C’est quelque chose que nous voyons il y a 60 millions d’années, et qui se produit encore aujourd’hui », a déclaré [L. Alejandro Giraldo, étudiant diplômé en géosciences à Penn State]. « Notre contribution est que nous avons identifié ce groupe spécifique d’insectes comme étant le coupable, et ce groupe vit encore aujourd’hui et attaque les mêmes noix de coco et les mêmes palmiers que par le passé » (2).

Aucune évolution chez ces plantes et insectes depuis 60 millions d’années. On peut se demander d’où viennent les noix de coco ? Quelle était leur origine ? Selon l’évolution, leur origine n’est pas claire, au mieux. Elles sont apparues dans deux régions du monde : le centre-ouest de l’Inde et la Nouvelle-Zélande, sous forme de noix de coco.

Qu’en est-il de l’origine des coléoptères comme nos bruches de palmiers ? Les coléoptères ont toujours été des coléoptères (3).

Ce n’est pas la première fois que ces interactions spécialisées entre un insecte (et dans ce cas, un champignon) et une plante sont découvertes dans les archives fossiles. En 2020,

Des marques d’alimentation exquisément préservées sur des feuilles de conifères fossiles montrent que les mêmes insectes se nourrissant et les mêmes champignons ont persisté pendant des millions d’années sur le même type de plante, des anciennes forêts pluviales de Patagonie aux forêts pluviales modernes du Pacifique occidental tropical (4).

Les kauris appartiennent au genre Agathis qui, à son tour, appartient aux conifères à feuilles persistantes de la famille des Araucariaceae. Des traces d’Araucariaceae sont « apparues » au Trias inférieur ou au Permien supérieur du registre fossile sans qu’il y ait eu d’évolution. La prédation par les insectes sur ces conifères est aujourd’hui la même que celle observée dans les fossiles.

Sur les feuilles d’Agathis fossiles et modernes, l’équipe a trouvé des mines foliaires hautement spécialisées que les larves d’insectes créent en creusant des tunnels dans les feuilles… les chercheurs ont trouvé des mines foliaires allongées et tachetées extrêmement similaires sur Agathis dans tous les sites fossiles et sur plusieurs espèces vivantes du même conifère. (4) [italique ajouté].

C’est peut-être Peter Wilf, de l’Université de Penn State, qui a le mieux résumé la situation lorsqu’il a déclaré : « Je me suis promené dans les forêts pluviales de montagne d’Australie et de Bornéo et j’ai vu exactement les mêmes schémas d’alimentation sur des kauris vivants que sur des fossiles vieux de 65 millions d’années que nous avons recueillis en Argentine » (4).

À l’exception de possibles cochenilles, le type d’insecte(s) se nourrissant des fossiles de conifères à feuilles persistantes n’a pas été identifié. Mais sur la base des caractéristiques des marques d’alimentation et des mines de feuilles tachetées dans les fossiles, les scientifiques créationnistes prédisent — sur la base du modèle de création jeune-terre — qu’il s’agirait du même type d’insecte que ceux qui se nourrissent des arbres Kauri actuels.

Le dossier fossile de l’apparition soudaine et de la stase (« rester immobile ») des plantes et des animaux est l’une des meilleures preuves du modèle de création — et le « secret commercial de la paléontologie » de S.J. Gould. (5) On le voit clairement dans les fossiles des interactions spécialisées entre la plante et le prédateur — les mêmes organismes aujourd’hui qu’il y a des milliers d’années sans aucun changement évolutif dans l’un ou l’autre.

Références

1. Thomas, B. Amazing Ant Beetle Same Today as Yesterday. Creation Science Update. Posted on ICR.org Dec. 18, 2014, accessed April 27, 2022.
2. Carroll, M. Beetle in the coconut: Fossil find sheds new light on Neotropical rainforests. Phys.Org. Posted on physorg.com April 25, 2022, accessed April 26, 2022.
3. Sherwin, F. No Sign of Beetle Evolution. Creation Science Update. Posted on ICR.org April 7, 2022, accessed April 28, 2022.
4. Staff Writer. Fossils show 66 million years of insects eating kauri trees. Posted on Phys.org. November 25, 2020, accessed April 27, 2022.
5. Gould, S.J. 1977. Evolution’s erratic pace. Natural History. 86 (5):14.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis