CommunicationsInternationales

Les communicateurs adventistes européens se forment pour exceller dans le journalisme

18 juin 2021 | Andreas Mazza | EUD News

Le cours de formation au journalisme pour les communicateurs travaillant dans la région intereuropéenne a eu lieu – en ligne – le 16 juin. Avec 45 participants – principalement d’Italie, d’Allemagne et de Roumanie – le cours a été un grand succès. L’orateur était Costin Jordache, actuellement vice-président des relations publiques et du marketing chez AdventistHealth. Le cours a été organisé pour fournir à tous les agents de communication de l’Église adventiste, sur le territoire intereuropéen, les outils nécessaires pour travailler avec un grand professionnalisme dans leur ministère.

L’orateur, Costin Jordache, est actuellement vice-président des relations publiques et du marketing pour Adventist HealthCare, un système de soins de santé opérant dans le Maryland et à Washington DC. Au cours des 20 dernières années, il a occupé de multiples fonctions, notamment celle de rédacteur en chef des nouvelles pour les magazines Adventist Review et Adventist World. M. Costin est titulaire d’un master en radio, télévision et cinéma. Il s’est spécialisé dans la direction stratégique des médias et de la communication, les relations publiques, l’enseignement et la direction d’organisations.

La réunion en ligne a été introduite par Corrado Cozzi, ancien directeur de la communication de la Division intereuropéenne (EUD) et créateur du cours. Cozzi a souhaité la bienvenue à tous les participants et a remercié Costin d’avoir accepté l’invitation. Il a ensuite transmis le programme à Paulo Macedo, le nouveau directeur de la communication de l’EUD, qui, après une brève introduction, a commencé le cours.

Costin Jordache a consacré la première partie du cours à préciser la différence entre les relations publiques et le journalisme, entre le récit de faits et d’événements et la communication stratégique. « Souvent », a expliqué M. Jordache, « il n’y a pas de distinction claire entre les deux disciplines, ce qui crée une confusion et un manque de crédibilité. Le journalisme ne cherche pas à faire bonne impression. Le journalisme s’attache à communiquer des faits exacts et à aider le public à leur donner un sens. » Jordache poursuit : « Le bon journalisme raconte les faits de manière indépendante, sans commentaire personnel de la part du journaliste. L’exagération et le ton triomphaliste utilisés dans de nombreux articles suscitent la méfiance et le manque de confiance chez le lecteur. L’objectif est d’être aussi objectif que possible lors de l’élaboration d’un article. »

Le journalisme démocratisé

Un aspect intéressant était la section consacrée au « journalisme démocratisé ». « Les smartphones, associés à l’accès mondial à l’internet et aux plateformes sociales, ont transformé tout le monde en un « journaliste » potentiel », a reconnu M. Jordache.

Les avantages sont qu’il y a plus « d’yeux et d’oreilles » sur le terrain, la disponibilité de perspectives et d’opinions partagées par la base sur un sujet ou un événement d’actualité, et la possibilité d’un engagement meilleur et plus profond entre les organisations d’information et leur public. D’autre part, les inconvénients sont les lignes de démarcation floues dans l’espace numérique entre les faits, l’ordre du jour, la propagande et le marketing, et la montée des « fausses nouvelles », car n’importe qui peut « rapporter des nouvelles ».

La transparence dans le journalisme

En réponse à la démocratisation du journalisme, les lecteurs et les téléspectateurs exigent une plus grande transparence des sources d’information. La question centrale est la suivante : quelle est la source de ce contenu et quel est l’agenda de la source ? Les lecteurs veulent savoir qui a écrit ou produit une histoire, quelle est son expertise et si l’éditeur a un programme. La transparence est importante.

La génération du millénaire

Selon des enquêtes récentes, la transparence figure parmi les valeurs les mieux notées des Millennials (nés entre 1981-1994/6 ; 2 milliards dans le monde). En général, ils font preuve de scepticisme à l’égard des institutions : Les Millennials ont généralement tendance à faire moins confiance aux institutions, ce qui signifie que les institutions doivent travailler plus dur pour gagner et conserver leur confiance.

« Et lorsque les Millennials creusent plus profondément, les qualités les plus importantes qui rendent une destination utile sont qu’ils connaissent bien la source (57 %) et que cette source numérique est transparente et riche en références et en liens (52 %). » (Une étude sur les Millennials et les nouvelles, American Press Institute & AP-NORC Center for Public Affairs Research).

M. Jordache a ensuite voulu mettre en évidence les risques du journalisme basé sur la demande, qui consiste à recueillir et à diffuser le type de nouvelles qu’un organe d’information estime que son public souhaite.

Si, d’un côté, le contenu est aligné sur les intérêts du lecteur, il faut se poser la question : Si nous ne donnons aux lecteurs/téléspectateurs que « ce qu’ils apprécient réellement » ou ce qu’ils veulent, sommes-nous des pourvoyeurs de vérité responsables ? Et la société bénéficie-t-elle vraiment de l’adoption d’un seul point de vue ?

En conclusion, Jordache a voulu attirer l’attention sur le journalisme pratiqué par les communicateurs des institutions adventistes. Son but était d’accentuer les lacunes qui doivent être comblées, à savoir : une plus grande couverture des événements importants et des jalons à tous les niveaux de l’Église ; un journalisme plus solide et objectif – moins d’écriture de relations publiques, plus de journalisme d’investigation – abordant le  » pourquoi « , et pas seulement le  » quoi  » ; plus de transparence ; et, finalement, plus de collaboration entre les organisations adventistes du monde entier pour créer et diffuser de grandes nouvelles.

Le cours s’est terminé par les questions de certains participants, auxquelles Jordache a répondu avec professionnalisme et compétence.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply