CoronavirusInternationalesSanté

Les médecins sauvent la vie d’une mère enceinte souffrant de la COVID-19 et celle de son bébé prématuré

By septembre 20, 2020 No Comments

Le bébé Jade, née prématurément par césarienne en urgence, est maintenant l’objet d’une surveillance attentive de médecins et d’infirmières à l’UNSI de l’Hôpital pour Enfants de Loma Linda, où sa mère, maintenant guérie de la COVID-19, lui rend visite régulièrement. [Photo : Équipe de Presse du Pôle Santé de l’Université de Loma Linda]

Lorsque Blanca Rodriguez a vu sa fille Jade pour la première fois, elle était séparée d’elle par un masque facial, une couveuse, des tubes et des fils. Leur première interaction était loin d’être idéale pour une maman et son bébé, mais les deux luttaient pour leur vie contre la COVID-19 quelques semaines auparavant.

Jade, née prématurément grâce à une césarienne pratiquée en urgence, est maintenant sous la surveillance vigilante de médecins et d’infirmières de l’unité de soins intensifs néonatals (UNSI) de l’Hôpital pour Enfants du Pôle Santé de l’Université de Loma Linda à Loma Linda, en Californie, aux États-Unis. Sa mère lui rend visite régulièrement, la tient dans ses bras, lui parle et établit un lien avec elle. Blanca, qui pendant son séjour à l’hôpital avait lutté contre une détresse respiratoire extrême et a dû être placée dans un coma médicalement induit, est maintenant chez elle après des semaines de confinement à l’hôpital à cause de la COVID-19.

PHOTO

« Je sais que qu’il faudra beaucoup de temps avant que je ne puisse ramener mon bébé à la maison, mais je peux attendre si cela contribuera à sa sécurité, » a dit Blanca Rodriguez. « La COVID-19, ce n’est pas une blague, en particulier pour les mères enceintes et les bébés. Elle a failli me tuer. Je suis vraiment reconnaissante envers le personnel de Loma Linda. Je suis vraiment reconnaissante pour ma vie et celle de ma fille. »

La mère de 32 ans d’Adelanto, en Californie, était enceinte de 28 semaines le 24 juillet 2020, lorsqu’elle a été transportée d’urgence à l’Hôpital pour Enfants de l’Université de Loma Linda à cause de graves problèmes respiratoires supérieurs et des difficultés à respirer.

Les médecins des équipes de l’unité de soins intensifs et des équipes d’obstétrique ont commencé à traiter Blanca pour des symptômes semblables à ceux d’une pneumonie sévère jusqu’à ce qu’elle soit testée positive à la COVID-19. Blanca avait également développé un syndrome de détresse respiratoire aiguë, et du liquide s’accumulait dans ses poumons. Le syndrome a un taux de mortalité de 50 pourcents chez les femmes enceintes. L’état de santé de Blanca a continué de se détériorer, et elle a eu besoin de plus en plus d’oxygène pour lutter contre sa difficulté respiratoire.

Blanca arrivait à peine à respirer toute seule et avait besoin d’une assistance importante en oxygène lorsque Kanwaljeet Maken, médecin en soins intensifs au Pôle Santé de l’Université de Loma Linda, l’a vue pour la première fois.

« Le jour où je l’ai prise en charge, je me souviens avoir pensé que cela pouvait être très préoccupant, » a déclaré Kanwaljeet Maken. « Il y a eu tellement de moments où je ne pensais pas qu’elle allait survivre. »

Courtney Martin, directrice médicale des services de maternité à l’Hôpital pour Enfants de l’Université de Loma Linda, a déclaré que trois jours après l’admission de Blanca, il était devenu clair pour elle, pour Dr Maken et d’autres membres de l’équipe de soins que le corps de Blanca était en train de lâcher. Ses poumons ne pouvaient pas supporter l’épuisement causé par les efforts faits pour respirer, et son système immunitaire n’avait pas assez de force pour combattre la maladie et maintenir son bébé en vie.

« La plus grande difficulté était que nous nous occupions de deux vies, pas d’une seule, » a déclaré Dr Martin. « Le bébé était encore trop prématuré pour qu’on ne procède à l’accouchement, mais l’état de Blanca ne se stabilisait pas. »

Blanca avait besoin d’être intubée et placée sous respirateur. Les médecins espéraient que cela permettrait à son corps de se reposer, de récupérer et de donner à son bébé le temps de se développer. Quelques minutes avant d’être intubée, Blanca a dit au revoir en larmes à sa famille sur FaceTime. Personne ne savait ce que les prochaines semaines, jours ou même heures allaient réserver, mais il semblait y avoir une certitude que la bataille de Blanca serait difficile.

L’équipe de soins intensifs a placé Blanca dans un coma artificiel, l’a intubée et a commencé à travailler à l’amélioration de son apport en oxygène. Cependant, en quelques heures, le bébé de Blanca a commencé à perdre lui-même de l’oxygène et est entré en détresse respiratoire.

Les médecins se sont empressés de procéder à une césarienne en urgence pour sauver la vie du bébé. Près de 25 personnes, dont des médecins et des infirmières de l’UNSI, des soins intensifs, des équipes de travail et d’accouchement et d’anesthésie se sont retrouvées dans une salle de soins intensifs pour réaliser l’accouchement du bébé de Blanca tout en gardant Blanca dans le coma et en vie.

Jade est née tôt le matin du 27 juillet. Bien que Jade n’ait pas été contaminée par la COVID-19, elle et sa mère se trouvaient dans un état critique. Blanca a reçu un traitement antiviral, des stéroïdes, un important apport en oxygène, du plasma de convalescence et des antibiotiques pendant plusieurs jours après la césarienne. Jade a été placé sous respirateur à l’UNSI.

« Rien de moins qu’un miracle ne pourrait amener le rétablissement complet de Blanca, » a déclaré Dr Maken.

Au fil des jours, le miracle a continué à se réaliser. Le 2 août, même si la fièvre de Blanca était toujours à 38,8 ° C, sa respiration s’améliorait et son comportement tout entier semblait plus positif ; elle essayait même de rire. Le même jour, Dr Maken a décidé d’enlever Blanca du respirateur.

Blanca est sortie de l’hôpital le 6 août, retrouvant finalement le reste de sa famille après des semaines d’isolement et de séparation. Elle a dit qu’elle avait hâte de ramener Jade à la maison lorsque ses médecins diront qu’elle est prête.


Traduction : Patrick Luciathe.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply