CoronavirusInternationales

Les services de santé de l’université de La Sierra et le laboratoire de virologie unissent leurs forces pour lutter contre le COVID-19

By 13 février 2021 No Comments

10 février 2021 | Carla Martin Tucker | La Sierra University| Adventist World

Les responsables de la santé publique ont longtemps vanté les mérites des tests à grande échelle comme l’un des meilleurs moyens de contrôler la pandémie de COVID-19 et de sauver des vies. Conformément à ces orientations, l’université de La Sierra à Riverside, en Californie (États-Unis), renforce ses efforts de détection de la maladie avec le déploiement de nouveaux équipements de test rapide.

Le 13 janvier 2021, le département des services de bien-être pour les étudiants de l’université a déployé un système de test moléculaire rapide PCR Cepheid GeneExpert Express. Il fonctionnera en combinaison avec un processus de dépistage basé sur la salive, mis au point à l’été 2020 par le virologue Arturo Diaz. Il étudie les virus à ARN à brin positif, dont le virus du SRAS-CoV-2 fait partie. Le SRAS-CoV-2 est le virus qui provoque la maladie appelée COVID-19.

Bien que la capacité de test initiale du Cepheid GeneExpert Express soit limitée en raison des limites imposées par les fabricants sur les cartouches de test, l’objectif est que l’appareil de 32 000 dollars US remplace les actuels tests cliniques sur le campus, qui sont effectués toutes les deux semaines depuis septembre 2020 par PMH Laboratory, Inc. basé à Huntington Beach, en Californie. Le double investissement dans les tests rapides et le processus basé sur la salive dans le laboratoire de biologie de Diaz permet à l’université de jeter un plus large réseau pour confirmer la présence du SRAS-CoV-2.

Après l’achat d’équipements, de réactifs et de fournitures de laboratoire, Diaz a commencé en septembre à fournir deux fois par semaine des tests à base de salive aux étudiants athlètes et aux entraîneurs avant les entraînements sportifs. Les étudiants en dortoir qui ont été autorisés à vivre sur le campus en vertu de protocoles de santé et de sécurité – 79 au total au début du mois de février – sont également soumis à un dépistage de COVID-19 via le laboratoire de Diaz. L’université a commencé à proposer des tests hebdomadaires à base de salive à l’ensemble du personnel, des professeurs et des étudiants le 8 février.

Comme les tests basés sur la salive ne sont pas approuvés par la FDA, ils sont utilisés comme outil de dépistage pour fonctionner de concert avec les processus de test approuvés par le laboratoire de la PMH et le nouveau système de test rapide. Actuellement, le Cepheid GeneExpert Express est utilisé uniquement pour tester les personnes présentant des symptômes de COVID qui ont l’autorisation, conformément aux directives de l’État, d’étudier, de vivre ou de travailler sur le campus ; les membres du campus qui n’ont pas d’autres options de test ; et pour confirmer les tests COVID-19 positifs résultant du processus de test basé sur la salive de Diaz.

« Ce nouveau système Cepheid GeneExpert Express nous permet d’isoler et de mettre en quarantaine rapidement les personnes dont le test COVID-19 est positif », a déclaré Dan Nyirady, directeur des services de bien-être des étudiants. « L’approche à double voie pour détecter et contenir COVID est essentielle pour la santé du campus et de la communauté environnante ».

Au 3 février, l’université a signalé deux cas positifs de COVID-19 actuellement sur le campus, un membre du personnel et un étudiant. Un cas a d’abord été repéré par le test de dépistage à base de salive et confirmé par le laboratoire de la PMH, et l’autre a été détecté directement par la PMH.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply