ADRAInternationales

Lors de la Journée mondiale des réfugiés, de jeunes artistes ont reçu des prix et des distinctions

By 19 juillet 2021 No Comments

2 juillet 2021 | Bruxelles, Belgique | Corrado Cozzi | ADRA Europe | EUD News

En coopération avec l’Église adventiste du septième jour en Europe, ADRA Europe a organisé le concours d’art pour encourager les jeunes à utiliser leur créativité pour apprendre, comprendre et soutenir les personnes contraintes de fuir leur pays. Le 19 juin 2021, une cérémonie de remise des prix en ligne a eu lieu pour le concours artistique « Hear me. Voyez-moi. Marchez avec moi. » Une cinquantaine de participants y ont pris part, la plupart étant des enfants et leurs parents.

Plus de 40 enfants et jeunes artistes ont envoyé leurs œuvres pour montrer leur soutien aux réfugiés. « C’est le cœur, l’émotion, le simple sentiment de solidarité des œuvres d’art qui parlent et dépassent les limites d’un message écrit », ont affirmé les organisateurs.

Deana Stojković, assistante en communication de la région transeuropéenne (TED), et Corrado Cozzi, pasteur et ancien directeur de la communication de la région intereuropéenne (EUD), ont animé le programme.

Dans son message d’ouverture, João Martins, directeur d’ADRA Europe, a souligné que de la même manière que Dieu a vu, entendu et est descendu (Ex.3:7-8) lorsque son peuple était réfugié en Egypte, nous devons également entendre, voir et marcher avec les réfugiés aujourd’hui. L’œuvre de Dieu en faveur des réfugiés est un chef-d’œuvre. En produisant les magnifiques chefs-d’œuvre du concours, les participants ont collaboré avec Dieu dans cette mission de compassion pour les opprimés.

Vous pouvez regarder ici les œuvres présentées par les enfants et les familles :

Vous pouvez regarder ici l’intégralité de la cérémonie :

Le jury a examiné les œuvres d’art et a expliqué pourquoi les pièces d’art exceptionnelles ont été choisies. Veuillez consulter l’explication détaillée des prix ci-dessous.

Étaient également présentes à la cérémonie Karen Holford, directrice des ministères de l’enfance et de la famille à TED et Elsa Cozzi, ancienne responsable des ministères de l’enfance à EUD.

« J’ai été tellement inspirée et émue par les magnifiques œuvres d’art que les enfants et les familles ont créées pour le concours d’art sur les réfugiés », a déclaré Karen Holford. « Chacun d’entre eux a exprimé différents aspects de l’expérience difficile des réfugiés, et chaque œuvre d’art était magnifiquement unique et créative. Chaque enfant a pris le temps d’en apprendre davantage sur la vie des réfugiés, et cette prise de conscience restera en eux pour toujours et se développera à mesure qu’ils grandiront. J’espère qu’ils continueront à s’exprimer sur les besoins des réfugiés, à les défendre et à faire preuve de compassion à leur égard, et que leur travail encouragera les autres à faire de même », a conclu Mme Holford.

Elsa Cozzi a fait écho : « Nous avons des réfugiés dans tous les pays où nous vivons. Si nous ne sommes pas nous-mêmes des réfugiés, ce n’est que par hasard, et un jour, nous serons peut-être obligés de vivre une telle expérience, car la vie est pleine d’incertitudes et d’événements inconnus. » Cozzi poursuit : « Faisons de notre mieux pour donner une voix, une visibilité et du respect aux réfugiés qui sont parmi nous. La plupart d’entre eux ne sont que des victimes innocentes de la pire facette de notre monde. Les enfants sont les victimes les plus vulnérables et les plus innocentes d’une telle « croisade ». Ils resteraient probablement à la maison s’ils pouvaient choisir. Montrons-leur du respect et du soutien alors qu’ils essaient de s’intégrer dans un nouvel environnement et une nouvelle vie, en faisant face à des tas de souvenirs terribles et horribles qu’ils ont collectés sur leur chemin vers nous. »

De nombreuses églises dans le monde font un superbe travail pour soutenir les réfugiés. Au cours des cinq dernières années, l’église adventiste et ADRA ont organisé des programmes spéciaux pour un sabbat mondial des réfugiés. La question était la suivante : « Pouvons-nous faire plus ? Pouvons-nous créer une plate-forme pour faciliter la compréhension de la question complexe des migrations ? »

Maja Ahac, responsable du plaidoyer à ADRA Europe, a suggéré de contempler et d’explorer la question de la migration différemment cette année. « Les jeunes artistes ont été aimablement invités à préparer des œuvres d’art qui parlent de trois sujets spécifiques. Chaque participant était invité à approfondir ces thèmes avec ses parents, ses enseignants, ses amis et sa communauté religieuse. Tout autour de nous vivent des personnes qui ont été forcées de fuir la persécution, la violence, les difficultés, la guerre, … Les réfugiés sont souvent victimes de théories du complot et sont souvent abusés par des groupes radicaux pour des manipulations politiques. Avec ce concours artistique, nous avons invité les gens à écouter les réfugiés, à réfléchir à leurs histoires, à se mettre à leur place. »

Le sabbat mondial des réfugiés met en lumière les droits, les besoins et les rêves des réfugiés et contribue à mobiliser des ressources pour que les réfugiés puissent survivre et s’épanouir. Il est célébré le sabbat le plus proche du 20 juin, Journée mondiale des réfugiés. La Journée mondiale du réfugié est une journée internationale désignée par les Nations unies pour rendre hommage aux réfugiés du monde entier. Elle célèbre la force et le courage des personnes qui ont été contraintes de fuir leur pays d’origine pour échapper à un conflit ou à des persécutions. La Journée mondiale du réfugié a eu lieu pour la première fois dans le monde entier le 20 juin 2001, pour commémorer le 50e anniversaire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés. Elle était initialement connue sous le nom de Journée africaine des réfugiés avant que l’Assemblée générale des Nations unies ne la désigne officiellement comme une journée internationale en décembre 2000. Chaque année, la Journée mondiale du réfugié est marquée par diverses manifestations dans de nombreux pays du monde entier en faveur des réfugiés. Ces activités sont menées par ou impliquent les réfugiés eux-mêmes, des responsables gouvernementaux, des communautés d’accueil, des entreprises, des célébrités, des écoliers et le grand public.

Explication du comité artistique sur les œuvres d’art primées.

Aitana (Catégorie 5-9 ans) : Aitana nous a apporté un grand concept, où d’un côté se trouve un vaste désert sec avec une vue sur un petit endroit désirable avec des pâturages verts reliés par un chemin très étroit. Quelle meilleure représentation de la lutte d’un réfugié pour poursuivre le rêve de la liberté et de la sécurité économique, sociale et politique ?

Salina (Catégorie 5-9 ans) : Le travail effectué par le recyclage des matériaux apportés sur le rivage combiné à une bougie donne une métaphore puissante des luttes des réfugiés pour atteindre une plage, poussés par l’espoir d’une vie meilleure.

Ana & Margarida (Catégorie 10-14) : À travers des dessins qui bougent avec le son, le travail d’Ana et Margarida nous rappelle de manière créative qu’habituellement, une histoire a un début et, parfois, une fin plus heureuse.

Elizabeth (Catégorie 15-18) : Révélant une maîtrise technique surprenante, le travail de Liz attire notre attention sur la joie d’apprendre, le droit à une éducation correcte que beaucoup d’entre nous considèrent comme acquis, mais que certains, malgré le manque d’opportunités et de moyens, apprécient et tirent le meilleur parti de chaque instant.

Saul (catégorie 19-25) : L’interview de Saul donne la parole à l’une des milliers de personnes qui doivent tout laisser derrière elles, à la recherche de quelque chose de meilleur dans une mer d’incertitude, où de petits actes de gentillesse, d’empathie et de soutien de la part de ceux qui sont « de l’autre côté » jouent un rôle important dans le changement de leur vie.

Mirilov (Catégorie famille) : Le poème des Mirilov nous fait subtilement voyager sur le chemin d’une diversité de façons d’envisager ce simple concept de vie qui anime les individus selon leurs différentes circonstances – la poursuite du bonheur.

Bosquet-Roth (Famille de catégorie) : L’eau est le moyen qui simultanément « sépare et relie » un bateau plein d’espoir représenté par les papillons à la vision d’une vie plus gratifiante représentée par l’insouciance des enfants dans la piscine.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply