CoronavirusSanté

Mesures de prévention des formes graves de Covid-19

By 24 novembre 2020 No Comments

24 novembre 2020 | Bern, Suisse | Valérie Dufour | Santé EUD | BIA-ANN

Ces derniers mois, de nombreuses interrogations ont été soulevées et continuent encore à se poser sur la pandémie de la Covid-19 : questions quant aux modes de transmission, les facteurs aggravant l’infection de la Covid-19, les vrais risques de mortalité, la pertinence des mesures visant à atténuer les dangers encourus, etc.

Les réponses à ces questions et à d’autres auxquelles bon nombre de personnes sont arrivées, ont conduit à des comportements allant d’un extrême (nier que Sars-Cov-2 est un vrai virus et vivre comme d’habitude) à l’autre extrême (vivre dans un état de peur chronique et éviter tout contact), en plus d’autres comportements possibles entre les deux. Le fait est que ni le déni, ni la négligence, ni une excessive anxiété ne sont des réponses appropriées en ces temps de pandémie.

Les maladies contagieuses existent depuis des milliers d’années ; l’une des maladies infectieuses les plus redoutées de l’Antiquité étant la lèpre. Les miracles opérés par Dieu dans le but de faire sortir son peuple d’Égypte, de la réalité du monde d’alors, n’a pas mis à l’écart les leçons d’hygiène et de propreté à en tirer : ceux qui montrent des signes de maladie devaient être mises en quarantaine, ceux qui touchaient un cadavre étant souillés pendant un certain nombre de temps et les vêtements contaminés devaient être lavés ou brûlés.

De même, dans les écrits d’Ellen White, la foi n’exclut pas la responsabilité personnelle en période de maladies infectieuses : « Lorsqu’une maladie grave frappe une famille, il est très important que chaque membre accorde une attention particulière à la propreté personnelle et à l’alimentation, afin de se maintenir en bonne santé et de se prémunir contre la maladie. Il est également de la plus haute importance que la chambre du malade soit correctement ventilée ». RH 5 décembre 1899.

Si Dieu nous invite à lui faire confiance et à lui accorder notre attention, « Ne craignez pas » ne signifie pas « Il n’y a pas de mal à être négligent ». Prendre soin de notre santé et adopter les mesures qui préviennent les maladies, chroniques ou infectieuses, sont des principes intemporels.

De plus, et en même temps, « être prudent » n’est pas à comprendre comme « être excessivement rivé sur soi ». C’est la leçon à tirer de l’exemple de Jésus ainsi que du magnifique dévouement des professionnels de la médecine qui travaillent aujourd’hui dans les unités de soins intensifs et à d’autres postes de première ligne.

Il est également important de prendre conscience que pour des millions de personnes, les mesures d’urgence telles que les fermetures d’usines et de commerces ont constitué une plus grande menace pour leur vie et leurs moyens de subsistance que le virus lui-même. De telles mesures ont amené certains experts à demander aux gouvernements de corriger les effets disproportionnés qui en résultent.

Pour ces raisons, les personnes qui ont besoin de notre soutien sont notamment celles qui vivent dans la pauvreté, les personnes âgées, les personnes handicapées, les familles monoparentales, les personnes vivant seules, les femmes et les enfants victimes de violence domestique, les migrants et les réfugiés.

En plus de s’efforcer de maintenir une approche équilibrée face à la crise, tant au niveau personnel que collectif, le temps se prête amplement à la prière et au service.

Cliquez sur « Lire les nouvelles » pour accéder à des informations sur les mesures de prévention des formes graves de Covid-19, à des questions sur les vaccins ou à des témoignages de vie saine.


Valérie Dufour – Ministères de la Santé de la Division Inter Européenne

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply