Besoins spécifiquesInternationales

Ministères des Possibilités, changeons l’approche

By octobre 25, 2019 No Comments

Silver Spring, Maryland, États-Unis | Larry R. Evans, Ministères des besoins spécifiques | DIA

On fait parfois référence à eux comme appartenant au « Ministère des Besoins Spécifiques, » mais ceux qui servent dans cette fonction à l’Église adventiste du septième jour préfèrent en réalité un terme plus descriptif, celui de « Ministères des Possibilités. » Le thème de ce ministère le dit bien : « Tous sont doués, nécessaires et précieux ! »

Plus « Handicapé »

Pendant des décennies, ceux qui ne sont pas capables de voir, d’entendre, de marcher ou de communiquer comme la majorité, ont souvent été qualifiés de « handicapés. » S’il est important de reconnaître les limites d’un individu, cette manière d’identifier peut avoir un effet limitatif sur la perception qu’a cette personne d’elle-même. Leur horizon peut devenir limité et cela peut se produire de différentes manières.

Premièrement, ceux qui reçoivent « l’identité d’handicapé, » se voient rappeler ce qu’ils ne peuvent pas faire. Mais quand ils apprennent que leur vie est importante aux yeux de Dieu et que chaque personne a un rôle à jouer, ils commencent à voir leur avenir différemment. Leur avenir passe d’une perspective d’impossibilité à celle de possibilité. Leur façon de penser change. Elle n’est plus basée sur un modèle de manque, d’échec ou de honte. Avec Dieu, la vie est plus une affaire de possibilités que d’impossibilités.

Deuxièmement, ceux qui considèrent les autres comme des « handicapés » voient probablement plus des montagnes de difficultés plutôt qu’une oasis de possibilités. Cela ne veut pas dire que l’on devrait être dans le déni face aux tragédies, mais que les défis de la vie doivent être abordés en sachant que Dieu peut les utiliser pour notre bien. Il y a quelques décennies, un principe important qui peut changer la vie a été énoncé à propos de notre rôle de la manière suivante : « Tous ceux qui aiment Dieu en sincérité et en vérité aimeront les âmes pour lesquelles Christ est mort. Si nous désirons faire du bien aux âmes, nous n’aurons du succès que dans la mesure où nous leur ferons confiance et où nous les apprécierons. ”1 Quel que soit le défi, nous devrions avoir des conversations plus intéressantes au sujet de ce qui est possible.

Troisièmement, une telle étiquette implique que les autres n’ont pas leur propre handicap. La vérité est que nous sommes tous imparfaits d’une manière ou d’une autre et que nous avons également besoin de guérison. Il a été rapporté que 25% des familles sont touchées par un handicap et chacune d’entre elles se débat avec des questions telles que « Pourquoi moi ? Pourquoi nous ? Comment Dieu a-t-il pu laisser cela se produire ? Va-t-il résoudre ce problème ? »2 Bien que le Ministère des Possibilités se concentre sur des domaines de préoccupation spécifiques, souvent appelés handicaps, il reconnait que nous sommes tous confrontés à des défis dans la vie. En effet, nous sommes tous « imparfaits » d’une manière ou d’une autre. Personne ne devrait jamais se retrouver à faire le voyage seul. Nous avons besoin les uns des autres. C’est pourquoi nous avons ajouté la vocation unique des aidants comme un élément important du Ministère des Besoins Spécifiques.

Ensemble, avec la direction divine, nous pouvons commencer le voyage vers un plus grand bien-être qui ouvre des portes pour encore plus de possibilités.

Ministère des Possibilités

Le Ministère des Possibilité commence par la conviction fondamentale que nous sommes tous créés à l’image de Dieu, quelles que soient nos limites. Cela part du principe que chaque personne doit avoir la possibilité non seulement d’accepter Christ, mais aussi de partager Christ avec les autres. Parfois, il peut être nécessaire de « plaider la cause de ceux qui ne peuvent pas parler pour eux-mêmes » (Proverbes 3 : 8). Nous le faisons parce que, trop souvent, des vies remplies de possibilités ne reçoivent pas d’opportunités de grandir, de se développer et de faire une contribution.

On dit souvent que « nous devons leur donner une part du gâteau, » une façon de montrer qu’ils sont reconnus et inclus. Cependant, cela peut être une approche limitative. Elle sépare un « morceau du gâteau » du « gâteau en entier. » Le Ministère des Possibilités reconnait bien le caractère unique, mais pas au détriment d’un sentiment d’inclusion, d’un sentiment d’appartenance. La devise de ce ministère dit les choses clairement : “Tous sont doués, nécessaires et précieux. ” Lorsque tous sont inclus, tous deviennent des personnes qui apprennent et, par conséquent, ensemble, nous « partageons le gâteau entier. »

Ensemble nous sommes une communauté. Nous sommes l’église. Ensemble, nous voyons différemment quand nous commençons avec une vision d’abondance, pas de manque. A propos de Dieu, il a été dit avec sagesse : « Rappelons-nous que, dans n’importe quelle circonstance, c’est lui qui combat. Ses possibilités sont illimitées et plus les apparences nous semblent contraires, plus éclatante est la victoire. » 3 Nous ne sommes pas, et ne devons pas être, limités par la pensée de l’impossibilité.

Le Ministère des Besoins Spécifiques commence et se termine par une nouvelle identité : nous sommes un en Christ. Prise de conscience, acceptation et action, suscitées par le Saint-Esprit, sont les forces motrices derrière ce qui est devenu un mouvement connaissant une expansion rapide. Ce champ de mission est en grande partie vierge, mais cela commence à changer. Plusieurs ressentent l’appel à se tourner vers les millions de personnes marginalisées à cause de leurs « handicaps. » Le moment est venu d’avoir un « Ministère des Possibilités » – un moment où l’église et la communauté croient ensemble que
“tous sont doués, nécessaires et précieux.”

1 White, Ellen G., Pour un Bon Équilibre mental et Spirituel 1, p.261.
2 Diane Dokko Kim, Auteure de Unbroken Faith: Spiritual Recovery for the Special-needs Parent
3 White, Ellen G., Prophètes et Rois, p.151
* • La citation prise du sermon en vidéo « Vous Êtes une Possibilité, » tirée de Pour un Bon Équilibre mental et Spirituel 1, pages 261, a été paraphrasée.

Traduction: Patrick Luciathe

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply