Internationales

Session extraordinaire de la Conférence Générale d’un jour en janvier 2022

April 14, 2021 | Silver Spring, Maryland, United States | Adventist Review and Adventist News Network | DIA

Le mardi 13 avril 2021, les membres du comité exécutif de la Conférence générale (CG) de l’Église adventiste du septième jour ont voté la tenue d’une session extraordinaire de la Conférence générale le 18 janvier 2022.

Le vote a été passé lors de la première journée de la réunion du printemps (Spring Meetings) de 2021, l’une des deux réunions d’affaires annuelles de la plus haute instance dirigeante de l’Église entre les sessions mondiales. La réunion de cette année s’est tenue virtuellement étant donné la pandémie de COVID-19.

La session extraordinaire d’un jour qui se tiendra aux bureaux de l’Église mondiale à Silver Spring, dans l’État américain du Maryland, est convoquée dans le seul but de modifier la Constitution de la Conférence générale pour permettre aux représentants de participer aux futures sessions de la Conférence générale de manière virtuelle dans l’éventualité où surviendrait des circonstances imprévues et inévitables.

Avant le vote, le secrétaire adjoint de l’Église adventiste, Hensley Moorooven, a détaillé certains des facteurs considérés dans la présentation de cette proposition aux membres du comité exécutif de la CG. Il a rappelé à son auditoire que la constitution de l’Église stipule que les sessions de la CG et tous les votes doivent se tenir en personne et sur place. De plus, selon l’article V, section 1 de la Constitution, le report d’une session de la CG ne doit pas « dépasser deux années » à partir de la date régulière prévue. M. Moorooven a ensuite expliqué que les modifications à la Constitution et aux Règlements de la CG ne peuvent se faire que par les représentants lors d’une session ordinaire ou extraordinaire de la CG. Autrement dit, selon M. Moorooven, la proposition des dirigeants de l’Église demeure dans les dispositions de la Constitution et des Règlements de la CG.

Parmi les autres éléments pris en compte, a également expliqué M. Moorooven, les dirigeants ont tenté de prendre une décision qui serait bénéfique pour les représentants et qui limiterait les frustrations tout en suivant un chemin clairement prédéterminé. « Notre objectif était de demeurer transparents à chaque étape du processus, a-t-il ajouté. La proposition que nous présentons aujourd’hui constitue la solution la plus plausible. » Cette solution permettrait aux représentants de participer à la prochaine session de la CG même s’ils ne sont pas en mesure de se rendre physiquement à Saint-Louis à cause des impacts de la pandémie.

Ted N. C. Wilson, président de la Conférence générale, a aussi confirmé que la session extraordinaire de la CG ne se tiendrait que pour un seul point à l’ordre du jour. Il a assuré aux membres qu’aucun autre point ne serait ajouté à l’ordre du jour de la session extraordinaire.

Alors que la pandémie mondiale de COVID-19 continue d’empêcher les grands rassemblements et les voyages, les administrateurs de la CG, tout en planifiant un événement en présentiel pour la session de la CG du 6 au 11 juin 2022 à Saint-Louis, au Missouri, ont considéré prudent de prévoir une solution de rechange. Après le premier report de la session initiale, le comité de la Constitution et des Règlements s’est rencontré pour recommander une modification à la Constitution de la CG qui permettrait à l’avenir la possibilité d’une présence virtuelle. Par contre, la possibilité d’un autre report causé par les impacts continus de la pandémie rendrait la CG non conforme à son document constitutif. La direction de l’Église a donc considéré qu’il serait avantageux de convoquer une session extraordinaire de la CG dans le seul but de modifier la Constitution, qui ouvrirait la possibilité d’une session de la CG virtuelle ou hybride.

En 2020, une réunion du comité exécutif de la CG avait déjà voté la proposition d’une modification de la Constitution de la CG qui permettrait la participation virtuelle lorsqu’elle est expressément demandée par le comité exécutif. La recommandation de modification, à voter par les représentants à la session de la CG, se lit comme suit :

Article V, section 4. Généralement, les sessions ordinaires ou extraordinairement convoquées de la Conférence générale doivent se tenir en personne et sur place. Cependant, les représentants, lorsque c’est demandé par le comité exécutif de la Conférence générale, peuvent participer au moyen d’un système de conférence électronique ou de communication semblable par lequel toutes les personnes participantes peuvent s’entendre les unes les autres au même moment, et la participation par un tel moyen comptera pour une présence en personne à la réunion. Les votes émis à distance seront tout aussi valides que les votes émis sur place.

Le comité exécutif de la CG devra tout de même décider, au moment opportun et selon les circonstances, si la session de la CG sera tenue de manière virtuelle, présentielle ou hybride.

D’après le pouvoir qui lui est conféré dans l’article V de la Constitution de réduire le total de représentants à une session de la CG pour des raisons de « crise majeure au sein de l’Église ou sur la scène internationale », le comité exécutif de la CG a également voté, mardi, de réduire le nombre total de représentants réguliers et extraordinaires de la session extraordinaire de la CG de janvier prochain à 400 personnes. Le quota de représentants attribué pour la CG, les 13 divisions et les deux unions a été approuvé également. La motion comprenait une demande que les divisions incapables d’envoyer leur quota attribué de représentants à cause des restrictions ou d’autres raisons aient la permission de réattribuer leur quota inutilisé à la CG. Le comité administratif de la CG attribuerait alors ces postes à des personnes qui travaillent actuellement dans les bureaux de la CG, principalement des divisions qui partagent leur quota.

Le dernier élément de la motion qui a été votée constituait une demande que tous les comités exécutifs des 13 divisions et des 137 unions mondiales discutent de la proposition de modification de la constitution et passent au vote, puis en envoient leur rapport au secrétariat de la CG d’ici le 31 août 2021.

Durant la discussion, plusieurs membres du comité exécutif de la CG ont exprimé leur soutien à la motion, soulignant combien la pandémie a transformé les opérations tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Église. Le président du Hope Channel, Derek Morris, s’est prononcé en faveur de la motion en disant ceci : « Il s’agit d’une excellente proposition, et ce que nous voulons faire, en fait, c’est inclure plus de gens plutôt que d’exclure des gens. Considérant l’environnement dans lequel nous nous trouvons, j’appuie entièrement cette proposition. »

D’autres membres du comité ont posé des questions et apporté des suggestions. Barna Magyarosi, secrétaire administratif de la Division intereuropéenne a fait l’observation suivante : « D’abord, je crois qu’il s’agit d’une action logique servant à résoudre un casse-tête technique, et je crois qu’il faille aller dans cette direction… Je propose aussi d’inclure, quelque part dans le compte-rendu ou la formulation de ce vote, quelque chose indiquant qu’il n’est pas question de créer un précédent… Par souci de postérité, ceci ne doit pas être considéré comme un précédent pour d’autres points à l’ordre du jour qu’il pourrait être commode d’aborder ainsi. »

Après discussion, trois motions ont été approuvées par une grande majorité.

La première motion, d’approuver la proposition de la session extraordinaire de la Conférence générale, a été approuvée par un vote de 169 contre 3.

La deuxième motion, de convoquer une session extraordinaire de la Conférence générale le 8 janvier 2022 à Silver Spring, Maryland, États-Unis, dans le but de modifier la Constitution de la Conférence générale afin de permettre la participation virtuelle aux sessions de la Conférence générale, a été approuvé à 168 contre 3.

La motion finale, de réduire le nombre total de représentants réguliers et extraordinaires à la session extraordinaire de la Conférence générale du 18 janvier 2022 à 400, a également été acceptée par 170 voix contre 1.


Traduction : Marie-Michèle Robitaille

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply