Skip to main content
Francophonie EuropéenneJeunesse

« The retrouvaille »

By 12 septembre 2022No Comments

12 septembre 2022 | Corrado Cozzi | FSRT | BIA-ANN

Les jeunes de Fribourg se rencontrent plusieurs années après.

Fribourg, Suisse. Le samedi 18 juin 2022 sera certainement une journée à ne pas oublier pour les jeunes de l’église de Fribourg. Je vous explique pourquoi.

Avez-vous déjà assisté à ces rencontres entre étudiants qui se retrouvent après de nombreuses années et qui partagent agréablement leurs choix et expériences de vie ? Quelqu’un est devenu médecin, un autre a réussi à réaliser le métier de ses rêves, un autre encore s’est marié, ou bien celui-ci montre fièrement les photos de ses petits bouts de chou.

Et la soirée autour d’une bonne pizza ou d’un apéritif prend forme à la satisfaction de tous.

Dans le jargon, on l’appelle la retrouvaille.

Disons que l’objectif final de ces rassemblements cache un peu de l’organisation qui prend souvent beaucoup de temps et d’énergies.

Mais lorsque les salutations sont suivies de mots de gratitude pour « avoir pensé à nous » et surtout de l’envie de se revoir, cela compense la préparation épuisante.

Il est agréable de voir ces jeunes gens… adultes maintenant, se plonger dans les souvenirs et revivre des émotions. Et tout tourne autour de la fameuse période scolaire.

Eh bien, suite à ce cliché désormais bien rodé, les jeunes de l’église de Fribourg ont voulu organiser une retrouvaille spéciale.

Sous l’impulsion des responsables de l’époque, ils ont pensé d’organiser une rencontre des jeunes qui ont fréquenté l’église au cours de 25 dernières années et qui, pour différentes raisons, ne la fréquentent plus.

L’idée est venue de Sébastian Tobler, l’un des leaders historiques de la jeunesse de l’époque. « Depuis mon arrivée en 1996 à Fribourg », déclare Sébastian, « j’ai ressenti le besoin de m’investir pour cette jeunesse. J’avais 26 ans et le contact se faisait assez facilement. Entre activité en nature, partage spirituel ou préparation de pièces de théâtre pour la fête de Noël, des liens forts se sont tissés. Puis avec le temps, certains sont partis ailleurs, d’autres ont quitté l’église et d’autres sont toujours là. Avec le temps, l’envie de les revoir s’est fait sentir. J’ai proposé au groupe de la jeunesse actuelle que je prenne en charge l’organisation et elle l’opérationnel. Ils ont répondu présent !

Les invitations ont été envoyées et là, surprise ! Dans l’heure qui a suivi, j’ai reçu pleins de message des anciens qui disaient combien ils étaient heureux de se revoir ! La fête s’annonçait belle. »

Donc, une fois tous d’accord, avec le soutien de toute l’église, la machine organisationnelle s’est mise en marche.

Tout d’abord, il était important de créer une liste des jeunes qui ont fait partie de l’église pendant la période choisie. Et ainsi, petit à petit, une liste qui semblait interminable s’est matérialisée.

En bref, il s’agissait de dizaines et de dizaines de jeunes gens qui avaient laissé un souvenir ineffaçable dans l’esprit de ceux qui les avaient dirigés, et pas seulement cela.

La liste s’est donc arrêtée à pas moins de 55 jeunes.

Ils ont tous reçu une invitation à passer un après-midi en l’honneur du « bon vieux temps ensemble ». Et les réponses ont été surprenantes.

La plupart a accueilli avec enthousiasme une telle proposition, sûrs de retrouver de vieilles amitiés et de se réjouir de souvenirs anciens. On aurait presque dit que certains s’y attendaient.

La sélection épuisante mais précieuse des photos est venue s’ajouter au battement du tambour pour savoir qui se souvient de qui. Bien sûr, c’est un exercice fatigant, voire ennuyant à la fin, mais quel bonheur d’avoir retrouvé un passage historique oublié, une aventure cachée parmi tant d’autres, une soirée nostalgique en agréable compagnie.

Les jeunes de l’église ont entre-temps préparé le programme.

Un programme difficile à oublier.

Une idée brillante a été de penser aux enfants. On pouvait difficilement imaginer qu’ils les auraient laissés à la maison, car la plupart des jeunes contactés étaient marié et avaient de beaux enfants.

Bref, un château gonflable a été loué, rempli d’attractions pour le plus grand plaisir des petits, qui ont visiblement apprécié la surprise.

Le programme comprenait une période initiale de simple découverte. Vous savez comment c’est quand on ne se voit plus depuis longtemps avec ceux avec qui vous avez passé vos plus vertes années. C’était un plaisir de revoir des visages et des sourires et surtout de deviner qui avait considérablement changé de physionomie.

Un tour d’horizon avec des photos sur PPT a suivi, auquel a assisté un public qui avait occupé presque tous les bancs de l’église. Les tentatives de deviner les visages cachés de ceux qui avaient été immortalisés dans tel ou tel événement étaient très agréables.

Il ne s’agissait pas seulement d’un jeu de devinettes, mais d’une manière amusante de stimuler l’idée que derrière cette photo de groupe se cachait une histoire, un événement, un programme particulier qui avait marqué une amitié aujourd’hui redécouverte grâce à ce programme.

Et pour finir, un repas convivial ne pouvait pas manquer. Une extraordinaire et savoureuse soirée crêpes, du salé au sucré comme seuls les francophones savent le faire, a marqué un point indélébile, à la satisfaction de tous.

Les accolades, les bises, les poignées de main amicales à la sortie du programme avaient la saveur d’une promesse, celle de recréer d’autres moments comme ceux-là et de se revoir pour un autre événement agréable. Et vu le succès rencontré, je pense qu’il y en aura bientôt un autre.

J’oubliais… Pour finir on était 66, 47 adultes et 19 enfants. Quoi dire de plus ?


Corrado Cozzi (Pasteur de l’église adventiste de Fribourg, Suisse).

Pôle communications

Author Pôle communications

More posts by Pôle communications
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis