Skip to main content
InternationalesSanté

Un ancien combattant du Vietnam bénéficie d’une procédure innovante proposée par une équipe de pneumologie qui a été primée

By 16 septembre 2022No Comments

13 septembre 2022 | Loma Linda, Californie, États-Unis | Molly Smith, Pôle Santé de l’Université de Loma Linda | Source : DIA

Chuck Park a souffert de l’épidémie de tabagisme pendant près de 50 ans. Il a retrouvé une nouvelle santé auprès de l’équipe de pneumologie du Pôle Santé de l’Université de Loma Linda, l’un des 50 meilleurs services de pneumologie d’après le classement établi au niveau national par US News and World Reports.

Chuck Park a commencé à fumer des cigarettes dans les années 1960 pendant la guerre du Vietnam lorsqu’il s’est engagé dans l’Armée de l’Air. Cette habitude a affecté sa santé de manière négative pendant des années. Il a fini par souffrir d’un emphysème grave, une pathologie dans laquelle les poumons sont endommagés, entraînant des poumons hypergonflés. L’état de Chuck Park provoquait chez lui un essoufflement et le ralentissait, l’obligeant à arrêter de faire des choses qu’il aimait comme faire du vélo et jouer au tennis.

À l’âge de 78 ans, Chuck Park qui soupirait après un mode de vie actif à nouveau, a examiné les différentes options et est tombé sur la réduction du volume pulmonaire par bronchoscopie (BLVR). Chuck Park a découvert que Dr Elliot Ho, DO, pneumologue interventionnel au Pôle Santé de l’Université de Loma Linda, était formé pour effectuer la procédure BLVR et impatient d’introduire la dernière innovation dans l’institution.

La procédure BLVR est une alternative peu invasive à la chirurgie traditionnelle de réduction du volume pulmonaire (LVRS). Pendant la procédure de LVRS, les chirurgiens enlèvent les parties malades du poumon pour réduire la taille des poumons surgonflés, permettant l’expansion du poumon restant. Dans la procédure BLVR, les pneumologues interventionnels placent de minuscules valves unidirectionnelles dans les voies respiratoires des sections emphysémateuses hypergonflées des poumons. Les valves empêchent l’air de pénétrer dans les zones malades, mais permettent à l’air emprisonné de s’échapper, permettant d’obtenir le même résultat qu’en réduisant la taille des poumons surgonflés mais sans les risques de la chirurgie et le temps de récupération typique de la chirurgie.

Dr Ho dit que l’option BLVR peu invasive limite les complications qui sont souvent présentes pendant la chirurgie comme une grande zone d’incision, une infection ou un risque de décès. Dr Ho donne la priorité à la communication avec les patients et leurs proches au sujet des risques et des attentes avant d’effectuer l’intervention.

Dr Ho indique que l’un des risques du BLVR est un pneumothorax, un poumon perforé, qui survient chez 1 patient sur 3. Cela est dû au fait que bien que la procédure rétrécisse le poumon hypergonflé, l’autre poumon compense en se dilatant. Si l’expansion du poumon se produit trop rapidement, cela peut entraîner un pneumothorax. « Un pneumothorax survient parce que nous modifions la physiologie de l’hyperinflation sur quelques heures, alors que l’emphysème s’est développé sur plusieurs années, » explique Dr Ho.

Pour cette raison, Dr Ho surveille les patients pendant 72 heures après la procédure au cas où il y aurait des complications. Les patients atteints de pneumothorax après une procédure BLVR mais qui sont traités immédiatement ont les mêmes taux de réussite à long terme que ceux qui n’ont pas de pneumothorax. « Les taux de réussite après cette complication ne sont pas surprenants. Avoir un pneumothorax indique que la procédure réussit à réduire le poumon hypergonflé, » a-t-il dit.

Trois jours après être sorti de l’hôpital, Chuck Park était de nouveau debout lorsqu’il a eu « le plus gros éternuement de sa vie. » Il a compris que quelque chose n’allait pas et s’est rendu à l’hôpital où il a reçu un drainage pleural et a été placé sous surveillance pendant quelques jours avant d’être autorisé à nouveau à quitter l’hôpital.

Dr Ho a indiqué que le pneumothorax de Chuck Park était malheureux, mais estime que son cas montre exactement ce que l’on peut attendre de la procédure novatrice. « Le meilleur dans tout cela est qu’il ne fera que continuer à voir des résultats positifs, » a déclaré Dr Ho.


Traduction : Patrick Luciathe

Pôle communications

Author Pôle communications

More posts by Pôle communications
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis