InternationalesSanté

Un appel clair à s’attaquer à la question de la santé mentale

By octobre 12, 2020 No Comments

9 octobre 2020 | Silver Spring, Maryland, États-Unis | par : Marcos Paseggi, Adventist Review | DIA

« Chaque année, environ 800000 personnes dans le monde meurent par suicide. Cela représente environ un suicide toutes les 40 secondes, » a déclaré Torben Bergland, psychiatre et directeur adjoint des Ministères de la Santé de l’Église adventiste. « Pour chaque suicide, il peut y avoir plus de 20 personnes qui font des tentatives. Pour chaque suicide, il y a plus de 1000 personnes qui souffrent d’une maladie mentale, soit un total d’environ 1 milliard, le plus souvent il s’agit d’anxiété et de dépression. Les chiffres du suicide ne sont même pas le sommet du vaste iceberg de la souffrance humaine. »

Les commentaires de Torben Bergland faisaient partie d’une vidéo promotionnelle qu’un groupe de dirigeants adventistes utilisent comme appel à l’action pour s’attaquer aux problèmes de santé mentale. La vidéo visait à présenter ce que les dirigeants de la santé de l’église ont appelé l’Initiative de Santé Mentale COVID-19, et a été résumée pour les centaines de membres du Comité Exécutif de la Conférence Générale, lors de la deuxième journée du Concile Annuel, le 8 octobre 2020. En raison de restrictions dûes à la COVID-19, la rencontre administrative annuelle de l’Église adventiste se déroule de manière virtuelle cette année.

Une Situation Difficile

Le directeur des Ministères de la Santé, Peter Landless, a reconnu que les problèmes de santé mentale constituaient une préoccupation pour les ministères adventistes depuis des années, en particulier avant une augmentation alarmante des cas de maladie mentale dans le monde au cours des dernières années. La situation difficile a cependant été exacerbée par les confinements prolongés imposés en 2020 à la suite de la pandémie de COVID-19 equi a encore cours.

La conseillère et directrice adjointe des Ministères de la Famille, Elaine Oliver, a exprimé son accord. « Être humain dans ce monde brisé est difficile. La souffrance est normale dans ce monde. Mais, à cause de la COVID-19, les choses ne sont plus normales. Les choses sont pires, » a-t-elle dit.

C’est une situation qui a entraîné une augmentation spectaculaire des niveaux d’angoisse et de maladie mentale du fait que les personnes tombent malades avec la COVID-19, mais aussi en raison des perturbations dans la vie quotidienne, du stress et de l’isolement, a rappelé Julián Melgosa, psychologue et directeur adjoint du Département de l’Éducation. « Un récent rapport des CDC [Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladies] aux États-Unis a indiqué un triplement des troubles anxieux dans la population générale et une multiplication par 4 des troubles dépressifs, » a-t-il indiqué.

Julián Melgosa a ajouté que les Nations Unies ont reconnu que « la santé mentale et le bien-être de sociétés entières ont été gravement touchés par cette crise et constituent une priorité à traiter de toute urgence. » Il a également déclaré que « la détresse psychologique dans les populations est très répandue. De nombreuses personnes sont angoissées en raison des effets immédiats du virus sur la santé et des conséquences de l’isolement physique. » Enfin, a dit Julián Melgosa, l’ONU a souligné que « la santé mentale demeurera une préoccupation centrale même lorsque les pays sortiront de la pandémie. »

Katia Reinert, directrice adjointe des Ministères de la Santé et infirmière praticienne de famille, était du même avis, notant également que parmi tous les groupes vulnérables, ce sont les jeunes qui semblent être le plus en difficulté. « Dans la tranche d’âge de 18 à 24 ans, 75 pourcents ont déclaré avoir des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie, et 25 pourcents ont déclaré avoir sérieusement envisagé de se suicider au cours des 30 derniers jours. Cela représente beaucoup de souffrance. C’est grave, » a-t-elle dit.

Dans ce contexte, nous ne pouvons que nous demander combien vont mourir par suicide dans chacune de nos régions ecclésiales dans les mois à venir, a déclaré le directeur du Département de la Jeunesse, Gary Blanchard. « Combien seront sur le point d’abandonner ? Combien souffriront à cause de la peur, du désespoir, de la solitude et de la désolation ? »

Un Appel à l’Action

Torben Bergland a déclaré qu’étant donné l’état actuel des choses, les membres et les dirigeants de l’Église adventiste doivent agir, et ils doivent agir maintenant. « Cela doit être une question de la plus haute urgence pour chaque dirigeant, chaque pasteur, chaque éducateur, chaque parent, chaque ami, » a déclaré Torben Bergland. « Nous sommes au milieu d’une pandémie de santé mentale. Nous avons maintenant la possibilité de répondre aux besoins actuels de ce monde. Si nous voulons atteindre les gens avec des vérités présentes et éternelles, nous devons également nous soucier de leurs besoins actuels et y répondre. C’est ce que Jésus a fait. Faisons-le aussi. Maintenant. Ensemble. »

Elaine Oliver a indiqué que les différents départements du siège de l’Église mondiale qu’ils représentent s’associent pour s’attaquer à ce problème. « La Santé, la Jeunesse, la Famille et l’Éducation travaillent ensemble sur ce sujet. Notre objectif initial sera d’atteindre les jeunes âgés de 18 à 30 ans. Mais nous élargirons plus tard à d’autres groupes. Et nous prions, espérons et croyons que ce que nous faisons pour un groupe peut également profiter aux autres, » a dit Elaine Oliver.

Les actions qui sont incluses dans l’initiative comprennent le partage des ressources recommandées sur la façon de soutenir la santé mentale. Les coordinateurs espèrent également mener une campagne sur les réseaux sociaux, sur Instagram, Twitter, Facebook, YouTube et d’autres plateformes pertinentes. Ils ont également déclaré qu’ils organiseraient des webinaires, des interviews et des panels de discussion en ligne.

« Vous voudrez peut-être mener des actions similaires. Vous voudrez peut-être faire autre chose, » a dit Elaine Oliver à ceux qui regardaient la vidéo promotionnelle. « Faites ce que vous jugez approprié et en fonction des besoins de votre territoire. Et, s’il vous plaît, partagez avec nous ce que vous faites, afin que nous puissions partager avec les autres. »

Torben Bergland a conclu en soulignant que dans un monde en crise, des partenariats comme celui que les dirigeants adventistes suggèrent peuvent commencer à combler le fossé. « Si nous pouvons être unis et travailler ensemble, nous pouvons faire une différence, » a-t-il déclaré.


Traduction : Patrick Luciathe

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply