CoronavirusInternationalesSanté

Un expert en santé mentale encourage la patience alors que la demande de vaccins et le désespoir augmentent

28 mars 2021 | AdventHealth | ANN

En Floride, deux femmes, âgées de 30 ou 40 ans et déguisées en « mamies », ont fait la une des journaux nationaux lorsqu’elles ont été prises en flagrant délit sur un site de vaccination, alors qu’elles tentaient de contourner les conditions d’éligibilité de l’État pour ce qui aurait été leur deuxième dose de vaccin COVID-19. En Géorgie, des agents fédéraux ont arrêté un homme pour avoir vendu une « injection immunitaire » à 19 dollars qui, selon lui, pouvait « réduire votre risque de contracter le COVID-19 ». Alors que les vaccins COVID-19 deviennent peu à peu disponibles, les histoires de tromperie et de désespoir ne deviennent que trop courantes, les Américains, fatigués par la pandémie, étant de plus en plus impatients de se faire vacciner.

Luis Allen, MD, psychiatre et directeur médical du Center for Behavioral Health d’AdventHealth, affirme que l’anxiété et le désespoir qui s’installent chez certains pendant qu’ils attendent la possibilité de se faire vacciner peuvent affecter leur santé mentale.

« Nous avons vraiment faim de normalité, et même dans les meilleurs moments, du point de vue de la santé mentale, il peut y avoir une augmentation de l’anxiété », a déclaré le Dr Allen. « Avec l’anticipation des vaccins, qui est une excellente nouvelle, il peut y avoir une propension à être plus anxieux, et nous devons être en mesure d’aider les gens à naviguer cette bonne nouvelle afin qu’elle ne joue pas, dans une certaine mesure, contre eux. »

Dans les mois qui ont précédé le lancement initial des vaccins, de nombreux rapports et études ont fait état d’une hésitation généralisée à les prendre, certains soulevant des questions sur la sécurité, l’efficacité et la méfiance. Bien qu’une certaine hésitation subsiste, le pendule est peut-être en train de revenir un peu en arrière, car de plus en plus d’Américains veulent maintenant se faire vacciner, certains ayant recours à des mesures désespérées pour y parvenir.

Des données récentes montrent que la demande de vaccins est en augmentation. Une enquête d’AdventHealth portant sur 157 000 personnes montre que plus de 70 % des personnes interrogées ont déclaré avoir une probabilité positive de se faire vacciner en février, contre 46 % en octobre 2020. Cependant, comme le vaccin est déployé par phases et que l’approvisionnement n’est pas suffisant pour tout le monde en même temps, l’attente, la frustration et le désespoir augmentent.

Un peu plus d’un an après le début de la pandémie, celle-ci continue de faire des ravages sur la santé mentale des Américains. Face à l’augmentation des dépressions, de l’isolement et de l’anxiété provoquée par les fermetures, les pressions financières et la peur, les experts de la santé et le public considèrent les vaccins comme la lumière au bout du tunnel.

Selon les Centers for Disease Control and Prevention, plus de 127 millions de doses ont été administrées, mais seulement 24,9 % de la population américaine a reçu une ou plusieurs doses. Le vaccin unidose de Johnson & Johnson ayant récemment reçu une autorisation d’utilisation d’urgence, on peut espérer que l’accès aux vaccins et la vitesse à laquelle ils sont distribués et administrés seront accrus.

Pour ceux qui ressentent une fatigue et une anxiété liées à la pandémie en attendant un vaccin, le Dr Allen les invite à tenir bon encore un peu.

« Il s’agit d’un marathon, pas d’un sprint, et il est important de garder le rythme du marathon », a déclaré le Dr Allen. « Il est également important de se rappeler toutes les mesures que vous avez prises au cours de l’année écoulée pour rester en bonne santé et de vous féliciter de les avoir respectées. Mais restez sur vos gardes encore un peu car nous nous rapprochons de la ligne d’arrivée. »

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply