CoronavirusInternationalesSanté

Un hôpital adventiste au Mexique rebondit après que des dizaines d’employés aient été testés positifs à la COVID-19

By septembre 28, 2020 No Comments

Le personnel médical de l’Hôpital du Sud-Est à Villahermosa, dans l’état deTabasco, au Mexique, prend une photo de groupe avec le Dr Birzabit Cabrera du Service des Soins d’Urgence, qui a récemment guéri de la COVID-19. Le Dr Cabrera fait partie des 48 employés du personnel de l’hôpital qui ont été testés positifs à la COVID-19 et qui ont dû rester à leur domicile pour se rétablir. L’hôpital a dû mettre en place des procédures préventives plus strictes et ajuster les horaires de travail pour faire redescendre la courbe des cas positifs qui sont en hausse à Tabasco. [Photo : avec l’aimable autorisation de l’Hôpital du Sud-Est]

18 septembre 2020 | Villahermosa, Tabasco, Mexique | Libna Stevens, Pôle Informations de la Division Inter Américaine

Lorsque les employés de l’Hôpital du Sud-Est, une institution sanitaire adventiste à Villahermosa, dans l’état de Tabasco, au Mexique, ont commencé à être testés positifs à la COVID-19, la direction a dû resserrer les procédures de fonctionnement pour faire redescendre la courbe du coronavirus et continuer à offrir des soins médicaux non liés à la Covid à une communauté durement frappée par la pandémie.

« Notre état de Tabasco a continué de se retrouver entre la cinquième et la troisième place au niveau national pour ce qui est des cas positifs de COVID-19, et pour nous, cela signifiait que 23 pourcents de notre personnel étaient affectés, » a déclaré Alexis Pérez, administrateur de l’Hôpital du Sud-Est.

Augmentation des cas de COVID-19

À la date du 15 septembre, plus de 28800 cas positifs et 2620 décès ont été signalés dans l’état de Tabasco.

Hospital del Sureste (l’Hôpital du Sud-Est) est une institution sanitaire adventiste créé en 1975 et desservant une grande communauté dans la ville de Villahermosa, dans l’état de Tabasco, dans le sud du Mexique. [Photo : Hôpital du Sud-Est]

Quarante-huit employés, dont Alexis Pérez et Robert González, le directeur financier de l’hôpital, ont dû être mis en quarantaine pendant trois semaines ou plus de début avril à août, selon ce qu’a indiqué Alexis Pérez. « Notre hôpital n’avait jamais fait face à un tel défi où nous devions agir rapidement pour protéger tous les employés et les patients qui entraient, » a déclaré Alexis Pérez.

L’hôpital, qui est classé comme un établissement qui ne traite pas les cas de COVID-19, dispose d’une zone de triage pour dépister les symptômes de la COVID-19. Tous les patients présentant de tels symptômes sont renvoyés chez eux pour se reposer ou dirigés vers l’un des centres médicaux appropriés pour traitement.

Il fallait faire quelque chose pour protéger les dizaines de membres du personnel hospitalier, alors que le nombre de visites régulières et de chirurgies avaient diminué au cours des mois de confinement qui ont commencé en avril. De nouveaux patients envoyés par des hôpitaux débordés ont commencé à chercher des services médicaux généraux à l’Hôpital du Sud-Est, ce qui a demandé une coordination supplémentaire, a dit Alexis Pérez.

Les administrateurs de l’Hôpital du Sud-Est de gauche à droite : Dr Alberto Reyes, directeur médical, Alexis Pérez, administrateur, et Robert González, directeur financier, posent pour une photo. Alexis Pérez et Robert González ont été testés positifs à la COVID-19 et ont dû être placés en quarantaine pour se rétablir à domicile pendant trois semaines tout en gérant le fonctionnement de l’hôpital [Photo d’archives : Hôpital du Sud-Est]

Étudier les raisons et aller de l’avant

« Nous nous sommes assis pour documenter et analyser les cas positifs dans notre hôpital et nous avons conclu que de nombreuses infections en dehors de l’institution dans les activités générales dans leurs communautés, avec des amis ou des membres de la famille, ont contribué à la propagation du virus, » a expliqué Alexis Pérez. L’hôpital a décidé de mettre en place davantage de mesures préventives, y compris le lavage des mains, la désinfection de zones, l’utilisation correcte des équipements de protection individuelle pour chaque département de l’hôpital, etc.

Au départ, la peur de la pandémie a réduit le nombre de chirurgies que l’hôpital réalise habituellement, a dit Alexis Pérez. L’hôpital reçoit environ 1800 patients hospitalisés et 7000 patients externes en soins d’urgence en moyenne chaque année.

Les employés sont passés à des journées de travail réduites de 12 heures afin de pouvoir restreindre la présence du public aux premières heures du matin et en début de soirée tous les jours. En l’espace de cinq mois, 379 patients sont passés par le triage spécial mis en place à l’hôpital, et aucun des 208 membres du personnel et des employés de l’hôpital n’a perdu son emploi au cours de ces mois les plus difficiles, a dit Alexis Pérez.

Les infirmières d’étage tiennent une boîte d’équipement de protection individuelle et de fournitures au mois de mars. [Photo : Hôpital du Sud-Est]

Il y a une crainte d’avoir une nouvelle vague de résurgence du coronavirus, mais il y a encore des patients qui ont besoin de guérison et de soins, a déclaré Alexis Pérez. « Notre tâche est de poursuivre la mission qui consiste à offrir un service sanitaire holistique qui restaure l’image de Dieu dans nos semblables, comme le dit notre déclaration de mission. Alexis Pérez a expliqué que 95 pourcents du personnel sont des adventistes du septième jour et que l’hôpital est connu dans la communauté pour ses soins chrétiens de qualité.

Au cours de 20 ans où il a travaillé dans le système adventiste d’écoles et d’établissements de santé, Alexis Pérez n’a jamais vu un tel défi et une telle opportunité de mieux gérer un établissement de santé. C’est sa troisième année en tant qu’administrateur de l’hôpital.

Alors qu’il était en convalescence chez lui pendant trois semaines avec les symptômes de la COVID-19, il n’a pas arrêté de tenir des réunions par téléphone.

Deux techniciens se tiennent debout avec leur équipement de protection devant le centre de radiologie / imagerie de l’hôpital. [Photo : Hôpital du Sud-Est]

Faire confiance à Dieu pendant la crise

« J’ai débuté en tant qu’employé de l’église ici même dans cet hôpital il y a 20 ans en tant que comptable, et je ressens un sentiment d’engagement et d’amour envers Dieu et cet hôpital alors que je l’ai vu se développer au fil des ans, en particulier à travers les épreuves que la pandémie a apportées, » a déclaré Alexis Pérez. « Nous sommes reconnaissants de ce qu’aucun des employés de l’hôpital n’ait été gravement touché par le coronavirus. Certains font encore face aux effets du virus, mais il n’y a actuellement aucun employé atteint de la COVID-19. Notre dernier employé affecté a été testé négatif cette semaine et est de retour au travail. »

« Ce qui est le plus important dans cette crise, c’est de faire confiance à Dieu et de valoriser nos ressources humaines qui continuent à fournir les services de soins médicaux dont chaque patient a besoin, » a dit Alexis Pérez.

En raison des mesures de prévention et de sécurité supplémentaires, les coûts des services ont augmenté vu que le processus de soins aux patients est plus important, mais il ne s’agit pas tant de maintenir une entreprise à flot que de s’en tenir à la mission de servir chaque patient avec amour chrétien, a ajouté Alexis Pérez.

Une prière est offerte par l’aumônier de l’hôpital, pasteur Roger Pech (à gauche), aux côtés de Robert González, directeur financier de l’hôpital lors d’un marathon de lecture de la Bible en soirée qui s’est tenu du 3 au 4 juillet 2020, du vendredi à 18 h au samedi, 18 h [Photo : Hôpital du Sud-Est]

L’hôpital continue d’entretenir des relations étroites avec les autorités sanitaires de l’état dans un effort de collaboration avec un groupe d’hôpitaux locaux et d’autres, a déclaré Alexis Pérez. « Nous sommes en alerte en cas de résurgence des cas de COVID-19 dans la ville et nous nous sentons mieux préparés pour faire face aux défis que cela peut entraîner. »

Plans d’expansion

Les plans pour l’Hôpital du Sud-Est comprennent la conversion d’un bâtiment vacant à plusieurs étages en cabinet médical pour les médecins, un centre de soins des blessures, une zone de physiothérapie et un centre de néphrologie avec quatre appareils de dialyse.

L’Hôpital du Sud-Est a été créé en 1975 et est une institution adventiste supervisée par l’Union Mexicaine du Sud-Est. Il dispose de 32 lits et offre des services en médecine interne, traumatologie, gastro-entérologie, des services de diagnostic, tels que le laboratoire clinique et bien plus encore.

Un groupe du personnel chargé de l’entretien se réunit lors d’une démonstration sur la manière d’utiliser correctement l’équipement de protection individuelle dans certaines zones de l’hôpital. [Photo : Hôpital du Sud-Est]

Pour en savoir plus sur l’Hôpital du Sud-Est, cliquez ICI


Traduction : Patrick Luciathe

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply