Skip to main content
CommunicationsInternationales

Un nouveau film d’animation sur le Grand conflit remporte plusieurs prix

31 décembre 2021 | Roumanie | Maryellen Hacko | Hope Discovery | ANN

Honoré avec le prix de la meilleure animation au 10e Festival international du film court de Delhi 2021, un nouveau film d’animation créé par Hope Discovery — un projet entre Speranta TV et l’Église adventiste du septième jour — explore le Grand conflit sous forme narrative, dans le but de rendre la vision du monde adventiste et le message de la fin des temps accessibles aux chercheurs et aux membres.

« Le festival avait 1300 films inscrits, et ils ont sélectionné environ 40 ou 50 films », explique le directeur du film, Attila Peli. « Il est très compliqué d’être sélectionné dans n’importe quel festival, mais gagner un prix est encore plus difficile. Et gagner un prix avec un film profondément chrétien dans un festival laïc est presque impossible. Je pense que c’est pour cela que c’est une grande réussite et je remercie Dieu pour cela. »

Depuis, le film a également remporté le prix du meilleur long métrage d’animation au Christian Georgia Film Festival, ainsi qu’un prix d’excellence dans les catégories chrétien et montage sonore/mixage sonore à l’Accolade Global Film Competition.

« Je suis très heureux que nous ayons décroché des prix et que d’autres puissent arriver, mais je suis plus intéressé par le fait de mettre ces icônes de festival et ces lauriers sur le film afin que les gens sachent qu’il est de bonne qualité, qu’il vaut la peine d’être regardé. Nous n’avons aucun intérêt, si ce n’est que les gens le regardent et changent de perspective sur la vie », explique M. Peli.

Prenant environ trois ans pour réaliser le projet, M. Peli dit qu’il a d’abord été inspiré pour créer le film après avoir assisté à la conférence GAiN à Séoul en 2018. « Je n’avais regardé aucun film sur le Grand conflit auparavant – pas même de la part d’adventistes, et c’est le thème principal de la théologie adventiste ! Je ne savais pas exactement comment m’y prendre, mais je savais que je voulais faire un film. »

Travaillant d’arrache-pied pour combler ce vide, M. Peli a réuni une petite équipe d’animateurs, trois illustrateurs, un ingénieur du son et un monteur, et a commencé à écrire un scénario, qui, selon lui, a été inspiré par Dieu.

« J’ai juste commencé à écrire le scénario et il est sorti en une semaine environ. Je pense qu’il a été inspiré par Dieu parce que maintenant je regarde le script et je ne reconnais pas ma propre participation ! » dit-il. « Le problème, c’est que les films coûtent cher, et nous avions un très petit budget — en fait, au début, nous n’avions même pas de budget ! Raconter l’histoire complexe du Grand conflit dans un film en prise de vue réelle aurait nécessité un budget hollywoodien, j’ai donc pensé à une animation à la place. »

Le film suit le récit global du Grand conflit — de la chute de Lucifer à la seconde venue de Jésus — à travers les yeux du protagoniste, Samuel. Samuel et sa sœur, Naomi, se retrouvent dans une situation difficile et Samuel finit par être poignardé par le petit ami de sa sœur. Alors qu’il est à moitié conscient et hospitalisé, Samuel a des visions du ciel, de Jésus et de personnages bibliques importants.

« Le Grand conflit est au centre du film, mais je ne voulais pas qu’elle soit autonome », explique M. Peli. « Je voulais prendre ce grand sujet — qui peut ne pas être pertinent pour un jeune — et le relier à un drame de la vie réelle. À la fin du film, Naomi doit prendre une décision, et j’espère que cela se reflète également dans la vie réelle. »

Rendre le Grand conflit accessible et intéressant pour les jeunes était la motivation première de M. Peli pour créer le film. D’une durée de 56 minutes et doté d’un style d’animation artistique et très émotif, le film est conçu comme un produit d’introduction destiné à inciter les jeunes à approfondir le récit biblique et, finalement, la théologie adventiste.

« Le Grand conflit d’Ellen White est un livre extraordinaire, mais il compte plusieurs centaines de pages et la plupart des jeunes n’ont pas lu plusieurs centaines de pages de toute leur vie », déclare M. Peli. « Si vous leur donnez un tel livre, ils vont se mettre à courir, ils ont donc besoin d’une introduction qui soit facile à regarder. »

Bien que le film soit animé, M. Peli souligne qu’il ne s’agit pas d’un film conçu pour les enfants, car il comporte des thèmes mondains et des représentations de Satan et de démons. Il est plutôt destiné à la tranche d’âge des 15-35 ans, lorsque les jeunes commencent à se poser des questions existentielles et à s’intéresser à la spiritualité.

« L’Église a fait une erreur en pensant que les jeunes ne s’intéressent pas à la spiritualité », déclare M. Peli, exhortant l’Église adventiste à investir davantage dans des produits créatifs. « Ils s’intéressent à la spiritualité, mais vous devez la présenter d’une manière qui les touche, qui soit pertinente. Si l’Église commençait à comprendre la valeur d’une histoire — comment les informations restent dans l’esprit et ont un impact émotionnel — alors nous aurions probablement le budget nécessaire pour créer des films plus pertinents sur le plan spirituel ! »

« Les gens ne comprennent pas le monde dans lequel nous vivons parce qu’ils ne nous voient pas comme faisant partie d’une guerre spirituelle plus vaste. Lorsque vous comprenez cela, toute votre attention change. Vous réadaptez votre stratégie de vie. »

Actuellement, le film est disponible en roumain sous la forme d’une série de sept épisodes sur la chaîne Hope Discovery Romania YouTube. Une version anglaise sera également publiée très prochainement. Vous pouvez regarder la bande-annonce en anglais ici :

Ou la version en roumain de 6 minutes :

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply