InternationalesSanté

Un patient atteint d’un cancer du sang, repoussé par d’autres, est accueilli au centre anticancéreux de l’Université adventiste de Loma Linda pour un traitement qui prolonge sa vie.

7 juin 2021 | LLU | ANN

Les médecins de plusieurs établissements ont dit à Pat Giard qu’il n’y avait rien à faire pour elle, une patiente de 70 ans atteinte d’un myélome multiple, un type de cancer du sang chronique, et lui ont conseillé de « rentrer chez elle et de se sentir bien » jusqu’à la fin. C’était il y a environ dix ans, avant que Mme Giard ne rencontre les oncologues du Loma Linda University Cancer Center. Aujourd’hui âgée de 79 ans, cette résidente de Riverside se dit satisfaite de son traitement actuel qui lui permet de remplir ses rôles de grand-mère aimante, de voyageuse avide et de joueuse de bowling passionnée.

« Je n’étais pas prête à accepter un « non » comme réponse parce que je savais qu’il me restait encore beaucoup à faire », a déclaré Mme Giard. « Je suis très heureux de l’avoir fait, car cela m’a conduit à Loma Linda University Health, où j’ai rencontré des médecins comme le Dr Akhtari qui s’intéressent vraiment à leurs patients et croient en eux. »

Bien que le myélome multiple, un cancer chronique des plasmocytes, soit incurable, le traitement a permis à Mme Giard de prolonger sa vie et d’avoir une bonne qualité de vie, ce qui lui permet de mener les activités qu’elle souhaite, a déclaré Mojtaba Akhtari, MD, hématologue-oncologue au centre anticancéreux.

Selon le Dr Akhtari, il est regrettable que certains aient tendance à avoir une vision pessimiste du cancer chez les patients âgés. De plus, le myélome multiple est un cancer relativement peu répandu, et peu de personnes autres que les oncologues sont conscientes de l’existence de nouvelles avancées dans les traitements pour ces patients.

« Nous sommes dans l’âge d’or des traitements ciblés et de l’immunothérapie, qui nous permettent de servir des patients comme Pat », a déclaré Akhtari. « La survie globale des patients atteints de myélome multiple s’est considérablement améliorée grâce à ces progrès. »

Mme Giard est l’une des patientes à bénéficier de ces avancées et suit actuellement un plan de traitement personnalisé, en ambulatoire, composé d’une injection de bortezomib, qui cible les voies activées par les cellules du myélome multiple, ainsi que d’un comprimé de pomalidomide qui libère des agents dans la moelle osseuse au niveau du site du cancer et empêche les cellules du myélome multiple de se développer et de se multiplier. Cette combinaison spécifique permet à Mme Giard de contrôler son cancer, a déclaré Mme Akhtari.

En tant que secrétaire-trésorière de deux ligues de bowling hebdomadaires depuis 1972 et grand-mère de six enfants, Mme Giard a beaucoup à faire. En outre, elle et son mari avaient visité 44 capitales d’État avant que son myélome multiple ne mette leurs projets en suspens ; six capitales restantes attendent toujours la visite des Giard.

Cette capacité à vivre avec le myélome multiple et à le gérer afin de vivre pleinement sa vie n’a pas été facile pour Mme Giard. Le myélome multiple a été diagnostiqué pour la première fois en 2009 et elle a subi vingt-cinq séances condensées de radiothérapie en l’espace de cinq semaines dans un autre établissement, après quoi elle a choisi de ne pas commencer de chimiothérapie. Deux ans plus tard, en 2011, des douleurs atroces au dos ont ramené Mme Giard dans différents hôpitaux, où les médecins ont reconduit la présence du myélome multiple dans son corps, mais l’ont renvoyée.

Néanmoins, quelques jours après avoir demandé des soins à l’Université de Louvain, Mme Giard a subi une cyphoplastie, au cours de laquelle les médecins ont renforcé 12 fractures comprimées dans ses vertèbres, des os qui avaient été affaiblis par son myélome multiple. Par la suite, elle a travaillé avec la spécialiste en médecine palliative Gina Mohr, MD, qui a permis à Giard de gérer sa douleur afin de s’adonner à des activités importantes pour elle. C’est ainsi qu’a débuté la décennie de soins de Mme Giard à l’Université de Louvain, en commençant par une thérapie par perfusion bihebdomadaire sous les soins des résidents de l’Université de Louvain, qui a depuis conduit à sa collaboration actuelle avec M. Akhtari pour un traitement personnalisé.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply