CoronavirusSanté

Une étude suggère que les régimes à base de plantes sont liés à un risque moindre de complications liées à la maladie de Covid-19.

By 1 juillet 2021 No Comments

20 juin 2021 | Felipe Lemos | DSA | ANN

Une enquête visant à étudier l’association de différents régimes alimentaires avec le développement du Covid-19 dans le corps humain a récemment été publiée par le BMJ Nutrition Prevention & Health Journal . L’étude a révélé que les personnes ayant un régime alimentaire à base de légumes ont 73 % de chances en moins de développer des pathologies graves lorsqu’elles contractent le Covid-19. D’autres données obtenues dans le cadre de l’enquête ont montré que, parmi les patients qui adhèrent à un régime basé uniquement sur le poisson et les fruits de mer, sans viande d’autres animaux, la probabilité de ne pas avoir d’aggravation de la maladie atteint 53 %.

Professionnels de la santé

L’étude a été publiée sur la base des réponses de 2 884 médecins et infirmiers infectés qui travaillent en première ligne contre les coronavirus au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et aux États-Unis. Sur ce total, 568 cas présentant des symptômes de la maladie ont été analysés, que ce soit à un niveau léger, très léger, modéré, sévère ou très sévère.

L’Agence de presse adventiste sud-américaine (ASN) a décidé de discuter de l’étude avec le cardiologue et médecin de soins intensifs Everton Padilha Gomes. Gomes est titulaire d’un doctorat en sciences médicales de l’Université de São Paulo (USP), est professeur collaborateur à la Faculté de médecine de l’USP, et est le coordinateur d’une étude qui porte précisément sur les régimes alimentaires et la qualité de vie. Gomes a commenté cette recherche dans l’interview ci-dessous.

L’enquête a principalement pris en compte les réponses des professionnels de la santé de certains pays, mais peut-on faire les mêmes hypothèses pour toutes les personnes qui suivent un régime à base de plantes ?

Certainement. Ce qui est intéressant dans la recherche effectuée, c’est que nous avons un groupe de personnes dans le domaine de la santé, c’est-à-dire des personnes qui savent ce qu’il faut faire du point de vue de l’hygiène pour éviter la Covid-19 (utilisation de masques, lavage des mains, utilisation d’alcool en gel). Ainsi, la désinformation sur les aspects préventifs ne serait pas le problème. De plus, ils sont plus exposés au Coronavirus, car ils sont en première ligne face aux patients infectés. Ce qui s’avère rester important, ce sont les habitudes de vie, quelque chose qui peut être reproduit par tout le monde – indépendamment de l’âge, du sexe ou de la profession.

Compte tenu de votre connaissance et de votre expérience des recherches liées aux régimes sans apport de viande, qu’est-ce qui peut effectivement favoriser la réduction des cas graves de maladies telles que la Covid-19, pour ceux qui adoptent un régime à base de plantes ?

Nous savons qu’un facteur qui influence grandement l’évolution vers des cas graves d’une infection à coronavirus est le fait que la personne présente des facteurs de risque d’inflammation (obésité, diabète, hypertension). Plusieurs études démontrent que l’utilisation constante et en grande quantité d’aliments carnés augmente la prédisposition de l’organisme à maintenir un état inflammatoire, qui est associé à plusieurs maladies cardiovasculaires, voire à l’apparition de tumeurs. Un organisme qui est constamment attaqué par des facteurs inflammatoires est plus susceptible d’évoluer vers un état plus sévère de Covid-19, et c’est ce que démontre l’étude présentée ici.

Quel est votre conseil concernant l’adoption générale d’habitudes saines et une préparation immunologique pour faire face aux maladies ?

Notre corps est comme une maison. Il faut la garder en ordre. Dans ce cas, avec l’adoption d’habitudes saines telles que les huit remèdes naturels que l’Église adventiste du septième jour préconise depuis plus de 160 ans (eau, air pur, soleil, repos, exercice, alimentation correcte, équilibre, confiance dans la puissance divine), la maladie peut arriver, mais le risque d’évolution vers quelque chose de plus grave est plus faible. Il est important de noter que les habitudes saines sont particulièrement préventives. Il est essentiel que cela soit inclus dans la vie comme une nouvelle façon d’envisager le soin du corps, et pas seulement quelque chose à utiliser uniquement en cas de pandémie ou de maladie.

 

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply