Skip to main content
Internationales

Une ville des États Unis poursuivie pour discrimination envers un membre de l’Église adventiste

2 août 2022 | Michigan, États-Unis | Par Debbie Michel | Union de Fédérations du Lac | DIA

Le département américain de la Justice (DOJ) a intenté un procès pour discrimination religieuse contre la ville de Lansing dans le Michigan, aux États-Unis, pour le licenciement présumé d’un membre de l’Église adventiste du septième jour suite à son refus de travailler le sabbat du septième jour, ce qui constitue une violation de la loi fédérale sur les droits civils de 1964.

Dans la plainte déposée le 15 juillet 2022, Sylvia* a déclaré avoir été embauchée comme agente de détention en 2018 après avoir informé les responsables des départements de la police et des services des ressources humaines qu’elle n’était pas disponible pour travailler du coucher du soleil le vendredi au coucher du soleil le samedi. Plutôt que de prendre des mesures pour lui proposer des arrangements, la ville a licencié Sylvia presque immédiatement après le début de son emploi. Le DOJ demande des arriérés de salaire avec intérêts, ainsi que des dommages et intérêts compensatoires pour Sylvia. De plus, il fait en sorte qu’un juge émette une injonction empêchant la ville de faire preuve de discrimination à l’endroit des employés sur la base de la religion et ordonne à la ville d’élaborer et de mettre en œuvre des règlements qui empêcheraient la discrimination religieuse.

Dans un bulletin d’informations, l’avocat de la ville de Lansing, Jim Smiertka, a nié l’accusation, en déclarant : « Nous ne croyons pas que ce qui a été dit corresponde aux faits et à la loi telle que nous la connaissons. »

Selon un communiqué de presse du DOJ, « la discrimination et l’intolérance religieuses n’ont pas leur place sur le lieu de travail aujourd’hui, » a déclaré la procureure générale adjointe Kristen Clarke de la Division des Droits Civils du Ministère de la Justice. « Les employés ne devraient pas avoir à choisir entre leur religion et leurs moyens de subsistance, en particulier lorsque l’employeur peut leur proposer des aménagements par rapport à leurs croyances religieuses. »

Détails de la poursuite en justice

Selon la plainte, Sylvia a été interviewée pour le poste d’agent de détention en décembre 2017, et lors de son entretien, elle a déclaré qu’elle ne serait pas en mesure de travailler du vendredi au coucher du soleil au samedi au coucher du soleil afin de respecter le sabbat en tant qu’adventiste du septième jour.

Sylvia a eu un deuxième entretien en février 2018, et au cours de cet entretien, elle a de nouveau été interrogée sur l’emploi du temps. Elle a expliqué qu’elle était flexible quant à son emploi du temps et qu’elle pouvait travailler selon des horaires différents, mais en déclarant qu’elle était flexible, Sylvia voulait dire qu’elle était flexible en dehors de son observation du sabbat.

Sylvia s’est vu offrir le poste et l’a accepté en juin. Après avoir examiné son emploi du temps au travail le premier jour, le 18 juin, elle a remarqué qu’elle devait travailler le samedi 23 juin 2018, de 7 h à 19 h.

Sylvia a réaffirmé à son employeur qu’elle ne pouvait pas travailler le samedi. Après une série de rencontres, le 21 juin 2018, elle a reçu une lettre de licenciement l’informant « qu’à compter du 20 juin 2018, la ville de Lansing met fin à votre emploi car vous n’êtes pas en mesure de répondre aux exigences du poste d’officier de détention. »

L’Union du Lac demande une enquête

Peu de temps avant son licenciement, Sylvia a contacté le bureau des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse (PARL) de l’Union de Fédérations du Lac qui défend les membres confrontés à des problèmes tels que les aménagements pour les membres observateurs du sabbat. Le directeur du PARL de l’Union du Lac, Nicholas Miller, a répondu en envoyant une lettre et en appelant le bureau des ressources humaines de la ville pour voir si la décision pouvait être annulée. Lorsqu’il a constaté que la ville ne réagissait pas, Nicholas Miller a déposé une plainte auprès de la Commission pour l’Égalité des Chances en matière d’Emploi (EEOC).

Après une enquête, l’EEOC a trouvé des raisons de croire qu’il y avait eu discrimination. Habituellement, dans ces circonstances, a déclaré Nicholas Miller, l’agence émettra une lettre de droit de poursuite qui permet à la victime d’intenter une action en justice avec un avocat privé. Dans un petit nombre de cas particulièrement dignes d’être considérés ou importants, le gouvernement fédéral lui-même, par le biais du ministère de la Justice, intentera une action en justice pour faire valoir les droits de la victime. C’est ce qui s’est produit dans le cas de Sylvia, a dit Nicholas Miller.

« Il s’agit d’un rebondissement passionnant pour Sylvia, » a ajouté Nicholas Miller, « car après près de trois ans au cours desquels rien ne se passait, nous avions pensé que son cas était mort et enterré. »

L’histoire de Sylvia a été publiée dans le Lake Union Herald en octobre 2020 avec une déclaration disant que prendre position pour Dieu n’amène peut-être pas de succès ou de justice à court terme, mais il est néanmoins important d’être fidèle.

« Le Seigneur l’avait bénie en lui donnant un nouvel emploi plus gratifiant où elle travaillait avec des enfants à risque, mais nous pensions que concernant ses convictions du sabbat, justice ne lui serait vraisemblablement pas rendue dans ce monde, » a déclaré Nicholas Miller. « Mais apparemment, le retard dans l’enquête sur le cas était dû au ralentissement causé par la pandémie. Maintenant, de manière assez inattendue, Sylvia est face à la perspective de voir ses convictions sur le sabbat respectées et protégées dans cette vie après tout.

* Nom de famille omis.


Traduction : Patrick Luciathe

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis