Skip to main content
CommunicationsInternationales

Utilisation de l’IA et des technologies innovantes dans l’Église adventiste

By 27 octobre 2021No Comments

5 octobre 2021 | ANN

Nous vivons dans un monde moderne. C’est inévitable, les technologies de l’ingénierie moderne ont filtré jusque dans les portions les plus banales de la vie quotidienne, à tel point que nous sommes incapables de fonctionner dans une capacité professionnelle ou personnelle sans l’aide de l’intelligence artificielle. Mais qu’est-ce que cela signifie au niveau biblique ? En tant que croyants, devons-nous fuir cette intelligence artificielle en la considérant comme une erreur semblable à celles des fictions apocalyptiques ? Ou l’adopter complètement ? Dans cet épisode de ANN InDepth, les animateurs Sam Neves et Jennifer Stymiest sont rejoints par Daryl Gungadoo, directeur du Media Lab de l’Adventist Review, pour démêler l’éthique complexe entourant l’intelligence artificielle dans l’Église adventiste.

L’intelligence artificielle peut relever de la “logique floue”, un terme utilisé par les scientifiques pour expliquer la difficulté à cerner la complexité et l’étendue des capacités de l’IA. Cependant, Daryl Gungadoo donne sa propre définition simplifiée, à savoir “un système qui peut être programmé pour apprendre”. Les sites web, les voitures, les téléphones et même nos réfrigérateurs apprennent les schémas de la vie humaine simplement grâce à la mémoire et au langage de programmation. Nous avons connu quatre révolutions industrielles, qui ont chacune repoussé les limites de l’innovation et de la commodité. Gungadoo décompose chaque vague, de la mécanisation de l’énergie hydraulique et de l’énergie à vapeur à la production de masse des assemblages, en passant par l’automatisation des ordinateurs, jusqu’à la dernière vague sur laquelle nous sommes sur le point de monter, à savoir les systèmes physiques cybernétiques. Gungadoo précise que “la quatrième révolution industrielle se caractérise par la fusion de technologies qui brouillent les frontières entre les sphères physique, numérique et biologique”. Pour beaucoup, l’observation de la quatrième vague de la révolution industrielle à venir peut sembler intimidante, de peur qu’elle ne nous noie dans suffisamment de traçage, d’informations et de liens technologiques qui semblent plus appropriés dans un roman dystopique d’Issac Asmov. Cependant, ce n’est pas toujours le cas.

Oui, les nouvelles technologies seront une forme avancée d’IA, mais ces progrès pourraient jouer en faveur de l’église. De nouveaux véhicules d’évangélisation pourraient voir le jour avec les systèmes de mise en réseau à venir, permettant à l’église d’atteindre plus de personnes qu’auparavant. Cela permettrait également une meilleure gestion de l’administration et du ministère de l’église. L’introduction des chatbots permet de répondre de manière automatisée aux centaines de questions posées par jour sur les sites des églises et les médias sociaux. En Amérique du Sud, ces chatbots servent 30 000 études bibliques par semaine en offrant une disponibilité 24 heures sur 24, ce qui est flexible pour les milliers de membres qui peuvent avoir un emploi du temps unique, laissant de la place à l’administration de l’église pour qu’elle se concentre sur d’autres aspects du ministère, comme les guerriers de la prière de personne à personne répondant aux 1,4 million de demandes de prière soumises par les communautés facebook. Les plateformes d’IA fournissent des connexions mondiales, garantissant l’accès à une personne présente 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 en temps de crise ou de célébration.

On a toujours craint que l’IA ne remplace bientôt l’interaction humaine, en fonction de la rapidité de l’intelligence artificielle. Cependant, M. Neves et M. Gungadoo s’empressent de souligner que l’utilisation de l’IA dans le ministère de l’Église n’est pas censée remplacer l’homme, mais l’aider. La réticence à accepter l’innovation technologique est souvent attribuée à l’âge, mais Gungadoo souligne que l’âge n’est souvent pas pertinent lorsqu’il s’agit de s’adapter aux nouvelles technologies. Il distingue les innovateurs, les adopteurs précoces, la majorité précoce, la majorité tardive et les retardataires. Ces désignations ne sont pas définies par l’âge, mais par la volonté d’adopter les nouvelles IA. Une couche supplémentaire est de voir si la volonté de voir la valeur de la nouvelle technologie se transforme en une vision de sa fonction dans l’avancement du royaume. Quel que soit votre âge, il est bénéfique de trouver l’équilibre entre le remplacement de la connexion humaine et la peur inutile au risque de limiter le ministère.

Comme nous l’avons mentionné, la crainte commune est la nature invasive de la technologie de l’IA qui pourrait supprimer notre vie privée, ainsi que notre fonction, menaçant nos emplois. Si un ordinateur peut diriger des études bibliques, enregistrer des demandes de prière, organiser des services de culte et assurer l’administration de l’église, beaucoup peuvent se voir remplacés par une telle intelligence artificielle. Cette conversation révèle une question qui a été au cœur de chaque révolution industrielle et scientifique, à savoir : qu’est-ce que cela signifie d’être humain ? Les capacités et l’intelligence acquises ont été données par l’humanité, mettant l’horloge en marche avant de la laisser tourner. Cependant, les humains dans le ministère ne pourront jamais être remplacés. Les humains peuvent se vanter d’un don que nous ne pourrions jamais donner, à savoir que nous avons été créés à l’image de Dieu. La complexité relationnelle et émotionnelle de la communion spirituelle ne peut être enseignée ou connue dans son intégralité. Aussi avancée soit-elle, une IA ne pourrait jamais prier avec la puissance du Saint-Esprit, ni conseiller les autres dans leurs doutes spirituels, ni comprendre la profondeur de notre pouvoir en comprenant enfin la grâce de Dieu. Nous avons été créés à son image avec l’intention que l’Esprit vive et se déplace à travers nous. Malgré toutes nos capacités, nous ne pourrons jamais coder la complexité de ce que c’est que de vivre par Dieu.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis