EducationInternationales

700 étudiants, membres du corps professoral et du personnel unissent leurs forces pour la Journée de solidarité de l’université Andrews

By 9 octobre 2021 No Comments

27 septembre 2021 | États-Unis | Isabella Koh | Andrews University | Adventist Review

Le 16 septembre 2021 a marqué la cinquième Journée de solidarité à l’université Andrews de Berrien Springs, dans le Michigan (États-Unis). Chaque année, conformément à sa mission « Chercher la connaissance. Affirmer la foi. Changer le monde » – l’université a cherché de nouvelles façons de servir la communauté environnante.

Cette année, les organisateurs du projet se sont concentrés sur quatre objectifs d’apprentissage par le service : la défense des intérêts, le service direct, le service indirect et le service basé sur la recherche. Les participants ont appris diverses manières de s’engager dans leur communauté, qu’il s’agisse de défendre directement les autres et de se retrouver face à face avec des individus, des animaux et des environnements, ou de collecter des fonds et de trouver des solutions plus abstraites.

La Journée de solidarité 2021 a impliqué 36 sites et plus de 700 participants qui se sont portés volontaires pour des organisations allant d’Habitat pour l’humanité (Habitat for Humanity) à la Berrien County Humane Society, Neighbor 2 Neighbor, Operation Christmas Child, Pine Ridge Assisted Living, Paris’ Purse, et bien d’autres encore. Une fois de plus, les cours ont été annulés pendant toute la durée des projets de la Journée de solidarité, ce qui a permis à tous les élèves qui le souhaitaient de s’impliquer. Bien que chaque projet ait offert une expérience de service différente, chaque personne a eu l’occasion d’apporter un changement significatif.

Zoe Shiu, étudiante en psychologie, s’est portée volontaire avec un groupe au YMCA de Niles, en aidant à répandre du paillis dans les séparateurs de plantes du parking. Elle dit avoir rencontré beaucoup de nouvelles personnes, toutes heureuses d’aider là où elles le pouvaient. « J’ai pensé que c’était rafraîchissant de faire quelque chose en dehors des cours qui nous mettait en valeur », a déclaré Shiu. « Nous faisions quelque chose de réellement pratique et nécessaire pour la communauté. »

À l’école primaire Ruth Murdoch, Terry Trecartin, étudiant diplômé en travail social, a participé avec le club de travail social et d’autres bénévoles. Ensemble, dit-il, ils ont repeint le terrain de basket et d’autres zones. Il a apprécié de faire connaissance avec le petit groupe de personnes. « Je pense que c’était excellent. J’aime toujours aider la communauté, où que nous soyons », a déclaré M. Trecartin. « S’ils veulent le faire deux ou trois fois par an, je suis prêt à donner un coup de main une autre fois. C’est amusant de le faire et c’est une bénédiction de donner en retour ».

La Croix-Rouge a organisé une collecte de sang à l’église Pioneer Memorial avec un groupe de volontaires qui ont soit aidé à prélever du sang, soit donné du sang. Andrew Remmers, étudiant en finance et comptabilité, a participé à l’événement. Il a dit qu’il appréciait l’engagement d’Andrews dans la Journée de solidarité. « Cela montre que l’université Andrews peut aller dans la communauté, avoir un impact et mettre notre foi en pratique, ce qui est très important, je pense – avoir une communauté centrée sur la foi, mais aussi répandre cet amour par des actions », a-t-il dit.

L’un des plus grands projets de l’année, « Noël derrière les barreaux » (Christmas Behind Bars), a été parrainé par le « Forum chrétien des étudiants noirs » (Black Student Christian Forum – BSCF) et le programme de service communautaire Freedom by Design de l’American Institute of Architecture Students (AIAS). Les bénévoles ont assemblé plus de 10 000 paquets pour les prisonniers locaux tout au long de la journée. Janine Carlos, assistante administrative du département d’histoire de l’Église, et Thandi Dewa, étudiante en biologie et en espagnol, ont pris part à l’activité.

Pour sa quatrième participation à la Journée de solidarité, Carlos a occupé tous les rôles possibles sur la chaîne de montage, trouvant une signification particulière à l’acte d’aider les autres en dehors de sa communauté immédiate. « J’aime ce genre de choses. J’aime le service, en général… Je pense que c’est important », a-t-elle déclaré. « Parfois, lorsque vous travaillez pour l’église, vous avez tendance à faire des choses uniquement dans le cadre de l’église, pour les gens de l’église. Il y a quelques années, je me suis dit que je devais essayer d’en faire le plus possible dans la communauté et d’interagir avec elle.  »

Mme Dewa, qui est vice-présidente sociale de la BSCF, a déclaré qu’elle avait apprécié de faire du bénévolat avec des amis et de nouvelles connaissances. Elle a également trouvé que le processus était une expérience personnelle importante. « J’avais l’impression que la Journée du changement était censée me permettre de sortir dans le monde pour changer la vie de quelqu’un d’autre », a-t-elle déclaré. « Mais en réfléchissant à cette journée, je pense que cela a en fait changé ma vie, et je suis très reconnaissante d’avoir eu cette opportunité. »

Dans le cadre d’un autre projet important, José Bourget, aumônier de l’université, a travaillé avec le Berrien County Cancer Center pour visiter le domicile d’un survivant du cancer et offrir des services de jardinage. Il se souvient : « Avant de nous mettre au travail sur notre site, nous avons partagé les différentes raisons pour lesquelles nous avons choisi ce projet de changement particulier. Nous avons tous quelqu’un dans notre entourage qui a un cancer dans sa vie. En fait, l’un de nos étudiants survit au cancer grâce à une greffe de moelle osseuse », a déclaré Mme Bourget. « Nous avons pu partager ces histoires avec Lynda, la survivante du cancer chez qui nous avons travaillé. Lynda a ensuite partagé une partie de son parcours, en particulier comment elle a ses propres projets de changement en tricotant des bonnets pour les enfants atteints de cancer. Nous avons été inspirés par la façon dont notre lutte commune alimente tout notre travail pour soutenir le bien commun. »

Andrea Luxton, présidente de l’Université Andrews, a expliqué que  » ‘Changer le monde’ vient à point nommé à la fin [de notre déclaration de mission], car toutes nos connaissances acquises et toute la foi dont nous nous réclamons n’ont que peu de valeur si nous ne les utilisons pas pour apporter des changements positifs dans le monde « . Elle a ajouté : « C’est pourquoi la Journée de solidarité est si important : c’est nous, à l’université Andrews, qui disons au comté de Berrien que nous voulons vivre notre foi et utiliser nos connaissances en étant partenaires pour faire de cette partie du monde un endroit meilleur pour tous. »

La première Journée de solidarité a eu lieu le 14 septembre 2017, envoyant des étudiants, des professeurs et du personnel dans la communauté de Berrien pour peindre, nettoyer, informer, et plus encore. Elle s’est poursuivie chaque année, recevant des commentaires positifs de la part des personnes touchées comme des représentants de l’État, tous appréciant le temps et les efforts des participants. Le projet a subi des modifications et des adaptations en raison de la pandémie, mais a tout de même trouvé des moyens d’apporter des changements positifs.

Tony Yang, vice-président de la stratégie, du marketing et des inscriptions à l’université, a déclaré que « le travail est important, mais il est secondaire par rapport aux relations. Les relations existantes sont renforcées, et de nouvelles relations se forment », a-t-il expliqué. « Il y a quelque chose de spécial qui se produit lorsque les étudiants, le personnel et le corps enseignant se réunissent – en mettant de côté l’âge, le rang, les titres – et travaillent ensemble sur quelque chose de significatif. Il n’y a vraiment aucun autre jour comme celui-ci ».

En réfléchissant à la Journée de solidarité de cette année, Teela Ruehle, directrice des missions et services étudiants et coordinatrice de l’événement, a déclaré que cette année, les organisateurs hésitaient à organiser la Journée du changement, car ils n’étaient pas sûrs du nombre d’étudiants qui se présenteraient pour servir. Ses attentes ont toutefois été dépassées. « Je suis très impressionnée par le nombre d’étudiants, de professeurs et de membres du personnel qui sont venus aujourd’hui pour rendre service à leur communauté », a-t-elle déclaré.

Encouragée et enthousiasmée par l’engagement à changer le monde sur le campus d’Andrews, Mme Ruehle a déclaré qu’il était stimulant de voir les étudiants prendre l’initiative de rendre leur communauté meilleure. « C’est un excellent rappel que chacun d’entre nous peut faire une différence dans la vie de quelqu’un d’autre, en commençant par un petit acte de gentillesse à la fois », a-t-elle déclaré.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply