ADRACoronavirusInternationales

ADRA lutte contre la COVID-19 au Mozambique avec des kits d’hygiène, des semences de légumes et des publicités radio

By 16 septembre 2021 No Comments

3 septembre 2021 | Mozambique | Rachel Cabose | ANN

Alors que le Mozambique pleure des centaines de décès récents dus à la COVID-19, l’Agence adventiste de développement et de secours (ADRA) aide 1 000 familles parmi les plus vulnérables du pays à se protéger contre le virus et à maintenir leurs moyens de subsistance malgré les perturbations de la pandémie.

Le Mozambique, classé par le Fonds monétaire international parmi les dix pays les plus pauvres du monde, a connu cet été la pire flambée de cas et de décès dus au coronavirus, selon l’Organisation mondiale de la santé. Avec moins de 5 % de personnes totalement vaccinées contre la COVID-19, comme le rapporte Reuters, la population reste sensible à de nouvelles vagues d’infection.

« La situation est très difficile dans notre pays », déclare Primrose Karuma, conseillère sanitaire pour ADRA au Mozambique. « Les difficultés financières et les pertes de vies humaines causées par la pandémie poussent les gens encore plus loin dans la pauvreté. C’est pourquoi nous lançons un nouveau projet intitulé ‘Together Once More Against COVID-19’ (Ensemble une fois de plus contre COVID-19) pour combattre cette maladie et ses effets. »

Pour répondre à la crise, ADRA va distribuer des kits d’hygiène contenant des masques, des désinfectants pour les mains et du savon liquide aux familles et aux personnes vulnérables dans le sud du pays. Chaque kit comprend un seau avec un robinet pour créer une station simple de lavage des mains. Des bénévoles formés par ADRA, dont les directeurs du ministère de la santé des Églises adventistes du septième jour locales, partageront des informations précises sur les pratiques sanitaires de base et la prévention de la COVID-19.

Dans le district de Boane, le projet ciblera 500 vendeurs qui sont à haut risque de contracter la COVID-19, car ils interagissent avec le public. Dans le district de Matutuíne, ADRA aidera 500 des ménages les plus vulnérables, en particulier ceux dirigés par des femmes ou des enfants.

Le soutien d’ADRA va bien au-delà de la satisfaction du besoin immédiat d’un meilleur assainissement. ADRA aidera les vendeurs à trouver d’autres moyens de faire des affaires afin de minimiser leur exposition à la COVID-19, par exemple en opérant à domicile plutôt que sur les marchés publics, et les formera à de nouveaux moyens de générer des revenus, notamment la fabrication de masques.

Pour améliorer la nutrition des 500 ménages vulnérables, ADRA va les aider à créer des jardins familiaux en utilisant l’agriculture intelligente face au climat. Les familles recevront des kits de semences de légumes de démarrage et apprendront à cultiver des plantes résistantes aux sécheresses et à haute valeur nutritionnelle en un minimum de temps et de travail (par exemple, des citrouilles).

« Notre objectif est d’avoir 500 jardins familiaux qui poussent et produisent d’ici à la fin de l’année », déclare Karuma. « Avec l’aide d’ADRA, ces familles seront mieux équipées pour se nourrir et subvenir à leurs besoins même après la pandémie. »

Sensibiliser le public à la COVID-19

ADRA lance également une campagne d’information publique dans les districts de Boane et Matutuíne afin d’éduquer les 3 millions de citoyens de ces districts sur les meilleurs moyens de se protéger contre la COVID-19.

« Boane et Matutuíne sont isolés et les habitants n’ont pas facilement accès à des informations correctes sur la prévention et la vaccination contre la COVID-19, parce qu’elles ne sont pas disponibles dans leur langue maternelle ou parce qu’ils ont un faible niveau d’alphabétisation », explique Karuma. « ADRA s’efforce de combler ces importantes lacunes en matière de connaissances. »

Environ la moitié de la population du Mozambique ne parle ni ne comprend le portugais, la langue officielle du pays. Le taux d’alphabétisation n’est que de 28 % pour les femmes et de 60 % pour les hommes, selon l’Agence américaine pour le développement international.

Pour atteindre ces populations mal desservies, ADRA distribuera des informations par le biais de messages audio dans les langues locales, le xangana et le ronga. Les messages seront diffusés à la radio et facilement accessibles sur les téléphones portables des gens grâce au service d’information gratuit 3-2-1 du pays. ADRA distribuera également des informations dans les lieux publics à l’aide d’affiches et de brochures illustrées, compréhensibles même par les personnes qui ne savent pas lire.

« La campagne de sensibilisation d’ADRA vise à maximiser les chances d’accès au vaccin COVID pour les plus vulnérables, à clarifier les mythes et les idées fausses sur le virus et le vaccin, et à aider les gens à prendre des décisions éclairées sur la vaccination et la prévention de la COVID-19 », déclare Karuma.

ADRA a travaillé tout au long de la pandémie pour protéger les communautés du Mozambique contre la COVID-19. De juin à septembre 2020, ADRA a distribué des kits d’hygiène à 620 ménages dans les zones périurbaines de Maputo, la capitale du Mozambique.

« En cette période de crise, ADRA s’associe aux bénévoles des églises locales et à nos partenaires du gouvernement et de l’éducation pour ralentir la propagation du virus et aider les familles dans le besoin à faire face à l’impact de la pandémie », explique David Masinde, directeur national d’ADRA au Mozambique. « Nous cherchons à être les mains et les pieds de Jésus en exerçant notre ministère auprès de nos communautés en ces jours difficiles. »

ADRA, le bras humanitaire mondial de l’Église adventiste du septième jour, répond à la pandémie de COVID-19 dans le monde entier et a aidé des millions de familles au cours de la dernière année et demie. Les activités de secours d’urgence d’ADRA comprennent la distribution de nourriture et d’autres produits essentiels aux personnes dans le besoin, la fourniture d’équipements de protection individuelle et de matériel médical aux hôpitaux desservant les communautés vulnérables, et l’éducation du public sur la lutte contre le virus.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply