Skip to main content
InternationalesSanté

De la part de Mamie avec amour

12 juin 2022 | États-Unis | Sheann Brandon | Loma Linda University | Adventist World

Isabel Graciano a vu sa petite-fille Giselle Morales souffrir d’une série de problèmes de santé depuis l’âge de quatre mois seulement : ovaires qui ne se développent pas complètement, pose d’un cathéter central, problèmes rénaux et dialyse. Lorsque Giselle a eu besoin d’une transplantation rénale à l’âge de quatre ans, Isabel n’a pas hésité à se porter volontaire pour être donneuse.

Selon Isabel, la mère de Giselle travaillait dur pour s’occuper de sa fille et le père de Giselle travaillait dur pour subvenir à leurs besoins. Après avoir vu tant de souffrance, c’était à son tour d’aider.

Giselle souffre d’une maladie très rare résultant d’une mutation génétique, explique Rita Sheth, l’une des néphrologues pédiatriques de Giselle à l’hôpital pour enfants de l’université de Loma Linda. Cette maladie a entraîné des problèmes rénaux et gonadiques chez Giselle.

« La maladie de Giselle est rare — elle est l’un des rares enfants atteints de cette condition », dit Sheth. « En tant que nourrisson, Giselle a été amenée à l’hôpital avec un gonflement et a finalement été diagnostiquée avec un type de syndrome néphrotique qui conduit à la cicatrisation des reins et à l’insuffisance rénale. Elle risquait également d’être atteinte d’un type de cancer du rein. »

Peu importe la douleur qu’elle ressent ou si elle pleure, Giselle dit à sa famille qu’elle va bien — elle est heureuse. Isabel dit que sa petite-fille est un exemple de courage.

« Malgré tout, Giselle et sa famille sont toujours heureuses, positives et optimistes », dit Mme Sheth. « Giselle est une fille énergique et pleine de vie, pleine d’entrain. Elle apporte toujours un sourire et de la joie à notre clinique. »

Giselle a subi une ablation du premier rein à l’âge de trois ans et du second à quatre ans.

Après qu’Isabel se soit portée volontaire pour être un donneur de rein vivant pour Giselle, des tests et des analyses sanguines ont été effectués pour voir si elle était compatible et si le corps de Giselle ne rejetterait pas son don.

Isabel raconte qu’elle était très anxieuse et tendue tout au long du processus — elle craignait que quelque chose se produise qui l’empêcherait de faire le don à Giselle. Elle n’a cessé de prier pour que tout s’arrange.

La mère de Giselle, Estefania Morales, dit avoir été submergée par des sentiments contradictoires. « J’étais heureuse mais j’avais aussi très peur », dit-elle. « C’est ma mère et ma fille — je ne voulais pas qu’il arrive quoi que ce soit à l’une ou l’autre. Je sentais qu’il était de ma responsabilité, en tant que mère de Giselle, d’être celle qui donnerait mon rein. »

Mais Isabel a dit à sa fille qu’elle devait penser à l’avenir de Giselle. « Ma mère m’a dit qu’il valait mieux que j’attende, au cas où Giselle aurait besoin d’un autre rein à l’avenir — alors je pourrais éventuellement donner le mien », a déclaré Estefania.

Le rein d’Isabel a finalement été compatible avec celui de Giselle. L’opération de transplantation et l’opération d’ablation du rein se sont toutes deux bien déroulées. Cependant, depuis la transplantation, Giselle a connu de nombreuses complications et a dû être hospitalisée à plusieurs reprises et subir des interventions thérapeutiques qui ne font pas partie de l’évolution normale après une transplantation, explique Mme Sheth.

« Son avenir est prometteur et, avec le soutien solide de sa famille, elle s’en sortira bien », déclare Mme Sheth. « Mais malheureusement, elle aura besoin de plus d’une transplantation dans sa vie, car les reins des donneurs ont une durée de vie limitée chez le receveur. »

Pour l’instant, Giselle porte un souvenir physique de l’amour d’une grand-mère pour sa petite-fille.

À propos du programme des donneurs vivants de rein

Bien que de nombreuses greffes de rein proviennent de personnes décédées, les patients dans le besoin peuvent recevoir un rein d’un proche ou d’un étranger altruiste grâce au programme de donneur vivant. Une série de tests sont effectués pour s’assurer que le donneur et le receveur sont compatibles. Si les reins sont les organes les plus couramment donnés par les donneurs vivants, ces derniers peuvent également donner des parties de poumon, de pancréas, de foie ou d’intestins.

 

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis