Skip to main content
Actualités Religieuses

Des empreintes fossiles correspondent au modèle de l’ère glaciaire du déluge

19 août 2022 | Jake Hebert | ICR

Les anthropologues Thomas Urban (Cornell University) et Daron Duke (Far Western Anthropological Research Group) ont récemment découvert des empreintes de pas humaines préservées sur un champ de tir de l’armée de l’air situé sur les salines de l’Utah.1 Ces empreintes sont appelées “traces fantômes” car elles sont très difficiles à voir, sauf après une pluie, lorsque l’humidité les rend visibles. Le radar à pénétration de sol a révélé la présence d’un nombre encore plus important d’empreintes, soit un total de 88 empreintes.

Les scientifiques créationnistes et uniformitaristes sont d’accord pour dire que ces traces ont été faites pendant la période glaciaire, bien qu’ils ne soient pas d’accord sur la date de cette période. Les créationnistes pensent que ces empreintes ne sont vieilles que de quelques milliers d’années. Cependant, les évolutionnistes pensent que les empreintes ont plus de 10 000 ans, car ils croient que les conditions humides nécessaires à la formation et à la préservation des empreintes ont été absentes de la région du Grand Lac Salé depuis au moins aussi longtemps.

Duke a décrit les empreintes humaines dans un communiqué de presse de l’armée de l’air :

Les gens semblent avoir marché dans de l’eau peu profonde, le sable remplissant rapidement leur empreinte derrière eux – un peu comme sur une plage – mais sous le sable se trouvait une couche de boue qui maintenait l’empreinte intacte après le remplissage. (1)

Les traces de l’Utah sont similaires à d’autres empreintes humaines préservées dans le parc national de White Sands, au Nouveau-Mexique, où les traces se sont formées sur les bords de ce qui était autrefois un lac peu profond. (2) Elles forment une piste de 1,5 kilomètre de long (0,9 mile), la plus longue piste d’empreintes humaines fossilisées connue. Comme les traces de l’Utah, les traces du Nouveau-Mexique ont été faites à une époque où White Sands était suffisamment humide pour que les traces se forment dans des sédiments mous. On pense également que ces traces ont été faites pendant ou vers la fin de la période glaciaire. (2) En fait, d’autres traces humaines et animales de la période glaciaire ont été découvertes en Australie, (3) au Canada, (4) en Afrique du Sud, (5) au Chili, (6) et en Arabie Saoudite. (7)

Il est clair que les régions désertiques modernes étaient beaucoup plus humides pendant au moins certaines parties de l’ère glaciaire et le modèle créationniste de l’ère glaciaire offre une meilleure explication. Bien que les géologues du courant dominant prétendent qu’il y a eu beaucoup d’âges glaciaires, il y a des preuves géologiques fortes pour un seul âge glaciaire. (8) Les scientifiques créationnistes pensent que l’âge glaciaire était le résultat direct du Déluge de Genèse il y a environ 4 500 ans. Les scientifiques de l’ICR pensent que l’expansion rapide des fonds marins pendant le déluge a considérablement réchauffé les océans du monde. (9) Les océans sont restés chauds pendant des centaines d’années, provoquant une évaporation intense de la surface des océans. Cette humidité atmosphérique accrue a provoqué d’importantes chutes de neige aux hautes latitudes et sur les sommets des montagnes, mais elle a également provoqué une augmentation des précipitations dans d’autres endroits, comme l’explique Michael Oard, chercheur de la création et météorologue retraité du NWS :

Ce climat unique de l’ère glaciaire entraînerait des précipitations beaucoup plus importantes sur toute la planète, simplement en raison de l’évaporation plus importante d’un océan chaud. En outre, ces précipitations seraient réparties différemment de ce qu’elles sont aujourd’hui. Ce climat [de l’ère glaciaire] pourrait provoquer d’abondantes précipitations dans les régions actuellement arides et semi-arides, comme le sud-ouest des États-Unis (10).

Il en aurait probablement été de même au Moyen-Orient (11), ce qui pourrait expliquer pourquoi le pays d’Égypte et la région de la mer Morte sont décrits comme “bien arrosés ” (12) à l’époque d’Abraham, qui est né environ trois cents ans après le Déluge. (13) De même, le désert du Sahara recevait des pluies abondantes. (14) Même selon les calculs de l’évolution, une de ces récentes périodes humides a duré plusieurs milliers d’années. (15)

Dans le cadre de la pensée uniformitariste, l’abondance des précipitations pendant la période glaciaire est surprenante. Les “périodes glaciaires” froides et les “interglaciaires” plus chaudes qui les séparent sont censées être sèches. Les périodes glaciaires elles-mêmes devraient être très froides, ce qui entraînerait un climat glaciaire plus sec, puisque la quantité maximale d’humidité pouvant être contenue dans l’air froid est bien inférieure à celle pouvant être contenue dans l’air plus chaud. De même, on pense que le climat actuel est l’un des nombreux interglaciaires entre les périodes glaciaires. Puisque le sud-ouest américain, dans le supposé “interglaciaire” actuel, est très aride, les uniformitaristes s’attendraient à ce qu’il ait également été aride dans les interglaciaires passés, puisqu’ils croient que “le présent est la clé du passé”.

Certains scientifiques évolutionnistes affirment que le Sahara alternait entre des périodes humides et sèches tous les 20 000 ans, et ils attribuent ce phénomène à l’activité des moussons, qui est en fin de compte due à de subtils changements dans la forme de l’orbite de la Terre autour du soleil. (16) Cependant, cette explication n’est pas du tout convaincante. Les changements de la lumière solaire dus aux mouvements orbitaux de la Terre sont si infimes qu’il est difficile de voir comment ils pourraient provoquer des changements climatiques aussi radicaux (17), surtout des changements climatiques radicaux qui se répètent tous les 20 000 ans ! Pire encore, cette explication suppose la validité de la théorie de l’âge de glace astronomique ou de Milankovitch, et des recherches originales de l’ICR ont révélé que les preuves de cette théorie, même selon les critères de l’évolution, sont au mieux extrêmement faibles et au pire inexistantes. (18)

En dépit de l’attitude évolutionniste, il est extrêmement difficile pour les scientifiques évolutionnistes d’expliquer de manière convaincante les déserts humides de l’ère glaciaire. En revanche, l’histoire réelle de la Bible donne un sens beaucoup plus précis à ces déserts humides et aux empreintes préservées de l’ère glaciaire.

Références

1. Glaser, L. B. Ice Age human footprints discovered in Utah desert. Phys.org. Publié sur phys.org le 26 juillet 2022, consulté le 29 juillet 2022.

2. Fossil footprints tell story of prehistoric parent’s journeyPhys.org. Publié sur phys.org le 15 octobre 2020, consulté le 29 juillet 2022.

3. Salleh, A. Earliest human footprints in AustraliaABC Science. Publié sur abc.net.au le 21 décembre 2005, consulté le 29 juillet 2022.

4. Strickland, A. Ice age throwback: 13,000-year-old footprints found off Canadian coast. CNN. Publié sur cnn.com le 28 mars 2018, consulté le 29 juillet 2022.

5. Chambers, D. It’s a tall story: Giraffe roamed Still Bay in the Ice AgeSunday Times Daily. Publié sur timeslive.co.za le 1 février 2018, consulté le 29 juillet 2022.

6. Prior, R. Scientists in Chile have found a 15,000-year-old footprint, the earliest sign of humans’ presence in the Americas. CNN Travel. Publié sur cnn.com le 29 avril 2019, consulté le 29 juillet 2022.

7. Wei-Haas, M. Oldest footprints in Saudi Arabia reveal intriguing step in early human migration. National Geographic. Publié le 17 septembre 2020 sur nationalgeographic.com, consulté le 29 juillet 2022. Ces empreintes en Arabie saoudite sont vieilles de 115 000 ans, ce qui signifie qu’elles se sont formées au début de la période glaciaire la plus récente.

8. Hebert, J. 2018. The Bible Best Explains the Ice AgeActs & Facts. 47 (11).

9. Clarey, T. 2019. Subduction Was Essential for the Ice AgeActs & Facts. 48 (3).

10. Oard, M. 2006. Frozen in Time: Woolly Mammoths, the Ice Age, and the Biblical Key to Their Secrets. Green Forest, AR: Master Books, 85.

11. Vardiman, L. 2011. A Well-Watered Land: Effects of the Genesis Flood on Precipitation in the Middle EastActs & Facts. 40 (6): 12-15.

12. Genèse 13:10.

13. Ice, T. D. and J. J. S. Johnson. 2002. Using Scriptural Data to Calculate a Range-Qualified Chronology from Adam to Abraham. Présenté au Southwest Regional Meeting of the Evangelical Theological Society à l’université The Criswell College, Dallas, TX.

14. Clarey, T. 2020. Ancient Sahara Was Wetter Than ExpectedActs & Facts. 49 (4).

15. deMenocal, P. B. and J. E. Tierney. 2012. Green Sahara: African Humid Periods Paced by Earth’s Orbital ChangesNature. Publié sur nature.com, consulté le 4 août 2022.

16. Chu, J. Study shows the Sahara swung between lush and desert conditions every 20,000 years, in sync with monsoon activityPhys.org. Publié sur phys.org le 2 janvier 2019, consulté le 4 août 2022.

17. Oard, M. J. 2007. Astronomical troubles for the astronomical hypothesis of ice agesJournal of Creation. 21 (3): 19-23.

18. Hebert, J. 2020. Physics Today Article Ignores Monster Milankovitch ProblemCreation Science Update. Publié sur ICR.org le 24 mai 2020, consulté le 4 août 2022.

Pôle communications

Author Pôle communications

More posts by Pôle communications
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis