CoronavirusInternationalesSanté

Des étudiants de l’université de Loma Linda testent les eaux résidueaires pour détecter le COVID-19

7 avril 2021 | Marcus Chapman, Loma Linda University Health News | Adventist Review

Des professeurs et des étudiants de l’école de santé publique de l’université de Loma Linda ont surveillé une éventuelle contamination par le COVID-19 en analysant les eaux usées du campus de l’école à Loma Linda, en Californie, aux États-Unis.

Ryan Sinclair, professeur à l’école de santé publique, a appliqué l’épidémiologie basée sur les eaux résiduaires (WBE pour Wastewater Based Epidemiology) comme méthode de surveillance innovante. La surveillance des eaux résiduaires a été utilisée par le passé pour suivre les virus entériques et d’autres agents pathogènes, notamment le vaccin contre le poliovirus et les souches sauvages, le norovirus et d’autres, ainsi que des drogues telles que les opioïdes, mais à des échelles généralement plus petites.

La méthode WBE s’est avérée capable de fournir une alerte précoce de quatre à dix jours sur les épidémies imminentes de COVID-19. Grâce à cette méthode, Sinclair et son équipe d’étudiants peuvent détecter un seul individu infecté parmi des centaines d’étudiants en résidence universitaire.

« L’ARN du COVID-19 peut être détecté dans les fèces au début de l’infection, avant les symptômes cliniques. Cela fait des eaux résiduaires un outil parfait pour surveiller les infections potentielles dans les bâtiments du campus », a déclaré Sinclair. « Nous suivons les signaux de l’ARN du COVID-19 dans les dortoirs et autres bâtiments du campus. Nous surveillons les eaux usées depuis septembre 2020 et nous disposons désormais d’un système dans lequel les eaux usées peuvent faire partie de notre réponse globale multicouche au COVID-19. »

L’équipe utilise une méthode de test appelée « Reverse Transcriptase quantitative Polymerase Chain Reaction » (RT qPCR). Elle utilise ce projet pour tester la présence d’agents pathogènes dans les eaux résiduaires et étudier les méthodes les plus rentables à utiliser en laboratoire à l’aide des technologies d’échantillonnage, de concentration et d’extraction disponibles. Ils ont prélevé des échantillons hebdomadaires sur deux sites du campus depuis septembre 2020 et continueront pendant toute la durée de la pandémie.

L’équipe a également établi un partenariat avec la station d’épuration des eaux usées de la ville voisine de San Bernardino et traite un échantillon hebdomadaire provenant de cette installation. Pendant la pandémie, l’équipe a pu constater que les occurrences d’infections au sein de populations confinées sur le campus et dans les écoles primaires privées étaient plus élevées que les concentrations observées dans la grande station d’épuration de San Bernardino.

« Nous pouvons tester la présence de COVID-19 dans les eaux résiduaires du campus et d’autres agents pathogènes si nous sommes intéressés », a déclaré M. Sinclair. « Plusieurs autres agents pathogènes peuvent être surveillés de cette manière. Je l’ai utilisé pour détecter la listeria, le campylobacter et la salmonelle dans les communautés du comté de Fresno. »

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply