CoronavirusSanté

Des troubles alimentaires au milieu de la pandémie de COVID-19

5 mars 2021 | Melissa Pereau | Loma Linda University | Adventist World

Melissa Pereau est directrice médicale et médecin à l’université de Loma Linda, spécialisée dans la santé comportementale. Dans l’article ci-dessous, elle offre des conseils aux personnes qui se débattent avec des troubles de l’alimentation pendant la pandémie.

En tant que psychiatre spécialisé dans le traitement des patients souffrant de troubles alimentaires, j’ai vu des patients qui s’étaient sortis d’un trouble alimentaire il y a de nombreuses années commencer à retomber progressivement dans la maladie.

Les professionnels, les mères et les étudiants que j’ai traités pendant des années ont commencé à faire état de pensées de plus en plus désordonnées sur la nourriture et le poids, qui ont été amplifiées dans l’isolement de la pandémie. Le nombre de patients du programme hospitalier partiel sur les troubles alimentaires du Centre de médecine comportementale de l’Université de Loma Linda a augmenté de près de 50 % au cours des deux premiers mois de la pandémie et a continué à maintenir ce nombre à mesure que la pandémie se prolongeait.

Dès avril 2020, des éditoriaux et de petites études pilotes dans la littérature médicale mondiale prédisaient un déluge de troubles alimentaires récurrents et nouveaux. C’était une conséquence attendue de la pandémie COVID-19 et de la quarantaine qui a suivi.

Dans le monde entier, les personnes souffrant de troubles alimentaires, notamment d’anorexie, de boulimie et de frénésie alimentaire, font état d’une augmentation de leur désir de limiter leur consommation de nourriture et de leur envie d’utiliser la nourriture comme moyen de réconfort émotionnel. Pour d’autres personnes qui n’ont jamais été diagnostiquées comme souffrant d’un trouble alimentaire, des modèles de troubles alimentaires sont signalés par ceux qui cherchent à perdre la « quarantaine 19 » acquise au cours de l’année passée.

Facteurs qui contribuent à l’évolution de la situation

Pour les personnes souffrant d’un trouble alimentaire et les professionnels qui les traitent, il est bien connu que ces troubles ne sont que quelque peu liés à l’alimentation. Souvent, les troubles de l’alimentation permettent de se sentir en contrôle du stress externe et de la détresse émotionnelle interne. En outre, des facteurs génétiques et biologiques jouent un rôle dans les pensées déformées qui poussent les gens à restreindre leurs repas, à s’adonner à des excès alimentaires et à se faire des purges.

Pendant la pandémie, le sentiment collectif de vulnérabilité et de perte de contrôle ressenti dans le monde entier s’est traduit par des articles documentant une augmentation des problèmes de santé mentale. Les cas de dépression, d’anxiété, de troubles liés à la consommation d’alcool et de drogues et de syndrome de stress post-traumatique ont commencé à augmenter dans le monde entier. Les personnes chez qui un trouble alimentaire avait été diagnostiqué auparavant ont commencé à décliner.

Selon une étude publiée dans l’International Journal of Eating Disorders, 30 % des patients boulimiques et plus de 60 % des patients anorexiques ont signalé une aggravation des symptômes pendant la pandémie. Près de 50 % de ces personnes ne recevaient aucun traitement, quel qu’il soit.

Les facteurs contribuant à l’augmentation du nombre de patients souffrant de troubles alimentaires pendant la pandémie sont notamment le stress élevé, la solitude, les perspectives émotionnelles négatives, l’utilisation accrue des médias sociaux, l’insatisfaction corporelle et les préoccupations concernant l’accessibilité des aliments. Pour ceux qui ont tendance à trop manger et à se gaver, l’absence d’autres activités gratifiantes dans la vie peut augmenter la récompense associée à la nourriture.

Plus que tout, les troubles alimentaires se développent dans l’isolement, où les craintes peuvent rester sans réponse. Poussées par la peur de perdre le contrôle, les personnes souffrant de troubles alimentaires se soumettent souvent volontairement à un état qui finira par leur ôter tout contrôle.

Reprendre le contrôle

Voici une liste des dix principales choses que j’ai encouragées à faire pendant la pandémie pour mes patients qui souffrent de troubles de l’alimentation :

EN LIGNE

  • Tenez-vous en aux groupes en ligne qui encouragent spécifiquement la positivité corporelle, et envisagez de prendre une pause ou de supprimer les applications qui encouragent une culture de la honte corporelle.
  • Lors des vidéoconférences, placez un autocollant sur l’écran pour couvrir votre propre photo afin de ne pas être enclin à « vérifier son corps » (se concentrer de manière obsessionnelle sur les caractéristiques de son propre corps) pendant toute la réunion.
  • Consultez le site web de la National Eating Disorder Association pour des groupes de soutien virtuels, du mentorat et de l’éducation sur les troubles alimentaires.

SOUTIEN

  • Tendre la main à la famille et demander de préparer et de prendre les repas ensemble plutôt que de manger isolément.
  • Après les repas et le soir, lorsqu’une personne est plus susceptible de s’adonner à des troubles de l’alimentation, prévoyez des activités avec d’autres personnes pour vous distraire (soirée de jeux en ligne, petite promenade en famille).

CONSEILS DE SOINS DE SOI

  • Travailler à se coucher à une heure programmée chaque nuit, en assurant au moins 7-8 heures de sommeil.
  • Établir un horaire de collations et de repas sains à quelques heures d’intervalle tout au long de la journée pour réduire le risque de frénésie alimentaire.

RÉFLEXION

  • Rédigez une liste des choses que vous aimez dans votre corps, en gardant à l’esprit les aspects fonctionnels (« mes bras forts qui portent mon enfant », ou « mes doigts agiles sur les cordes de la guitare »).
  • Faites une liste des choses qui vous rendent fier de vous, sans aucun rapport avec votre corps (« je suis un bon ami » ou  » je suis un artiste « ).
  • Écrivez des affirmations positives sur votre corps sur de petites notes autocollantes et placez-les aux endroits où vous êtes le plus susceptible d’être contrôlé par votre corps, y compris sur des miroirs.

Chercher de l’aide

Malgré certaines limites de traitement pendant la pandémie, l’aide existe. Les visites de télésanté permettent d’accéder plus facilement aux soins de santé mentale, et des programmes de traitement des troubles alimentaires sur place continuent d’être mis en place dans tout le pays. Reconnaître les signes d’un trouble alimentaire et y répondre est la première étape pour obtenir de l’aide.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply