ADRAFrancophonie Européenne

Haïti : « Nous nous demandons ce que nous allons faire pour nous relever et aller de l’avant, pour vivre… »

By 4 septembre 2021 No Comments

3 septembre 2021 | ADRA France

Je m’appelle Dumont, je vis dans la commune de Camp-Perrin.

J’ai six enfants, ils vont à l’école, certains ont la trentaine, d’autres 25 ans, d’autres 18 ans, d’autres 12 ans, tous sont à l’école. Pendant le tremblement de terre, j’étais dans la cour en train de soulever du gravier pour le mettre sur le sable, c’est là que j’ai entendu un bruit. Je pensais que c’était la pluie, mais ce n’était pas le cas.

Les enfants et ma femme étaient à l’église pour un enterrement, et j’étais ici avec les autres enfants qui se préparaient à y aller aussi. Quand les enfants ont entendu le bruit, je leur ai dit que c’était un tremblement de terre et qu’ils devaient rester à l’extérieur de la maison, pour me rejoindre dans la cour. Puis, tout à coup, la maison a commencé à trembler. J’ai demandé aux enfants de s’allonger sur le sol.

Quand ça s’est calmé, les enfants criaient et demandaient leur mère. Je leur ai dit de rester ici et que j’allais la chercher. Quand je suis arrivé à la route menant à l’église catholique, j’ai trouvé leur mère qui criait et me demandait où étaient les enfants. Je lui ai dit que tout le monde allait bien. Alors, j’ai rassemblé tout le monde et nous sommes tous restés dans la cour.

Ma maison s’est effondrée pendant le tremblement de terre. C’est une catastrophe naturelle et ce genre de chose arrive toujours. Mais malheureusement, beaucoup de gens n’ont pas encore compris cette perspective. Nous sommes des gens pauvres, donc nous n’avons pas assez de ressources pour construire nos maisons de la manière recommandée. Nous, en tant qu’agriculteurs, prenons nos propres matériaux pour faire ce qui peut ce qui peut être fait parce qu’il n’y a personne pour nous aider.

Nous sommes livrés à nous-mêmes. Nous nous demandons ce que nous allons faire pour nous relever et aller de l’avant, pour vivre…

Mais, ce que je veux dire, c’est merci de faire cette interview avec nous parce que si nous n’avons personne pour nous parler, nous pourrions avoir plus de douleur et de peine, et la situation pourrait nous conduire à la mort.

Merci d’être venu faire cette interview parce que si nous restions comme ça, la tristesse nous tuerait car c’est toute la communauté qui a été touchée et nous manquons de ressources. Nous nous demandons comment nous allons avancer, comment nous allons trouver un endroit où rester ou vivre.

Personnellement, je n’ai pas les moyens de construire une autre maison pour y vivre. Je n’ai pas de ressources ni de moyens. Toutes les possibilités que j’avais ont été investies dans l’éducation de nos enfants. Maintenant, nous nous retrouvons avec rien dans les mains. Il n’y a rien sur le terrain, il n’y a pas de vaches, pas de chèvres, il n’y a rien.

Si je trouve de l’aide, le soutien des autres, je pourrai reprendre mes activités. Il faudrait que j’aie des moyens pour que mes enfants continuent leurs études.

Merci. Merci beaucoup.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply