Internationales

Jésus, la crise à venir, et notre relation avec les autorités civiles

By 4 septembre 2021 No Comments

« Notre classe aura trois objectifs – ce que j’appelle ‘les trois D’, » a déclaré Mark Finley, évangéliste international et assistant du président de la Conférence Générale, alors qu’il débutait son séminaire le 5 août 2021, lors de la deuxième journée de la Convention Internationale des Adventistes Laïcs des Services et Industries (ASi) à Orlando, en Floride, aux États-Unis.

Les trois « D » sont (en anglais), « d’abord, approfondir notre expérience spirituelle ; puis discerner ce qui vient ; et enfin, découvrir le rôle légitime du gouvernement dans la société, » a dit Mark Finley. Pour lui, le premier objectif — approfondir notre expérience spirituelle — est essentiel. « Vous pouvez connaître des choses au sujet de l’avenir, mais la connaissance des événements futurs ne suffit pas si vous n’avez pas de relation avec Jésus, a-t-il souligné.

Dans le même temps, il a reconnu alors qu’il abordait le troisième objectif dans son séminaire – découvrir le rôle légitime du gouvernement dans la société – que les jours à venir seront difficiles. « Nous devrons prendre des décisions concernant les gouvernements, a déclaré Mark Finley. « Alors, quels sont les principes bibliques qui peuvent nous guider lorsque nous prenons ces décisions ? Laissez-moi vous dire que nous n’avons pas été laissés dans l’ignorance, » a-t-il fait remarquer.

La préparation est un élément clé

Mark Finley a rappelé à son auditoire que bien que l’avenir semble être très sombre pour les gens de ce monde, en tant qu’enfants de Dieu, nous avons une vision divine de l’avenir. Cependant, a-t-il ajouté, parce que nous savons ce qui va arriver, la préparation est essentielle. « Vous ne vous préparez pas pour un marathon le jour du marathon, » a-t-il déclaré, en utilisant une analogie courante. « Vous ne vous préparez pas pour les événements de la fin lorsqu’ils commencent à se produire. Faire face aux épreuves d’aujourd’hui nous prépare aux défis de demain. »

La meilleure façon de se préparer pour la crise à venir, alors que l’histoire de ce monde touche à sa fin, est de suivre les conseils de Jésus : veillez et priez. Il a expliqué que « veiller » signifie « être saturé » de la Parole de Dieu. « Lorsque nous étudions les Écritures, l’Esprit qui a inspiré les Écritures transforme nos vies, » a-t-il dit.

Nous devons prendre cette préparation très au sérieux, a déclaré Mark Finley, car chaque croyant devra prendre des décisions difficiles. Il a cité le livre de la cofondatrice de l’Église adventiste, Ellen G. White, La Tragédie des Siècles, où elle écrit en parlant de la fin des temps : « Chacun devra résoudre cette question vitale : Obéirai-je à Dieu ou aux hommes ? L’heure décisive est imminente. Nos pieds reposent-ils sur le rocher immuable des Écritures ? Sommes-nous prêts à prendre la défense des commandements de Dieu et de la foi de Jésus ?
(p. 644).

Pas de distractions

Dans ce contexte, nous ne devrions jamais laisser les choses nous distraire de notre mission, a dit Mark Finley. « Certaines personnes sont plus intéressées par les partis politiques et les gouvernements de ce monde que par le gouvernement de Dieu, » a-t-il reconnu. « Mais diviser l’Église sur des questions de décisions gouvernementales est une tragédie. »

Les distractions sont plus faciles à éviter si nous développons une vie de dévotion riche qui donne une place prépondérante à la prière. C’est cette « heure paisible, » a-t-il dit, en reprenant un terme utilisé par Ellen White. « Nous avons besoin d’une expérience personnelle et de la connaissance de la volonté de Dieu. »

Mark Finley a dit qu’il est convaincu que le temps dont nous disposons maintenant est le temps que Dieu nous a donné pour que nous puissions être préparés. Mais contrairement aux disciples de Jésus qui se sont endormis au lieu de veiller et de prier, nous devons être vigilants. Pourquoi ? « Parce que sans Jésus, » a souligné Mark Finley, « sans une relation vivante avec lui, aucun de nous ne pourra traverser la crise. »

Le rôle du gouvernement

Le gouvernement a une sphère légitime dans la vie de ses citoyens, a rappelé Mark Finley à son auditoire. « Les pharaons d’Égypte étaient-ils des dirigeants pieux ? » a-t-il demandé. « Non, ils ne l’étaient pas, mais Joseph se préoccupait de l’Égypte. » Il a ajouté : « Joseph a-t-il agi en rébellion contre la société égyptienne ? Non, il ne l’a pas fait !

La même chose s’applique au prophète Daniel. Il a témoigné auprès de la société babylonienne même si Babylone n’était pas une nation juste, a souligné Mark Finley. C’est la raison pour laquelle l’apôtre Paul suggère que si nous manifestions de l’amour et de la bonté envers la société dans laquelle nous vivons, nous attirerons cette société, a fait observer Mark Finley. « Plutôt que de nous rebeller contre un gouvernement oppressif, révélons Christ sur le lieu de travail, » a-t-il déclaré. « Priez-vous pour votre gouvernement ? »

Mark Finley a rappelé aux membres d’ASi que le gouvernement romain opprimait le peuple. Il était cruel et corrompu. Mais Jésus est entré en relation avec cette société, a écrit Ellen White dans son livre Jésus-Christ, « en plaçant la nature divine dans l’humanité, » a dit Mark Finley « Jésus voulait enseigner les principes du royaume de Dieu. »

Cela ne signifie pas que l’Église chrétienne doive être indifférente ou ne pas s’opposer l’injustice, a souligné Mark Finley. Mais selon lui, notre rôle n’est pas de tenter de changer la société en changeant simplement les lois. « Le Christ ne se préoccupait pas tant des lois de la société que de changer les cœurs, ce qui est la solution ultime, » a-t-il déclaré.

Limites du pouvoir du gouvernement

Dans ce contexte, le pouvoir du gouvernement est très limité, a expliqué Mark Finley. « L’un des rôles du gouvernement est de mettre en place un environnement sûr et sécurisé afin que les citoyens puissent jouir d’un libre exercice de la religion, » a-t-il déclaré. « Il s’agit d’assurer un environnement d’opportunité, avec un accès égal au logement, à l’éducation, aux soins médicaux et au travail. »

Mark Finley a souligné que selon la Bible, l’autorité gouvernementale est toujours assujettie à la Parole de Dieu. « Lorsque le gouvernement franchit la ligne et viole la conscience, nous devons obéir à Dieu et non aux hommes, » a-t-il déclaré. Une fois de plus, il a cité Ellen White. Dans la compilation de ses écrits intitulée Évènements des Derniers Jours, elle écrit : « Le peuple de Dieu reconnaîtra le gouvernement humain comme divinement établi par Dieu. Par le précepte et par l’exemple, il enseignera qu’on lui doit une obéissance qui est un devoir sacré pour autant que son autorité ne déborde pas son domaine propre. » Il a poursuivi en disant : « Mais lorsqu’il entre en conflit avec les exigences de Dieu, nous devons choisir d’obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. La Parole de Dieu doit être respectée et obéie comme une autorité supérieure à toute législation humaine. » (p. 110).

Lorsque les lois du pays vont également à l’encontre des principes de Dieu, Ellen White a conseillé aux membres d’église de ne pas tenir compte de ces lois. Par exemple, a indiqué Mark Finley, dans Témoignages pour l’Église volume 1, elle a mentionné que la loi de son époque exigeait que toute personne libre livre les esclaves en fuite à leur maître. « Elle ne doit pas être obéie, » a-t-elle écrit, « et nous devons supporter les conséquences de la violation de cette loi » (p. 79).

Que doivent faire les adventistes du septième jour ?

Dans la dernière partie de sa présentation, Mark Finley a suggéré quatre principes à garder à l’esprit. Il a rappelé à ceux qui l’écoutaient : « Nous avons une mission plus importante que de nous impliquer dans un parti politique. »

Mark Finley a suggéré de prier pour les dirigeants des gouvernements et, dans la mesure du possible, d’obéir au gouvernement pour autant que cela soit souhaitable. Une fois de plus, il a souligné que dans tout conflit entre le gouvernement et la Parole de Dieu, nous devons obéir à Dieu.

Enfin, a-t-il dit, certaines choses relèvent du choix personnel ; nous ne devrions pas laisser ces problèmes nous diviser. « Deux Adventistes du Septième Jour fidèles peuvent-ils avoir des opinions différentes sur des questions politiques ? » a demandé Mark Finley ? « Deux adventistes du septième jour fidèles peuvent-ils penser différemment au sujet d’une pandémie ? Oui, bien entendu ! » a-t-il répondu. Mais selon Mark Finley, il y a une question plus importante en jeu : « La proclamation des messages des trois anges au monde entier pour préparer un peuple à rencontrer Jésus. » C’est quelque chose, a-t-il souligné, qui devrait être au-dessus de toute autre considération personnelle. Pourquoi ? Parce que Jésus, a-t-il dit, « aura une église qui sera debout jusqu’à la fin. »


Traduction : Patrick Luciathe

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply