Skip to main content
EducationEnfantsEvangélisationInternationales

L’éducation adventiste se développe rapidement sur l’ancien territoire soviétique

By 26 novembre 2021No Comments

4 novembre 2021 | Andrew McChesney | Adventist Mission | Adventist Review

Un garçon dont le père n’est pas chrétien et dont la mère était adventiste du septième jour donne son cœur à Jésus après avoir étudié dans une école adventiste.

Les manières d’une élève de troisième année changent si radicalement après son inscription dans une école adventiste que sa mère athée veut devenir adventiste.

Deux enfants supplient d’aller dans une école adventiste après en avoir entendu parler par des amis, et leurs parents finissent par devenir adventistes.

Ces histoires montrent comment la puissance de Dieu transforme des vies en Russie, en Ukraine et dans d’autres pays de l’ancienne Union soviétique, alors que l’éducation adventiste se développe rapidement sur un sol autrefois athée, ont déclaré les responsables de l’église lors des réunions de fin d’année de la division Euro-Asie (ESD). Il y a dix ans, l’Église adventiste ne comptait que 14 écoles dans la région, mais aujourd’hui, elle gère 77 écoles primaires et secondaires accueillant 4 128 élèves. Quarante autres écoles devraient ouvrir leurs portes au cours des quatre prochaines années.

“L’éducation adventiste est étroitement liée à la mission de l’église”, a déclaré Ivan Riapolov, directeur de l’éducation de l’ESD, en présentant un rapport annuel aux réunions de fin d’année.

“Vous ne pouvez pas séparer l’éducation adventiste et la mission adventiste”, a-t-il ajouté. “Partout où des écoles s’ouvrent, l’église se développe”.

Un garçon chuchote en classe de Bible

C’est en tout cas ce qui semble être le cas à Odessa, en Ukraine, où un garçon de 10 ans nommé Anas a eu du mal à réussir ses cours au milieu d’un torrent continu de discrimination raciale de la part de ses camarades de l’école publique, a déclaré M. Riapolov dans une interview. Le père non chrétien du garçon vivait en Iran et sa mère ukrainienne, une ancienne adventiste, l’avait laissé chez sa grand-mère. Bouleversée par les brimades, la grand-mère a finalement transféré Anas à l’école adventiste locale.

Au début, Anas était renfermé, mais il aimait tellement les cours de Bible qu’il essayait de se souvenir des paroles de l’enseignant en les murmurant lorsqu’il les entendait dans la classe, a expliqué M. Riapolov. Mais au fil des jours et des semaines, il a découvert que les autres enfants appréciaient son esprit, et il est rapidement devenu le clown adoré de la classe.

Sa mère est cependant furieuse lorsqu’elle apprend que la grand-mère a inscrit le garçon à l’école adventiste, et elle le ramène vivre avec elle. La grand-mère a prié pendant un an pour que Dieu intervienne, et un jour, la mère a accepté de rencontrer un pasteur adventiste. Au cours de la conversation avec le pasteur, Anas a appris que trois anciens camarades de classe allaient être baptisés, et il a annoncé qu’il voulait aussi être baptisé. Il avait étudié la Bible tout seul pour se préparer au baptême. Son désir fervent de donner sa vie à Jésus a touché le cœur de sa mère, et elle et la grand-mère ont assisté au baptême du garçon avec ses camarades de classe deux semaines plus tard.

“Il y a eu non seulement une réconciliation de la famille, mais aussi une réconciliation avec Dieu”, a déclaré M. Riapolov.

Une fille enseigne Dieu à sa mère

Dans une autre partie de l’ESD, une mère a appelé une école adventiste pour dire qu’elle ne connaissait rien à la religion mais qu’elle voulait que sa fille, Natasha, reçoive une éducation adventiste, raconte M. Riapolov. La mère a expliqué au directeur que Natasha avait fréquenté une école privée qui laissait libre cours à la créativité des enfants, mais qu’elle pensait que la fille avait besoin de discipline. Elle s’est inquiétée pour Natasha et s’est souvenue que lorsqu’elle était enceinte, elle s’était sentie impressionnée, un jour, d’envoyer son enfant dans une école chrétienne. Elle n’avait aucune idée de l’origine de cette idée, car elle était athée.

“Je veux que ma fille étudie dans cette école”, a-t-elle dit fermement au directeur.

Deux semaines après l’entrée en troisième année de Natasha, la mère a appelé le directeur pour lui dire qu’elle était ravie des changements survenus chez sa fille.

“Elle adore vos leçons de Bible, et elle est tombée amoureuse de l’école”, a-t-elle dit. “Elle nous raconte tout ce qui s’y passe et nous fait prier avant les repas. Je suis tellement heureuse de l’avoir amenée dans votre école !”

La mère a ensuite contacté le directeur pour lui demander des informations sur les croyances adventistes. “Natasha veut devenir adventiste, et j’aimerais savoir quels changements doivent être apportés dans nos vies”, a-t-elle dit. “Je veux aussi devenir adventiste”.

L’histoire de cette famille n’est pas terminée. “Leur chemin avec Dieu ne fait que commencer”, a déclaré Riapolov.

Des parents puissants acceptent le Christ

Ailleurs, une voiture de luxe s’est arrêtée devant une école adventiste le premier jour de l’année scolaire, selon un récit partagé par Riapolov. Deux enfants portant des bouquets de fleurs pour les enseignants sont sortis de la voiture, accompagnés de leurs parents.

“Nous voulons que nos enfants étudient dans votre école”, a déclaré le père au directeur.

“Je crains que ce soit impossible”, a répondu le directeur. “Nous n’avons pas de place pour d’autres élèves.”

“Nous achèterons de nouveaux pupitres et de nouvelles chaises pour tous les élèves et nous paierons le double des frais de scolarité”, a rétorqué le père. “S’il vous plaît, permettez à nos enfants d’aller dans votre école.”

“Vous savez que nous n’avons pas non plus l’accréditation du gouvernement pour organiser des examens finaux ici”, a dit le directeur. “Vos enfants devront les passer à l’école publique”.

“Ce n’est pas un problème pour nous”, a dit la mère. “Nous allons vous aider à obtenir l’accréditation.”

“Vous savez que c’est une école adventiste du septième jour, n’est-ce pas ?” dit le directeur.

“Oui, et nous voulons que nos enfants étudient ici”, a dit le père.

La mère a expliqué que la famille avait passé des vacances à la mer Noire quelques semaines auparavant, et que les enfants s’étaient fait de nouveaux amis qui fréquentaient l’école adventiste. Tous les soirs pendant les vacances, les enfants avaient parlé avec enthousiasme de l’école à leurs parents et avaient demandé à y aller lorsque les cours commenceraient.

La mère a alors remis sa carte de visite à la directrice. Elle était juge municipal. Son mari était un officier militaire de haut rang.

Les enfants sont entrés en deuxième et troisième année à l’école, et ils ont aimé y étudier. Mais au fil des semaines, ils ont commencé à supplier leurs parents de leur lire les Bedtime Stories de l’oncle Arthur, qu’ils entendaient à l’école.

“Les parents des autres enfants leur lisent ces histoires, et vous ne le faites pas”, disaient les enfants.

La mère a astucieusement dit aux enfants de demander à l’enseignant de leur vendre le livre. “Alors je vous ferai la lecture tous les soirs”, a-t-elle dit. Les enfants achetèrent le livre, et elle leur fit la lecture tous les soirs.

Les mois passèrent, et les enfants demandèrent à aller à l’école du sabbat et à l’église. Les parents les emmenèrent tous les samedis (sabbat). L’été suivant, la mère et le père se sont fait baptiser.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply