Skip to main content
FemmesFrancophonie Européenne

Journée contre la violence de genre « End It Now »

By 26 novembre 2021No Comments

26 novembre 2021 | Corina Timofte, directrice du département des Femmes de l’Union des fédérations adventistes Franco-Belge

« Celui qui n’aime pas n’a pas appris à connaître Dieu. » 1 Jean 4:8

Quel honneur de faire partie de ceux qui connaissent Dieu ! Mais, comme beaucoup, nous pourrions rompre cette précieuse relation. Alors, il nous faut l’entretenir de toutes nos forces. Dans une période pleine d’interrogations et d’incertitudes comme celle que nous traversons actuellement, nous devons nous rappeler qui nous sommes. Dieu nous a appelés ses enfants et, en tant que tels, nous devons prendre nos responsabilités en conséquence.

Chaque chrétien doit se dire : « puisque j’ai reçu cet honneur, que dois-je faire en retour ? » Nous devons avoir l’esprit clair devant le trouble qui a gagné le monde entier. Il y a besoin d’hommes et de femmes qui s’engagent à faire la différence. L’auteur André Larané estime, dans son article 2001-2021, une société moins violente que jamais, que «  l’année 2022 pourrait s’afficher comme la première année de paix universelle depuis l’année 1975  » (voir herodote.net, consulté le 10/09/2021).

Et, pourtant, un nouveau rapport de l’ONU, « Femmes  », montre que depuis le début de la pandémie de COVID-19, la violence à l’égard des femmes et des filles constitue « l’une des violations des droits de l’homme les plus répandues et les plus dévastatrices dans le monde » (Publication Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes du 25 octobre 2021).

Malheureusement, la violence fait partie de notre vie quotidienne et les conséquences sont dramatiques avec des effets secondaires de longue durée. La guérison des victimes est difficile et parfois impossible. Qu’elle soit d’ordre psychologique ou physique, les dégâts causés par la maltraitance sur les personnes sont désastreux.

En tant que chrétiens, nous devons comprendre que la prière et la patience valent toujours mieux que la violence. Plus que jamais le monde aspire à « la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence  » Philippiens 4:7.

Mais peut-on ressentir la paix si la vie que nous menons est en désaccord avec la vérité ? L’unité ne peut cohabiter avec la maltraitance physique, psychologique et même spirituelle. Il ne peut pas y avoir d’harmonie dans la dépendance de drogue, d’alcool, de pornographie, etc. Jésus promet une paix intérieure qui s’installe dans le cœur et dans l’âme et elle ne peut s’obtenir que par la foi. Les résultats sont visibles : le respect d’autrui, la compassion, la bienveillance, le pardon, l’humilité.

Prenons exemple sur Jésus. Ses pensées envers nous sont des pensées de miséricorde, d’amour et de tendre compassion.

« Oui, croyez seulement que Dieu est votre secours. Il désire restaurer dans l’homme son image morale. Quand vous vous rapprochez de Lui par la confession et la repentance, Il s’approche de vous avec la miséricorde et le pardon. » Ellen G. WHITE, Vers Jésus, chapitre 6, dernier paragraphe.

Téléchargez le matériel pour la campagne contre la violence.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply