Internationales

Les adventistes allemands honorent un adventiste juif tué par les nazis

By 12 septembre 2021 No Comments

20 août 2021 | APD | Adventist Review

L’Église adventiste du septième jour de Leipzig a inauguré une plaque commémorative en souvenir de Manfred Wachenheimer, membre de l’église. La petite plaque commémorative rend hommage à Wachenheimer, un adventiste d’ascendance juive, assassiné au camp de concentration de Buchenwald en 1942.

Né à Karlsruhe en 1886, Wachenheimer y a passé son enfance et sa jeunesse. Plus tard, il a travaillé comme commerçant et correspondant dans plusieurs entreprises. Il s’est finalement installé à Leipzig. En 1934, il a épousé sa femme, Maria (née Hass).

Selon un rapport de Dieter Wache dans le numéro d’août du magazine ecclésiastique Adventisten heute, Wachenheimer est au chômage de 1933 à 1939 en raison de son ascendance juive. Le 4 février 1939, il est emprisonné pendant 10 jours pour ne pas avoir porté l’étoile juive et doit effectuer des travaux forcés.

Assassiné par injection de poison

Pendant son séjour à Leipzig, Wachenheimer est entré en contact avec l’Église adventiste et est devenu adventiste du septième jour. Sa femme a également déclaré après 1945 qu’elle était adventiste. Sur l’insistance de certains paroissiens, Wachenheimer a été exclu de l’Église adventiste de Leipzig. Il a été affirmé que cette mesure n’était que « pro forma » pour se conformer aux réglementations de l’État. Wachenheimer a continué à assister aux services religieux. Lorsque cela lui est également refusé, Hermann Kobs, le pasteur de la congrégation, intervient. En conséquence, il est, lui aussi, dénoncé par sa communauté.

La Gestapo emprisonne Kobs le 18 mars 1942. Il reste en prison jusqu’au 7 avril 1942 et est ensuite enrôlé avec d’autres prisonniers. Il rencontre à nouveau Wachenheimer. Kobs est suspendu de son ministère de pasteur à Leipzig. Les dirigeants adventistes locaux sont à l’origine de ce renvoi, qui est déclaré – selon l’explication officielle – une « mesure de précaution ».

Le 21 mars 1942, la Gestapo de Leipzig ordonne la mise en détention de Wachenheimer. La raison invoquée était ses activités religieuses illicites, puisqu’il avait participé à l’office religieux en tant que « non-Aryen » parmi des « Aryens ». Le 4 juin 1942, il a été emmené au camp de concentration de Buchenwald. C’est là qu’il est mort le 4 juillet à 7 h 55 du matin, emporté par une seringue de gaz toxique à croix jaune.

En 2012, après avoir assumé l’histoire des adventistes du septième jour sous le régime nazi, des membres de l’Église adventiste de Leipzig ont eu l’idée de créer un mémorial pour Wachenheimer. Le projet a pris de l’ampleur grâce à une conférence de l’historien de l’église Johannes Hartlapp, chargé de cours à l’université adventiste de Friedensau, près de Magdebourg. Hartlapp a également fourni à la congrégation des copies de documents utiles. La plaque commémorative a été inaugurée devant le bâtiment de l’église le 16 juin 2021.

Contexte historique

En novembre 1933, la communauté adventiste du septième jour est interdite par la Gestapo en Prusse, en Hesse, en Saxe et dans d’autres régions. Bien que l’interdiction ait été levée en décembre de la même année, à partir de janvier 1934, les églises adventistes ont commencé à être de plus en plus surveillées par la police.

Dans son livre de 684 pages intitulé Siebenten-Tags-Adventisten im Nationalsozialismus (Les adventistes du septième jour sous le national-socialisme ; V & R Unipress, 2008), Hartlapp écrit : « À partir de ce moment-là, la peur a déterminé toutes les décisions ultérieures….. La communauté dans son ensemble était donc – selon la terminologie du national-socialisme – largement alignée. Il est vite apparu que certains individus s’opposaient à cette tendance et, quelles qu’en soient les conséquences, ne pouvaient ou ne voulaient pas prendre part à la correction de trajectoire. »

« Des membres de la communauté comme Alexander Mannesmann appartenaient aux adventistes du septième jour qui ont plus tard ressenti le pouvoir brutal de l’État et ont dû accepter la perte de leur emploi ou l’emprisonnement pour leur témoignage de foi », écrit Hartlapp. À cause de leur attitude, par exemple, Emil Biegmann a été tué dans le camp de concentration de Dachau et A. Eschrich dans celui de Buchenwald. Deux objecteurs de conscience adventistes, Franz Partes et Franz Dlugosch, sont également connus pour avoir payé leur position par la mort.

Hartlapp évoque également deux pasteurs adventistes qui ont payé leurs paroles de leur vie : Rudolf Harress d’Oldenburg est mort le 6 juillet 1942 dans le camp de concentration de Gross-Rosen, près de Breslau, et Rudolf Schäfer a été tué en février 1945 dans une prison de Dresde. Mais « tous ceux qui ont résisté à toute forme d’adaptation et donc de ‘conformité’ au sein de leur propre église se sont soudainement retrouvés largement seuls », écrit Hartlapp.

Déclaration sur l’ère nazie

Dans une déclaration commune à l’occasion du 60e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en 2005, les adventistes du septième jour d’Allemagne et d’Autriche ont pris position sur le comportement de l’Église adventiste du septième jour pendant l’ère nazie. Ils ont déploré que les adventistes aient également été « impliqués dans cette terrible guerre ».

Le caractère de la dictature nazie n’a pas été reconnu à temps ni assez clairement. Les publications adventistes contenaient des déclarations « qui rendaient hommage à Adolf Hitler et exprimaient l’idéologie raciste de l’antisémitisme d’une manière incompréhensible du point de vue d’aujourd’hui. » Les Allemands et les Autrichiens étaient devenus « complices de la folie raciale » ; « de nombreux adventistes du septième jour » n’avaient « pris aucune part aux besoins et aux souffrances de leurs concitoyens juifs. »

« Nous sommes coupables de notre manquement à l’égard du peuple juif, de tous ceux qui ont été persécutés et de ceux qui ont été affectés par la guerre, et aussi à l’égard des adventistes des autres pays », indique la déclaration officielle. « Nous, en tant qu’adventistes du septième jour, n’avons pas agi avec courage et cohérence à cette époque, malgré notre connaissance de l’Écriture et de la Parole prophétique, et avons ainsi manqué de suivre notre Seigneur. » Les adventistes n’ont pas suivi ceux « qui ont courageusement résisté dans nos rangs et n’ont ni plié devant la dictature nazie ni fait cause commune avec elle ».

Dans cette déclaration, l’Église adventiste affirme que le passé ne doit pas être oublié et que l’obéissance, que « nous devons aux autorités de l’État, ne doit pas conduire à l’abandon des convictions et des valeurs bibliques. » Il est important de confesser la foi avec courage et de la vivre de manière cohérente « lorsque, pour notre part, nous entrons dans « l’heure de la tentation » ». « 

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply