Skip to main content
InternationalesSanté

Les aliments ultra-transformés et la viande rouge entraînent une mortalité plus élevée

19 juin 2022 | Californie, États-Unis | Université adventiste de Loma Linda | Adventist World

Des chercheurs de l’université adventiste de Loma Linda ont indiqué qu’une consommation élevée d’aliments ultra-transformés et, séparément, une consommation élevée de viande rouge peuvent être des indicateurs de mortalité importants. Leur étude, publiée récemment, s’ajoute à un ensemble croissant de connaissances sur la façon dont les aliments ultra-transformés et la viande rouge affectent la santé humaine et la longévité, ont déclaré les auteurs de l’étude.

Par rapport à la littérature antérieure analysant les effets des aliments ultra-transformés et d’origine animale sur la santé, cette étude comprenait l’une des plus grandes cohortes, avec plus de 77 000 participants. Elle a également pris en compte un large éventail de régimes alimentaires, y compris végétariens et non-végétariens. En conséquence, les résultats ont fourni de nouvelles informations sur les aliments ultra-transformés comme dénominateur commun de la mortalité chez les végétariens et les non-végétariens, a déclaré le chercheur Gary Fraser. Fraser est l’un des auteurs de l’étude et professeur à la faculté de médecine et à l’école de santé publique de l’université de Loma Linda.

« Notre étude répond à la question de savoir ce qui peut rendre un régime végétarien sain ou malsain », a déclaré Fraser. « Il semble que la proportion d’aliments ultra-transformés dans le régime alimentaire d’une personne soit en fait plus importante en ce qui concerne la mortalité que la proportion d’aliments d’origine animale qu’elle consomme, l’exception étant la viande rouge. »

Selon Fraser, l’étude expose comment il est possible d’être un « mauvais végétarien ou un bon non-végétarien », car elle isole les impacts sur la santé des aliments transformés dans le régime alimentaire — qu’il soit végétarien ou non. Les résultats révèlent que les végétariens qui consomment beaucoup d’aliments transformés dans le cadre de leur régime alimentaire sont confrontés à une augmentation proportionnelle similaire des résultats en matière de mortalité que les non-végétariens qui consomment beaucoup d’aliments transformés dans leur régime alimentaire.

L’étude, intitulée « Ultra-processed food intake and animal-based food intake and mortality in the Adventist health study-2 », publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition, évalue les risques de mortalité de deux facteurs alimentaires indépendants l’un de l’autre. Le premier est la proportion du régime alimentaire composée d’aliments ultra-transformés par rapport aux aliments moins transformés ; les boissons gazeuses, certains analogues de la viande et les bonbons sont des exemples d’aliments ultra-transformés. L’autre est la proportion d’aliments d’origine animale (viandes, œufs et produits laitiers) par rapport aux aliments d’origine végétale.

Deux facteurs de danger distincts

Sept chercheurs de LLU ont rassemblé les données d’une étude de cohorte prospective observationnelle en Amérique du Nord, recrutée dans les églises adventistes du septième jour, composée de 77 437 participants, hommes et femmes. Les participants ont rempli un questionnaire de fréquence alimentaire comprenant plus de 200 aliments pour décrire leur régime alimentaire. Ils ont également fourni d’autres informations démographiques et de santé les concernant, notamment le sexe, la race, la région géographique, le niveau d’éducation, l’état civil, le taux de consommation de tabac et d’alcool, l’exercice physique, le sommeil, l’indice de masse corporelle (IMC) et les comorbidités avec les maladies cardiovasculaires ou le diabète.

Les chercheurs ont ensuite analysé les informations sanitaires et démographiques des participants en conjonction avec leurs données de mortalité, fournies par le National Death Index, sur une période moyenne d’environ sept ans et demi. Ensuite, les chercheurs ont utilisé un modèle statistique pour les aider à considérer chaque variable indépendamment des autres et à produire une analyse de la mortalité par cause.

Ils ont ajusté leur modèle statistique pour se concentrer sur la consommation d’aliments ultra-transformés sans tenir compte d’autres facteurs comme la consommation d’aliments d’origine animale ou l’âge. Ce faisant, Fraser et ses co-auteurs ont constaté que les personnes qui obtenaient 50 % de leurs calories totales à partir d’aliments ultra-transformés étaient confrontées à une augmentation de 14 % de leur mortalité par rapport aux personnes qui ne recevaient que 12,5 % de leurs calories totales à partir d’aliments ultra-transformés.

Les auteurs de l’étude rapportent que des niveaux élevés de consommation d’aliments ultra-transformés étaient associés à la mortalité liée aux affections respiratoires, neurologiques et rénales — en particulier la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et les maladies pulmonaires obstructives chroniques (même en se limitant aux personnes n’ayant jamais fumé). En revanche, la consommation élevée d’aliments ultra-transformés n’était pas associée à la mortalité due aux maladies cardiovasculaires, aux cancers ou aux troubles endocriniens.

Les résultats n’ont pas révélé d’association entre la mortalité et la consommation alimentaire de l’ensemble des aliments d’origine animale. Cependant, une fois que les chercheurs ont réparti les aliments d’origine animale en sous-catégories, ils ont constaté une augmentation statistiquement significative de 8 % du risque de mortalité associé à une consommation modérée (environ 1 ½ once ou 43 grammes par jour) de viande rouge par rapport à une absence de viande rouge.

Végétariens malsains

Dans l’ensemble, Fraser dit que l’étude a démontré comment une plus grande consommation d’aliments ultra-transformés était associée à une plus grande mortalité toutes causes confondues, même dans une population adventiste soucieuse de sa santé et comptant de nombreux végétariens. De tels résultats concernant la consommation d’aliments ultra-transformés et la mortalité constituent une « confirmation utile de ce que les gens attendaient », a-t-il déclaré.

L’étude appelle à de nouvelles recherches sur les effets spécifiques de la consommation d’aliments ultra-transformés sur la santé humaine. Alors que les efforts de recherche se poursuivent pour mieux comprendre l’impact des aliments ultra-transformés sur notre santé, M. Fraser conseille d’éviter d’en consommer en grande quantité.

« Si vous souhaitez vivre plus longtemps ou atteindre votre potentiel maximal, il serait sage d’éviter un régime rempli d’aliments ultra-transformés et de les remplacer par des aliments moins transformés ou non transformés », a déclaré M. Fraser. « Dans le même temps, évitez de manger beaucoup de viande rouge. C’est aussi simple que cela. »


Abonnez-vous au BIA par Telegram.

Recevez les dernières informations sur votre portable sur le canal Telegram @adventisteorg ou flashez ce code :

Abonnez-vous au BIA par e-mail. C’est gratuit !

Flashez le code ou suivez ce lien puis introduisez votre adresse e-mail. Ensuite, confirmez l’abonnement par e-mail.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis