CoronavirusInternationalesSanté

Les vaccins : Nous sommes déjà passés par là

By 16 septembre 2021 No Comments

3 septembre 2021 | Richard M. Hart | Loma Linda University | Adventist World

Le degré de polarisation autour du vaccin contre la COVID-19 aujourd’hui n’est pas surprenant. D’un côté, on trouve les défenseurs des droits individuels, confortés par ce qu’ils lisent et entendent sur les dangers du vaccin. De l’autre côté, il y a ceux qui acceptent la science rapportée et croient que les vaccinations sont la seule solution à la pandémie.

Ceux d’entre nous qui avons eu le privilège d’observer la nature humaine pendant de nombreuses années se souviennent de batailles similaires autour du port obligatoire de la ceinture de sécurité, du casque de moto, de la fluoration des réserves d’eau et de divers autres mandats de santé publique. L’exemple le plus pertinent est peut-être celui du tabagisme. Tant que votre consommation de tabac ne représentait qu’un danger pour vous, nous étions prêts à vous laisser poursuivre votre habitude. Mais lorsque des recherches ont montré que votre fumée secondaire était nocive pour ma santé, le vent a tourné et des interdictions de fumer ont été instaurées dans les lieux publics.

Cela semble être le point central de la controverse actuelle. Si quelqu’un veut risquer sa santé, et même sa vie, en ne se faisant pas vacciner, c’est son droit. Mais lorsque sa décision met d’autres personnes en danger, elle a un impact plus large sur la santé publique pour nous tous. C’est ce que ressentent aujourd’hui un grand nombre de nos professionnels de la santé, car nous sommes maintenant confrontés à la prise en charge de nombreux patients non vaccinés qui ont négligé ou refusé de se faire vacciner. Plus de 90 % des patients admis et des décès dans les hôpitaux et dans tout le pays aujourd’hui font partie de ce groupe. Et leur décision permet au virus de continuer à se propager, exposant les enfants et d’autres personnes au risque d’infection. La frustration et même la colère de beaucoup de ces professionnels de la santé qui travaillent et s’occupent de patients malades et mourants s’expriment de plus en plus.

Mais qu’en est-il de tous les dangers du vaccin qui sont rapportés dans notre société saturée d’informations ? Je pourrais essayer de traquer toutes les histoires, qu’il s’agisse de puces intégrées, de menaces pour la fertilité, d’altérations génétiques à long terme ou de son statut expérimental (bien que le vaccin de Pfizer soit désormais approuvé par la FDA pour un usage général). Mais je crains que les soupçons ne soient difficiles à changer, car nous avons tous tendance à rechercher des preuves qui renforcent nos convictions. Dans ce genre de situation, il faut peser les données de tous les côtés pour prendre une décision judicieuse. Il est également important de vérifier les références et de trouver des sources d’information fiables.

En tant qu’ancien médecin de santé publique ayant travaillé dans le cadre de programmes de vaccination pendant 50 ans, j’ai pu constater les incroyables avantages des vaccins. Nous avons éliminé la variole, largement éradiqué la polio, et contrôlé la rougeole, la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, l’hépatite A et B, et de nombreuses autres maladies infectieuses. Beaucoup de ces vaccins sont ce que l’on appelle des vaccins vivants-atténués, ce qui signifie que le virus a été modifié en laboratoire pour éliminer en grande partie son infectivité et son danger, tout en conservant suffisamment de caractéristiques du virus pour stimuler la production d’anticorps. Si chacun de ces vaccins a fait l’objet de controverses dans le passé, ils sont aujourd’hui tous acceptés par la grande majorité des gens et sont devenus obligatoires dans notre pays pour que nos enfants puissent aller à l’école et que les professionnels de la santé puissent travailler dans les établissements de soins. Tout le monde a bénéficié de ces vaccins.

Mais celle-ci est différente, disent-ils. Oui, elle est née de l’urgence d’une pandémie qui se propage rapidement. Nous avons bénéficié d’une compréhension avancée du fonctionnement de notre système immunitaire et des moyens de l’utiliser plus efficacement contre les infections. Nous avons également la chance de disposer d’un mécanisme d’administration, l’ARNm, qui a été mis au point en 2005 et qui peut désormais être utilisé pour stimuler la production d’anticorps et inhiber la croissance virale. Ces nouveaux vaccins utilisent nos propres mécanismes de défense pour cibler les pics du virus COVID-19 et l’inactiver. Les vaccins à ARNm n’entrent jamais dans le noyau cellulaire et ne peuvent pas modifier notre ADN. Comme la plupart des vaccins, ils ne sont pas efficaces à 100 % et ont des effets secondaires minimes. Mais le risque lié à la maladie est bien plus important que celui lié au vaccin, comme le montrent de nombreuses études et les 170 millions d’Américains qui les ont reçus.

Comment cela va-t-il se terminer ? Il est difficile de le dire, même si certains pensent que ce virus continuera à circuler dans notre société jusqu’à ce que tout le monde ait reçu le vaccin ou ait été infecté. Ce serait une tragédie alors que nous disposons d’un outil aussi efficace et que nous pouvons éviter de nombreuses morts inutiles.

Il est regrettable que de nombreuses organisations, y compris des hôpitaux, doivent recourir à des mandats pour augmenter la couverture vaccinale de leurs employés. Il semble que ces mandats, en particulier ceux du gouvernement, ne font qu’accélérer la suspicion à l’égard des vaccins. Certains pensent que des forces extérieures cherchent à nous contrôler. D’autres pensent qu’il s’agit de l’accomplissement d’une prophétie ou de la preuve de l’existence de forces maléfiques. Mais la plupart d’entre nous acceptent que ces mandats sont apparemment nécessaires pour nous protéger de nous-mêmes dans ces situations. Cela ressemble beaucoup à ce que nous avons vécu avec d’autres mesures de santé publique, lorsque la société détermine que le plus grand bien exige l’assujettissement des droits individuels, aussi sincères soient-ils.

Nous sommes déjà passés par là, et il faut généralement une décennie pour que toute nouvelle mesure soit pleinement acceptée. J’espère et je prie pour que la logique et la compréhension l’emportent, et que notre lutte des classes prenne fin alors que nous cherchons à nous protéger mutuellement. En attendant, les infections et les décès dus à la COVID-19 continueront de ravager le monde.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply