Internationales

Lors du Comité annuel, les participants réfléchissent à l’identité adventiste, à l’herméneutique et à la grâce

By 15 octobre 2021 No Comments

12 octobre 2021 | Silver Springs, Maryland, États-Unis | Adventist Review

Mark Finley, Artur Stele, et Michael Ryan partagent leurs perspectives sur les défis contemporains de l’église.

À la demande spéciale du président de la Conférence générale (CG) Ted N. C. Wilson, trois intervenants au Conseil annuel 2021 ont partagé leurs points de vue sur les questions ayant un impact sur l’Église adventiste du septième jour. L’assistant du président Mark Finley a discuté de l’identité adventiste et du rôle de la Bible ; le vice-président du CG, Artur Stele, a discuté des implications de la « nouvelle herméneutique » ; et l’assistant du président Michael Ryan a expliqué pourquoi les adventistes considèrent la grâce de Dieu comme étendue et primordiale. Vous trouverez ci-dessous un résumé des trois présentations. Un lien vidéo suit.

Mark Finley : Devrions-nous redéfinir qui nous sommes ?

La Bible, est-elle conditionnée principalement par la culture ? L’Église adventiste du septième jour, est-elle un mouvement religieux suscité par Dieu pour préparer un peuple à la venue de Jésus, ou n’est-elle qu’une des nombreuses dénominations dans le paysage des religions ? Qui sommes-nous, et pourquoi existons-nous ?

« Les adventistes du septième jour croient toujours que la Bible est la Parole de Dieu qui fait autorité et qui est infaillible », a souligné M. Finley. « Et la Bible fait toujours autorité, entre autres, en matière de science, de prophétie, de normes de style de vie et de doctrine. »

Qu’en est-il de l’identité adventiste ? Finley a rappelé aux dirigeants que les adventistes du septième jour sont « un mouvement prophétique avec un message prophétique et une mission divine ». Il a demandé : « Les prophéties de Daniel et de l’Apocalypse sont-elles toujours pertinentes au 21e siècle, ou devons-nous réévaluer notre compréhension prophétique ? » Finley a affirmé avec force que les prophéties de Daniel et de l’Apocalypse continuent de parler avec puissance.

Une autre question, a noté Finley, est de se demander si les onze premiers chapitres de la Genèse sont un récit historique ou simplement une allégorie pour expliquer comment Dieu a fait les choses il y a des siècles. « Est-ce que cela fait une différence ce que l’on croit à propos de la création du monde et d’un déluge mondial ? ». Il explique qu’une semaine de création littérale de sept jours « ancre toute la Bible et donne un sens à l’existence. »

« Il a également fait part de ses préoccupations concernant un mouvement croissant de jeunes adventistes qui croient qu’il existe une distinction entre Jésus et la doctrine. Certains considèrent l’accent mis sur la doctrine comme légaliste et arbitraire, a expliqué Finley. » Il a rappelé aux dirigeants et aux membres de l’église que Jésus et ses enseignements sont indissociables. « Accepter pleinement le Christ, c’est accepter pleinement les doctrines qu’il a enseignées. »

Finley a également abordé ce qu’il a appelé la « fatigue de l’avent », notant que depuis plus de 175 ans, les adventistes proclament le retour prochain de Jésus. « Croyons-nous toujours qu’il vient bientôt ? » a demandé Finley. « Est-il non biblique de prêcher la proximité du retour du Christ à la lumière du retard de l’avent ? Comment pouvons-nous motiver un mouvement de préparation au retour prochain de notre Seigneur ? »

Les adventistes croient toujours, comme l’enseigne l’Écriture, que la venue de Jésus est « plus proche que lorsque nous avons cru pour la première fois », a déclaré Finley, citant l’apôtre Paul (Romains 13:11). Il a noté que depuis la fin des années 1970 et le début des années 1980, un nombre croissant de voix au sein de la communauté scientifique ont remis en question la validité de la chronologie prophétique qui culmine en 1844, l’année où, selon les adventistes, Jésus est entré dans le lieu très saint du sanctuaire céleste pour le jugement avant de son retour. Les voix sont de plus en plus ouvertes et intenses, a reconnu Mme Finley.

Beaucoup remettent également en question la croyance en un sanctuaire céleste. Mais « le jugement préventif et le sanctuaire sont toujours au cœur de la théologie adventiste pour préparer un peuple à la venue de Jésus », a déclaré Finley.

Pour regarder la présentation de Mark Finley, voir la vidéo ci-dessous et commencer à 1 h 49 min 41 s

Artur Stele : Comment devons-nous lire et étudier la Bible ?

Tout au long de l’histoire, Satan a utilisé le doute, l’utilisation sélective et la réinterprétation de l’Écriture pour attaquer le peuple de Dieu, a rappelé Stele aux dirigeants adventistes. Au Moyen-Âge, l’ennemi essayait d’éloigner la Parole de Dieu des gens. « La Bible était uniquement en latin, et seul le clergé pouvait la comprendre et l’expliquer. L’une des grandes bénédictions de la Réforme protestante a été de donner la Bible aux gens dans leur langue », a-t-il déclaré.

M. Stele a rappelé aux dirigeants les présupposés de la méthode historico-critique d’interprétation de la Bible. Selon cette méthode et d’autres points de vue similaires, la Bible n’est pas la parole de Dieu, mais serait conditionnée par la culture. « On dit que la Bible montre comment les gens voyaient Dieu au moment où la Bible a été écrite », a déclaré Stele. « Ainsi, ce n’est pas Dieu qui nous parle, mais la façon dont les gens de différentes cultures et époques ont compris Dieu, comment ils ont interprété [le texte biblique]. »

Au contraire, les adventistes du septième jour croient que « bien que la Bible soit constituée culturellement et historiquement, elle n’est pas conditionnée culturellement ou historiquement. »

Stele explique que les approches postmodernes de l’étude de la Bible ont apporté un changement d’orientation. Dans le cadre de cette nouvelle herméneutique, l’accent est mis non plus sur le texte biblique lui-même, mais sur le lecteur, qui décide désormais de ce que dit la Bible.

Il a noté que dans le cadre de cette nouvelle herméneutique, le lecteur ne cherche plus à comprendre ce que l’auteur a voulu dire, mais plutôt à faire une rencontre. « Le sens se produit dans le moment d’une rencontre entre le lecteur et le texte », a partagé Stele. « Maintenant, ce que l’auteur avait l’intention de dire n’a plus d’importance. Le texte a maintenant sa propre vie. Chaque fois qu’un mot, ou un exemple, ou une histoire, ou un texte parle à votre cœur, à ce moment-là, une rencontre se produit. »

M. Stele ajoute que cette approche conduit à des significations multiples du texte, qui peuvent avoir des sens différents selon les lecteurs. Même pour un même lecteur, le texte peut signifier différentes choses à différents moments. « Au lieu d’essayer de comprendre le sens objectif du texte dans son contexte d’origine, l’adepte de la nouvelle herméneutique regarde la Bible et y voit une collection de mots, d’idées, de compréhensions et d’histoires différentes qui, au moment d’une “rencontre”, peuvent devenir la Parole de Dieu », a-t-il déclaré.

En fin de compte, a souligné M. Stele, cette nouvelle herméneutique nous conduit de l’égocentrisme à l’égocentrisme. L’historicité des événements bibliques ne joue aucun rôle significatif.

Stele a souligné la croyance adventiste selon laquelle Dieu et les écrits inspirés nous encouragent à rechercher les Écritures avec diligence, en utilisant une approche canonique qui fait des efforts concertés pour creuser en profondeur tout en restant fidèles à la Bible. « Soyons des étudiants fidèles de la Parole de Dieu ! » a-t-il déclaré.

Pour regarder la présentation d’Artur Stele, voir la vidéo ci-dessous et commencer à 2 h 5 min 7 s

Michael Ryan : Quelle est l’ampleur de la grâce de Dieu ?

Certaines personnes accusent l’Église adventiste du septième jour d’avoir une vision étroite de la grâce. Ils prétendent que la théologie de l’église est sombre et ne sera jamais acceptée par les autres églises chrétiennes ou le monde. Ainsi, selon eux, la conception adventiste de la grâce n’accordera jamais aux membres la liberté accordée dans la Bible, que les critiques définissent comme un style de vie sans limites.

« Au cœur de la compréhension de la grâce de Dieu doit se trouver la reconnaissance que sa grâce imprègne absolument tout le message biblique », a affirmé M. Ryan. La Parole de Dieu nous conduit à la justice du Christ. « Chaque récit, prophétie, thème, doctrine de la Bible ; la loi de Dieu et l’histoire biblique ; chaque parabole biblique… tout cela nous appelle à laver nos robes dans le sang de l’Agneau. »

Jeter ce que la grâce a fourni rétrécit la grâce, a-t-il noté. La Bible ne fait pas de place à ce que l’on appelle « l’hypergrâce ». L’idée de l’hypergrâce prétend que le cœur du croyant est tellement saturé de grâce que la réforme n’est pas nécessaire. Elle prétend que la doctrine biblique est un non-sens, détruisant ainsi la grâce. Au contraire, les adventistes du septième jour croient que le fait d’embrasser ce que la grâce a fourni élargit en fait la grâce.

« Comprenons bien qu’il existe des personnes affiliées à l’Église qui envisagent un mouvement d’hypergrâce », a déclaré M. Ryan. Il a noté que la théologie des pionniers adventistes est devenue l’objet de critiques. Ces membres de l’église qui critiquent les dirigeants affirment que les croyances distinctives de l’église sont devenues une idéologie déplacée. Ils affirment que ces croyances distinctives sont la chose même qui entrave la mission.

« Ce n’est pas la nouvelle grâce », a déclaré M. Ryan. « Ce n’est pas la foi de Jésus. Il n’y a pas de nouvelle forme de grâce qui, d’une certaine manière, grandit alors que le message de Dieu se rétrécit. Ce type de grâce n’existe pas ».

La Bible enseigne, a souligné M. Ryan, que la grâce a fourni tout ce dont nous avons besoin. « Que l’église se lève et prêche le chemin de la justice du Christ », a-t-il déclaré.

Pour regarder la présentation de Michael Ryan, voir la vidéo ci-dessous et commencer à 2 h 23 min 19 s

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply