Internationales

Les dirigeants adventistes réfléchissent à la manière de conduire la mission pendant les crises

By 15 octobre 2021 No Comments

(Photo d’archive d’un comité exécutif de la Conférence Générale, avant la Covid-19)

“Nous sommes confrontés à des situations inhabituelles », a déclaré le président de la Conférence Générale, Ted N. C. Wilson, dans son message de dévotion à l’ouverture du Concile Annuel de 2021 de l’Église adventiste du septième jour. « Comment accomplissons-nous notre mission en temps de crise ?

Le bref message de Ted Wilson a ouvert les discussions et les réflexions du programme d’une semaine, qui se déroule cette année en présentiel à Silver Spring, dans le Maryland, aux États-Unis, et simultanément en ligne pour la plupart des délégués qui ne sont pas en mesure de voyager.

Ted Wilson a reconnu que pendant cette pandémie, beaucoup ont « perdu pied » – ils se sont découragés. « Comment pouvons-nous continuer ? » a-t-il demandé. D’après pasteur Wilson, la seule réponse consiste à s’appuyer complètement sur Jésus. « Il est le leader du mouvement adventiste, » a-t-il souligné.

Les rencontres du Concile Annuel comprennent des sessions administratives au cours desquelles les membres du Comité Exécutif de la Conférence Générale (GCEXCOM) qui viennent du monde entier votent sur des projets, des rapports et des initiatives et discutent d’autres questions financières et relatives à l’Église. Les rencontres d’ouverture des 7 et 8 octobre comprennent toutefois la Conférence annuelle sur l’Éducation et le Développement dans le Leadership (LEAD). Les conférences LEAD se concentrent sur un sujet spécifique qui cherche à inspirer et à soutenir le développement professionnel et spirituel des dirigeants d’église, des membres laïcs et des invités qui sont membres du GCEXCOM.

Cette année, la conférence LEAD a été produite par le Bureau de la Mission Adventiste et le thème choisi était « À Travers les Tempêtes : la Mission Pendant les Crises. » Les organisateurs ont considéré que c’était approprié à un moment où l’Église adventiste apprend à naviguer et à s’adapter aux nouvelles réalités posées par la pandémie de COVID-19.

« J’espère que nous pourrons apprendre de meilleures façons de faire avancer la mission, » a déclaré Tiffany Brown, une pasteure et enseignante qui a présenté la session d’ouverture et coordonné un panel de discussion.

Faire confiance à Dieu après une crise majeure

La séance d’ouverture qui a duré deux heures comprenait des témoignages de missionnaires qui ont vécu des crises majeures, ainsi que des études de cas tirées de l’histoire de l’Église adventiste et du christianisme. Parmi ces témoignages, les participants à la conférence LEAD ont regardé une vidéo de Bryan et Penny Gallant, du Missouri, aux États-Unis, où Bryan est actuellement pasteur de trois églises et coordonne les ministères des réfugiés dans la région.

Les Gallant ont expliqué comment ils ont appris à faire confiance et à suivre Dieu après un grave accident de voiture il y a de nombreuses années, dans lequel ils ont perdu leurs deux jeunes enfants. Cette tragédie a déclenché un voyage spirituel et de service, a dit Bryan Gallant. « Dans ma propre vie, la foi était la capacité d’expliquer Dieu ; maintenant, c’est simplement Lui faire confiance, quoi qu’Il fasse. »

Cet événement qui a changé leur vie les a finalement conduits à une vie de service en tant que missionnaires dans des endroits lointains, y compris au Cambodge, où ils ont utilisé l’expérience de leur perte pour réconforter d’autres personnes qui souffraient. « Nous avons pu entrer en contact avec des personnes qui avaient perdu de nombreux proches à cause de la violence politique, » a dit Bryan Gallant. Ils ont ensuite servi dans d’autres pays et à d’autres niveaux et continuent à servir d’autres personnes dans le besoin également aux États-Unis.

« Le message que nous apportons au monde n’est pas une information ; c’est une expérience, » a-t-il déclaré.

À l’époque soviétique

En ouvrant la section du programme consacrée aux études de cas, Artur Stele, vice-président général de la Conférence Générale, a considéré les leçons que l’Église a apprises pendant les décennies de restrictions et de persécutions dans l’ex-Union Soviétique. « Le gouvernement a entrepris de libérer la société de la religion, » a expliqué Artur Stele. « De nombreux chrétiens fidèles ont été incarcérés. »
Artur Stele a indiqué que même si l’Église adventiste a dû traverser des défis et des difficultés, y compris la perte de pasteurs et de membres d’église, l’Église a non seulement survécu, mais s’est également développée pendant cette période. Parmi les leçons que, d’après Artur Stele, nous pouvons apprendre, il a mentionné une confiance pleine et totale dans la Parole de Dieu au milieu des difficultés. « Les croyants non seulement lisaient, mais suivaient la vérité biblique, » a-t-il dit. « Les croyants voyaient les choses du point de vue de l’éternité ; le ciel était réel. Il y avait une urgence à proclamer le message. »

Il a également mentionné la flexibilité et la créativité de l’église. L’Église s’est adaptée. « Lorsque le culte était interdit, ils adoraient tôt le matin ou tard le soir, en petits groupes ou même par deux. Comme les fêtes d’anniversaire étaient autorisées, chaque sabbat [samedi], les membres organisaient une fête d’anniversaire. Les comités d’église se tenaient parfois pendant les enterrements. »

Une autre leçon, a dit Artur Stele, est que chaque membre était, d’une manière ou d’une autre, impliqué dans la mission de l’Église. « La plupart des pasteurs étaient en prison, donc des laïcs devaient faire le travail, » a-t-il dit. « Les groupes musicaux répétaient pendant la nuit et ils ont continué à chanter même quand c’était interdit. Alors que les pasteurs étaient arrêtés, ils savaient que leurs congrégations survivraient. »

C’est une leçon pour nous tous, a dit Artur Stele. Il a souligné : « Travaillons de façon à ne pas avoir honte. Gardons l’éternité en ligne de mire. Assurons-nous que tout le monde soit impliqué dans l’œuvre du Seigneur. »

Leçons de l’histoire adventiste et chrétienne

D’autres présentations ont mis l’accent sur l’Église adventiste lors d’une crise survenue en 1919, où il fallait continuer de servir pendant la pandémie de grippe espagnole. « Comment l’Église a-t-elle pu partager l’évangile de la vie éternelle avec des personnes qui avaient des besoins temporels ?, a demandé Jenifer Daley, pasteur de l’administration à Pioneer Memorial Church à Berrien Springs, dans le Michigan. Jenifer Daley a mentionné l’engagement responsable, qui consiste à répondre aux besoins urgents des gens tout en partageant un message éternel. « En conséquence, la mission a prospéré, » a dit Jenifer Daley. La clé est de « persévérer à travers les crises avec un message unifié dont les gens ont besoin. »

Adam Ramdin, directeur de la jeunesse dans la Fédération du Nord de l’Angleterre, s’est penché sur l’exemple des Vaudois. Pendant des siècles, ils ont entretenu la flamme de la vérité de Dieu dans les vallées montagneuses des Alpes. Entre autres décisions judicieuses, les Vaudois ont accordé un soin particulier à l’éducation de leurs enfants, a rappelé Adam Ramdin aux participants à la conférence LEAD. « Ils savaient ce en quoi ils croyaient, pourquoi ils le croyaient, et ils étaient très au clair sur le fait qu’il s’agissait d’un message qu’ils ne pouvaient garder pour eux-mêmes. »

Adam Ramdin a expliqué comment les Vaudois étudiaient la Parole de Dieu, se formaient, puis se rendaient dans les grandes villes d’Europe pour proclamer le message. « Leur objectif était la conversion des cœurs, » a-t-il déclaré.

La mission, a souligné Adam Ramdin, avait un coût. Beaucoup ont perdu la vie loin de leur famille et de leurs amis. Cependant, « ils savaient qu’ils étaient au service d’une mission plus grande qu’eux-mêmes, » a-t-il dit.

Au-delà des Difficultés

Daniel Jiao, secrétaire de l’Union Mission Chinoise, a convenu qu’accepter l’innovation et endurer les difficultés font partie de ce à quoi les croyants doivent s’attendre lorsqu’ils sont confrontés à des crises. Il a raconté l’histoire de son père, un fidèle membre d’église qui a survécu aux camps de travail et au harcèlement avant de diriger une congrégation adventiste grandissante en Chine. Les crises doivent être affrontées avec une grande patience et une instruction minutieuse, a dit Daniel Jiao. « Soyez innovants. Pensez à la meilleure façon d’accomplir l’œuvre de Dieu » au vu des circonstances, a-t-il conseillé. Et soyez prêts à endurer les épreuves. « Vous devrez traverser des difficultés et vous devrez compter sur Dieu pour accomplir son œuvre, » a déclaré Daniel Jiao.

De l’autre côté du monde, des membres d’église au Venezuela ont expliqué comment ils ont continué d’accomplir la mission après la fermeture de toutes les églises et l’interdiction des réunions pendant la pandémie qui dure toujours. L’Église a lancé l’initiative « Chaque Foyer, une Église, » qui a vu les pasteurs et les membres d’église développer des moyens innovants de maintenir la fraternité et l’action missionnaire. Les résultats parlent d’eux-mêmes. Au Venezuela, « l’Église continue de croître et, par la grâce de Dieu, elle ne s’arrête pas, » ont-ils indiqué.

Peu importe quand ou où une crise survient, la clé, a dit Ted Wilson aux membres du GCEXCOM, est de se rappeler qui est plus puissant que nos problèmes les plus urgents. « Dirigeants, ne quittez jamais notre chef, Jésus-Christ, des yeux, » a déclaré Ted Wilson. « À travers chaque tempête, Dieu permettra que la mission soit menée à bien parce qu’il est le maître de la tempête. »


Traduction : Patrick Luciathe

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply