Skip to main content
CommunicationsInternationales

Nouvelle initiative visant à lutter contre la dépendance aux médias sociaux et à accroître les dévotions personnelles et familiales

8 mai 2022 | Silver Spring, Maryland, États-Unis | Maryellen Hacko | ANN

Selon l’enquête la plus récente menée par le Bureau des archives, des statistiques et de la recherche de la Conférence générale (CG), seuls 37 % des membres de l’Église adventiste du septième jour dans le monde font des dévotions le matin et le soir avec leur famille. De plus, seulement 52 % des adventistes s’engagent dans des dévotions personnelles quotidiennes de toute sorte [1].
Ému par ces statistiques très reconnaissantes, Dwain Esmond, directeur associé de la succession Ellen G White, a fait une présentation spéciale lors de la réunion de printemps de cette année (13 avril) où il a mis au défi les dirigeants et les membres de l’Église de « retourner à l’autel » et de développer leur vie spirituelle intérieure afin d’être mieux équipés pour la mission.

« Je ne crois tout simplement pas qu’une Église qui pratique le culte à ce niveau sera efficace dans les temps que nous traversons, et dans le partage du message que nous devons promouvoir », a-t-il déclaré.

Intitulé « Back to the Altar: An Inside-out Revolution », M. Esmond a attribué ce manque général de spiritualité personnelle à l’omniprésence croissante de la technologie et des médias sociaux, et l’effet que les plateformes de médias sociaux ont sur la formation des esprits chrétiens — en particulier ceux des jeunes.

« Mais il n’y a pas que les jeunes ! Nous avons tous été affectés », a-t-il insisté. « Comment cet esprit peut-il adorer Dieu ? C’est difficile, c’est dur. »

Faisant référence à de multiples études sur les effets des médias sociaux et du temps passé devant l’écran sur le bien-être mental et physique, M. Esmond a partagé comment l’utilisation de ces applications nuit à notre capacité de concentration, augmente les sentiments de solitude et de stress, et peut conduire à la dépression, à l’anxiété, aux troubles de l’image corporelle, à des habitudes de sommeil malsaines, à des déficits de mémoire et, finalement, à une dépendance générale.

« Notre cerveau n’est pas fait pour être baigné en permanence dans la dopamine. Cela modifie les circuits de notre esprit », a-t-il averti.

Selon les recherches qu’il a présentées, une personne passe en moyenne 2 heures et 27 minutes sur les applications de médias sociaux chaque jour, ce qui constitue en moyenne 50,1 % de l’utilisation globale du téléphone d’un individu. Et si les médias sociaux ont ouvert des possibilités de partager l’Évangile à travers le monde, M. Esmond estime que cela ne suffit pas à justifier leur utilisation actuelle.

« Je sais ce que c’est que de mener un ministère sur les médias sociaux. Je l’ai vu faire, je l’ai fait. Mais je ne suis pas sûr que “faire du ministère” et bénir les gens par le biais de ce média soit suffisant. Je pense que nous leur devons plus qu’une simple connexion et du contenu », a-t-il déclaré. « Nous leur devons une utilisation correcte de la technologie. Nous ne leur devons pas seulement un appel à venir à Jésus, nous leur devons des conseils sur la façon de rester avec Jésus et d’être avec Lui seul. »

Alors que les applications de médias sociaux peuvent endommager nos esprits et consommer notre temps et notre attention, M. Esmond a souligné que le fait de passer du temps avec Dieu peut inverser cela. « Dans le culte, je vois un antidote d’autel. Alors que les médias sociaux peuvent nuire à notre capacité de concentration et d’attention, le culte calme l’esprit et l’entraîne à se concentrer. Alors que nous pouvons nous sentir seuls bien que nous ayons 1000-2000 amis en ligne, le culte diminue la solitude par la communion avec Dieu et les autres. Grâce à la neuroplasticité, nous pouvons être transformés à l’image de Dieu. Ce schéma général de dépendance peut être endigué — en partie — par notre connexion avec Dieu. »

Agir : commencer une révolution

Plutôt que de se contenter de présenter un avertissement aux dirigeants et aux membres de l’Église, M. Esmond — avec le fort soutien des départements ministériels du CG — passe à l’action, avec l’objectif audacieux de voir 70 % des adventistes s’engager dans un culte quotidien dans les cinq prochaines années.

« Je crois que Dieu nous donnera la possibilité de commencer la révolution à l’intérieur, afin que nous puissions faire le travail à l’extérieur », a-t-il déclaré. « Nous devrions déclencher une poussée de feu dans l’Église qui les pousse vers les autels et les envoie faire le travail, habilités. »

Dans sa présentation, M. Esmond a évoqué la possibilité d’établir un programme de culte familial pour les membres de l’Église, un programme sur les médias sociaux à enseigner dans les écoles, ainsi que des ressources médiatiques et vidéo et des soirées de culte organisées. « Je pense que nous avons également besoin d’une refonte de l’Adventist Home and Child Guidance [d’EGW] pour tirer parti de ces merveilleux principes et les refondre à nouveau pour le parent du 21e siècle », a-t-il ajouté.

M. Esmond a formulé ses idées dans le cadre des indicateurs de performance clés (KPI) décrits dans le plan stratégique « I Will Go » pour 2020-2025. Plus précisément :

Croissance spirituelle KPI 5.1 : augmentation significative du nombre de membres de l’église priant régulièrement, étudiant la Bible, utilisant les guides d’étude biblique de l’école du sabbat, lisant les écrits d’Ellen White et s’engageant dans d’autres dévotions personnelles.
Croissance spirituelle ICP 7.3 : augmentation de l’utilisation éthique et responsable des plateformes médiatiques par les étudiants.
Bien qu’aucun plan concret n’ait encore été mis en place, un petit comité prépare une stratégie qui sera élaborée à temps pour le Conseil annuel 2022 (6-12 octobre), décrivant comment ce message de prio

ritisation du temps de dévotion personnel et familial sur les médias sociaux — sera transmis à l’ensemble de l’Église. Pour M. Esmond, la priorité essentielle de l’initiative est double : donner la priorité au culte personnel et familial et enseigner l’éducation aux médias.

Nous devons à nouveau « enseigner » le culte — comment passer un temps significatif et enrichissant avec Dieu et les bénéfices de ce temps… En outre, nous devons enseigner l’éducation aux médias et une bonne « hygiène numérique ». Les membres doivent être sensibilisés aux effets de la technologie et des médias lorsqu’ils sont consommés de manière malsaine et recevoir les meilleures pratiques pour préserver leur bien-être mental et spirituel », a-t-il déclaré.

L’initiative « Back to the Altar » est fortement soutenue et promue par le CG et ses différents départements. « Je tiens vraiment à exprimer ma reconnaissance à Ted Wilson pour son soutien », a reconnu M. Esmond. « Je dois également mentionner Willie et Elaine Oliver (directeurs des ministères de la famille du GC) qui connaissent la passion qui anime mon cœur. Et à d’autres personnes qui m’ont atteint avec une perspicacité et des conseils extraordinaires. Dans la multitude de conseillers, il y a de la sagesse ».

En conclusion de sa présentation, M. Esmond a partagé un instantané de la vie de Jésus tiré de Marc 1:35-39, où Jésus revenait d’adorer son Père. Ses disciples lui disent : « Tout le monde te cherche », mais au lieu de céder à leur demande, il dit : « Allons ailleurs… ».

En réfléchissant à cela, M. Edmond a partagé cette idée : « Jésus a pris cette décision dans l’adoration. C’est la seule façon de savoir où vous devez aller ! Notre plan stratégique pour l’Eglise mondiale est “Je vais aller”. Nous devons y aller, mes chers amis. Mais je ne pense pas que nous puissions partir tant que nous ne sommes pas allés vers Dieu. »


[1] https://documents.adventistarchives.org/Resources/Global%20Church%20Membership%20Survey%20Meta-Analysis%20Report/GCMSMetaAnalysis%20Report_2019-08-19.pdf

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis