Internationales

Pour la beauté de la terre

Faire des promenades le samedi (sabbat) et apprécier la nature – le deuxième livre de Dieu – sont des éléments présents de longue date dans la culture adventiste du septième jour. Cette appréciation devrait-elle avoir un impact sur la façon dont les membres prennent soin de l’environnement ? Et cela peut-il les rapprocher de Dieu ?

« L’adventisme [dans ses premières années] était plus porté sur le plein air, parce que la culture à l’époque était davantage liée à la [nature] qui l’entourait, » explique John Henri Rorabeck, naturaliste et éducateur. « [Mais] Ellen White et ses contemporains repoussaient réellement [aussi] les limites et étaient de vrais leaders sur la question. »

Le message adventiste sur la santé, qui inclut de beaucoup s’exposer au plein air et au soleil et de passer du temps dans la nature, était un message de contre-culture à une époque où les malades et les invalides étaient gardés dans des pièces sombres et moisies, ce qui serait impensable aujourd’hui, a-t-il dit.

Bien que des éléments de cette vision demeurent présents dans la culture adventiste, John Rorabeck déplore le fait que les conversations sur l’éco-responsabilité qui ont lieu actuellement dans l’église soient en retard d’environ cinq ou dix ans sur la plupart des scientifiques et des amoureux de la nature.

« Nous devons montrer la voie en matière de préservation du reste de la planète et montrer comment nous pouvons faire une différence dans le domaine de la durabilité et de la santé en allant à l’extérieur, » a ajouté John Rorabeck, membre de l’église de New Hope à Fulton dans le Maryland dans la Fédération de Chesapeake aux États-Unis. De nombreuses études montrent que « passer du temps dans la nature, [en plein air et au soleil], et même regarder des images de la nature ou écouter des sons de la nature, peuvent avoir un impact positif sur la santé des gens, » a-t-il dit.

Cela s’étend même à la santé spirituelle. « La connexion avec la création que Dieu a faite nous ramène clairement à Celui qui nous a créés, » a dit John Rorabeck. « Plus nous nous connectons à ce que Dieu a fait, directement depuis la source, plus nous apprendrons à connaître Dieu. »

John Rorabeck, qui a étudié la religion et le leadership des jeunes basé sur l’aventure, considère qu’il est important de cultiver une appréciation pour la création. « En tant qu’éducateur, je suis capable, pour citer Ellen White, ‘d’expliquer que si Dieu prend tant de soin des arbres et des fleurs, il s’intéressera d’autant plus aux créatures formées à son image’ » (Le Foyer Chrétien, p. 223).

Si vous voulez prendre soin de cette terre, apprenez à vivre sur cette terre en ayant un impact minimal, a poursuivi John Rorabeck. Fermez le robinet lorsque vous vous brossez les dents. Éteignez les lumières après avoir quitté une pièce. Restez sur les sentiers tracés lors des randonnées. Ne jetez pas de déchets n’importe où et nettoyez vos articles pouvant être recyclés avant de les jeter. Ce sont quelques façons de prendre soin du monde dans lequel nous vivons.

Il a ajouté : « La façon dont nous traitons la création montre ce que nous pensons du Créateur. La façon dont nous agissons envers la nature montre notre vraie nature. »

Un appel à ceux qui sont appelés à gérer la Terre

Olive Hemmings, professeure au Département de Religion à l’Université Adventiste de Washington à Takoma Park, dans le Maryland, confie que le Psaume 8 (et le récit de la création dans la Genèse) « exprime des louanges envers Dieu qui a fait l’humanité de peu inférieur à Dieu, et lui a donné la domination sur les œuvres de ses mains. Être créé à l’image de Dieu, c’est aimer et prendre soin comme Dieu aime et prend soin de la création. »

Elle ajoute que le péché a entaché la création et que la malédiction dans Genèse 3:14–19 est une description de ce qui se produit suite à la transgression humaine. « Au lieu d’être des intendants et de ceux qui prennent soin les uns des autres selon l’ordre de la création, l’humanité a eu recours au mode d’existence « de la survie du plus apte. » En bref, la crise environnementale actuelle est symptomatique de la culture du péché – la culture de la domination. Nous vivons dans la compétition entre nous et avec le reste de la création, pillant, nous exploitant et nous opprimant les uns les autres alors que nous luttons pour la domination, comme si nous ne valions pas mieux que les bêtes sauvages. »

Mais, a dit Olive Hemmings, « la terre nous a été donnée pour que nous en prenions soin, pas pour que nous la gâchions pour ensuite l’évacuer. Si nous ne prenons pas soin de cet extraordinaire don que Dieu nous a fait, comment pouvons-nous être de bons intendants dans le ciel ? »


Traduction : Patrick Luciathe

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply