Evangélisation

Témoignage d’un garde du corps militaire

By 20 février 2021 No Comments

9 février 2021 | Diamantino Sawambo | ECHO SID

Rester fidèle aux principes bibliques pendant son service militaire peut s’avérer être l’un des plus grands défis auxquels un chrétien doit faire face en temps de guerre. Le défi est encore plus grand quand on fait partie d’une armée de guérilla. Telle est la situation dans laquelle se trouvait Abraão, également connu sous le nom de « 24 », mais il est resté fidèle à ses principes.

En 1993, à l’âge de 17 ans, Abraão a été recruté dans l’armée. Il était situé dans la ville d’Huambo, en Angola, qui était sous l’occupation de l’UNITA. Après avoir suivi la formation requise, cet ancien résident de la place Calomanda a été placé dans l’unité antichar de la Forças Armadas de Libertação de Angola, désormais disparue, FALA. (Les Forces Armées de Libération de l’Angola) C’était la branche armée de l’UNITA, l’un des plus grands partis politiques en Angola.

À son arrivée, 24 a été nommé garde du corps du chef d’état-major. Être dans le camp comportait ses propres défis et être adventiste du septième jour dans un tel environnement a aggravé le problème. 24 s’est trouvé moqué parce qu’il ne mangeait pas de porc et ridiculisé parce qu’il refusait de travailler le samedi, qui était son sabbat. Cependant, il n’a pas laissé la moquerie le mettre en phase. Déterminé à être «fidèle jusqu’à la mort», Abraão a vécu sa vie comme avant son recrutement. Il est resté fidèle à toutes les valeurs qui lui avaient été inculquées dès son plus jeune âge. Son comportement n’est pas passé inaperçu puisqu’il a rapidement gagné le respect de ses collègues.

À ce moment-là, il ne savait pas que sa vie était devenue un «sermon en chaussures» pour ses collègues et son superviseur. Silencieusement, le chef avait observé la manière dont Abraão menait sa vie, et un incident en particulier aurait une impression durable sur lui. Le chef du personnel a dû partir en France pour une période d’un an et dix mois. Avant son départ, il a laissé des effets personnels sous la garde de 24. Il s’agissait notamment de l’argent et du dentifrice. A son retour, le chef fut surpris de tout retrouver tel qu’il l’avait laissé. Même le tube de dentifrice est resté intact. Ces petits détails seraient le début d’une agitation dans son cœur qui conduisit plus tard à sa conversion.

« Ce qui m’a le plus touché, c’est qu’après un an et 10 jours loin de chez moi, j’ai trouvé l’argent et le dentifrice que je lui ai laissé intacts. Cela m’a incité à rejoindre l’église des 24 », a-t-il avoué. À partir de ce jour, le chef a commencé à donner un peu plus de liberté et à le traiter différemment. Cependant, avec la fin de la guerre en… 2002, les deux se sont séparés.

« Je suis retourné le voir l’année dernière afin de pouvoir m’excuser pour d’éventuels mauvais traitements qu’il aurait pu subir sous moi », a déclaré le chef. Les excuses sont arrivées après que l’ancien chef d’état-major Tito Carlos Lineha soit devenu un adventiste du septième jour par le baptême par immersion le 12 septembre 2009. Il se souvient que tout s’est passé lorsque quelqu’un lui a invité à assister à une conférence biblique, ce qu’il a accepté. Avec plaisir car c’était « l’église des 24 ans. » Tito Lineha est actuellement le premier ancien de la congrégation de Philadelphie, l’une des trois églises adventistes les plus influentes de Menongue. Grâce à son influence, quatre personnes ont accepté le Christ comme leur Sauveur personnel. Il a exprimé comment il participera à l’initiative « J’irai ».

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply