Skip to main content
EducationInternationales

Célébrer 150 ans du système scolaire adventiste

23 juin 2022 | Trevor Lloyd | Adventist Record

Pendant les vacances d’été de 1867 à Battle Creek, Michigan, Edson White, 18 ans, était employé dans la salle des caractères de la maison d’édition Review and Herald. Un après-midi, alors qu’il rentrait chez lui, il rencontra un résident de l’institut adventiste voisin, le « Western Health Reform Institute », qui coupait du bois de chauffage dans le cadre d’un plan de rétablissement de la santé. Il s’agissait de Goodloe Bell (1832-1899), 35 ans, qui salua joyeusement l’adolescent et s’arrêta pour une conversation amicale. (1) De cette brève conversation, de grandes choses allaient suivre. (2)

Ils se reparlèrent de temps à autre et Edson apprit que Bell était instituteur. Le jeune homme fit alors savoir qu’il n’appréciait pas l’étude de la grammaire, l’une des matières principales de l’époque, dans son école habituelle.

Bell a répondu promptement par : « La grammaire peut être l’une des études les plus intéressantes au monde — si elle est bien enseignée. »

« Voulez-vous enseigner à quelques-uns d’entre nous ? » a répondu Edson.

« Oui », a répondu Bell. « Venez nous voir un jour. »

Quelques jours plus tard, on frappa à la porte de Bell, et plus d’une douzaine de jeunes gens enthousiastes voulaient le voir.

On ne nous dit pas quels termes grammaticaux ont été abordés à cette première occasion ; cependant, nous savons qu’en peu de temps, des cours du soir ont été organisés pour les jeunes travaillant à la maison d’édition et qu’ils ont été enthousiasmés par les compétences pédagogiques de leur nouveau professeur.

Il s’est avéré que Bell, qui a été baptisé la même année, croyait qu’il était destiné à utiliser ses dons d’enseignant au sein de l’Église adventiste du septième jour. C’est dans cet esprit que, peu après sa conversation avec Edson White, il déménage avec sa famille à Battle Creek. Là, pendant un certain temps, il a été soutenu par les frais de scolarité et, plus tard, par l’église de Battle Creek. (3) Puis, un changement historique s’est produit.

Répondant à l’invitation du comité qui dirigeait l’école de Bell (4), la Conférence générale de l’Église adventiste du septième jour décida d’assumer la responsabilité de la conduite de cette entreprise éducative pionnière. L’intention immédiate était de « fournir une instruction dans toutes les branches de l’éducation » pour les enfants et les jeunes de la région immédiate. Cependant, l’objectif à plus long terme était d’équiper les diplômés de cette toute première école officielle de l’église pour « l’avancement de la cause ». (5)

Un début remarquable entre les mains d’un enseignant dédié

Doté d’un bâtiment à deux étages (pour les classes en bas et les logements en haut), Bell a ouvert une école le 3 juin 1872, avec 12 élèves inscrits dans les classes élémentaires et secondaires. En outre, une « classe de grammaire [était] organisée de manière à venir à une heure telle que de nombreux employés de bureau [pouvaient] y assister » (6).

Cela signifie que, à partir du 3 juin de cette année (2022), nous pouvons regarder en arrière avec gratitude et un respect durable sur 150 ans de ce qui est certainement l’une des entreprises d’éducation pionnières les plus réussies des temps modernes. Sous la bénédiction de Dieu, ces 12 élèves enthousiastes et leur enseignant intrépide et dévoué, travaillant dans une seule salle de classe, sont devenus, de nos jours, 2 023 844 élèves et 113 638 enseignants, travaillant dans 9419 écoles — ce qui constitue le plus grand système scolaire protestant au monde. (7)

Comme indiqué, à l’époque, au milieu de l’été 1872, l’intention était de passer à un programme de formation des travailleurs. L’engagement à fournir une scolarité continue, parrainée par l’église, pour les enfants et les jeunes de la famille adventiste mondiale a dû attendre 27 ans de plus.

À la fin de l’année civile 1873, l’école de Bell s’orientait, comme on pouvait s’y attendre, vers la formation de jeunes hommes désireux d’exercer un ministère évangélique au sein de l’Église naissante. On leur demandait instamment de « quitter leurs fermes, leurs ateliers et leurs salles de classe et de se préparer à l’œuvre du Seigneur ». Uriah Smith, qui travaillait déjà comme rédacteur à la maison d’édition Review and Herald, devait donner une conférence chaque jour (8).

Des locaux plus spacieux étant nécessaires, l’année suivante, un terrain fut acheté à Battle Creek et la construction commença. (9) Le Battle Creek College était prêt à recevoir ses 100 premiers étudiants en formation dès le début de l’année 1875.

Un développement monumental mené par la Division du Pacifique Sud

Après le lancement réussi du Battle Creek College, l’expansion de l’Église en Amérique et au-delà a conduit, dans les années 1880 et 1890, à l’ouverture de six collèges de formation de travailleurs aux États-Unis et d’un nombre total similaire en Australie, en Afrique, en Europe et en Amérique du Sud. Entre-temps, bien qu’il y ait eu plusieurs écoles confessionnelles de courte durée gérées par des familles adventistes sérieuses, aucune responsabilité n’avait été prise aux niveaux officiels pour la fourniture continue d’écoles pour les enfants dans l’Église. (10) Et cela devait continuer jusqu’aux dernières années du dix-neuvième siècle. Le progrès s’est produit d’une manière intrigante.

Le changement était « le fer de lance », comme le dit l’historien de l’Église Arthur Spalding, depuis l’Australie. Et, ce n’est pas un hasard, cela s’est produit alors qu’Ellen White vivait dans cette partie du champ mondial (1891-1900). (11)

L’ouverture de l’école de formation des ouvriers d’Avondale, dans une zone rurale de Cooranbong en 1897, a été un événement marquant pour l’Église et la réalisation d’un bon nombre des espoirs et des objectifs d’Ellen White pour la philosophie et la pratique de l’éducation adventiste. L’école devait être fondée sur la Bible, offrir un équilibre entre le développement physique, mental et spirituel, mettre l’accent sur l’agriculture et d’autres activités industrielles, et combiner l’excellence académique avec une vision ardente du service missionnaire. Ce travail ayant été accompli de manière significative, il était temps pour l’Église de « renforcer [ses] pieux » et « d’allonger [ses] cordes » dans une nouvelle direction. (12)

Le fait qu’Ellen White n’ait pas parrainé les écoles confessionnelles aux niveaux officiels de l’Église ne doit pas être interprété comme une indication du peu d’importance qu’elle accordait à l’éducation pendant les années de formation. Dans son premier témoignage sur « l’éducation appropriée » (1872), elle soulignait le rôle vital des parents, qui devaient passer beaucoup de temps avec leurs enfants « en plein air, parmi les fleurs qui s’épanouissent et les beaux paysages de la nature ». (13)

Puis, dans son discours d’ouverture de l’école d’Avondale, le 28 avril 1897, Ellen White « raconta comment, depuis des années, Dieu avait attiré son attention sur l’importance des écoles d’église ». (14) Cette parole allait bientôt être relayée dans l’Église mondiale.

A la fin de l’année 1898/1899, une réunion de camp adventiste fut convoquée au pied levé à Hamilton, un faubourg de Newcastle situé à proximité de Cooranbong, et Ellen White était l’un des orateurs prévus. Au cours du camp, des réunions fructueuses furent organisées chaque jour pour les enfants des campeurs et pour les enfants des parents intéressés vivant à proximité. Nous pouvons lire aujourd’hui une description assez détaillée de ce qui s’est passé lors de ces réunions et du rôle qu’elles ont joué dans l’expansion de l’éducation adventiste. Un rapport a été rédigé et inclus dans le sixième volume de Testimonies. (15)

Ellen White n’a pas tardé à réagir au succès de ces réunions d’enfants et a poursuivi en conseillant : « La bonne graine semée dans ces réunions ne doit pas être laissée à l’abandon par manque de soins. » Elle a ensuite préconisé que, « là où il y a une église, des écoles soient établies s’il n’y a pas plus de six enfants à fréquenter ». Et elle avait le monde entier en vue : « C’est le travail à faire en Amérique, en Australie, en Europe, et partout où des sociétés sont amenées à la vérité… La salle de classe est aussi nécessaire que le bâtiment de l’église ». (16)

On ne nous dit pas qu’Ellen White a réellement vu de ses propres yeux ces réunions pour enfants au camp d’Hamilton ; cependant, il est captivant de penser à la servante de Dieu traversant le terrain de camping, entrant dans la tente des enfants et regardant les dirigeants raconter des histoires de la Bible tandis que les enfants suivent avec intérêt. Qu’elle ait vu ou non ces enseignants talentueux en action, il est évident qu’elle a été impressionnée par le fait que le temps était venu de conseiller aux églises adventistes du monde entier de mettre en place ce niveau fondamental du système scolaire de l’Église. Bientôt, pays après pays, ils commencèrent à s’étendre dans les zones provinciales et rurales. Des écoles secondaires et des académies allaient suivre.

Avec ce nouveau conseil sur la mise en place généralisée d’écoles élémentaires/primaires ajouté au travail modelé à l’école d’Avondale, il y avait une bonne raison pour Arthur Spalding de noter que « l’Australasie allait devenir pour un temps le leader de la réforme et de l’expansion de l’éducation ». (17)

Une armée bien entraînée pour une cause longtemps attendue

En tant qu’héritiers d’un système scolaire ordonné par le ciel et mis en place il y a un siècle et demi, nous avons une responsabilité privilégiée. Nous avons l’occasion, de temps à autre, de contribuer au maintien d’installations et de ressources scolaires de premier ordre, de « prendre l’œuvre scolaire à bras le corps et d’en faire ce que le Seigneur désire qu’elle soit “18.

Certains d’entre nous, en tant que membres du personnel de l’un de ces centres d’apprentissage, peuvent travailler à en faire un modèle de philosophie, de pratique et de témoignage éducatif centré sur le Christ.

Quant aux étudiants de l’une de ces écoles, ils peuvent être des recrues de l’armée ‘bien formée’ de jeunes travailleurs qui doivent porter ‘le message d’un Sauveur crucifié, ressuscité et qui vient bientôt’ à un monde affligé par ‘la souffrance, la tristesse et le péché’. 19

À l’heure actuelle, les pionniers qui se trouvent déjà dans les rangs peuvent se tourner vers les étudiants adventistes stratégiquement positionnés dans les villages, les villes et les villages de toutes les régions, de tous les pays — une armée de deux millions de personnes — pour qu’ils se joignent à eux afin de témoigner, là où ils se trouvent, de la provision de l’Évangile déjà faite pour chacun de leurs voisins dans leur coin de la terre.

Maranatha (le Seigneur vient).


Cet article est basé sur un extrait du nouveau livre de dévotion ‘Listening in the Morning’.


Références :

  1. L’histoire est racontée en Goodloe Harper Bell, Pioneer Seventh-day Adventist Christian Educator, thèse de doctorat présentée à l’université Andrews, 1982, par Allan Lindsay, pages 55 et suivantes.
  2. Certaines parties de cet article sont adaptées de Trevor Lloyd, Listening in the Morning (Warburton, Vic.: Signs Publishing Company, 2022), pages 83-88.
  3. Voir A W Spalding, Captains of the Host (Washington, DC : Review and Herald, 1949), pages 442 et suivantes.
  4. Voir E M Cadwallader, ‘It began in Battle Creek,’ Journal of Adventist Education, Octobre-Novembre, 1972, page 5.
  5.  ‘The Proposed School,’ Advent Review and Sabbath Herald, May 7, 1872, page 168.
  6. ‘The S.D.A. School,’ Advent Review and Sabbath Herald, June 11, 1872, page 204. See, as well, E M Cadwallader, “It began in Battle Creek,” page 5.
  7. Statistiques de l’Église adventiste mondiale du septième jour, 2021, Rapport statistique pour 2020, page 91.
  8. “The School and the Lectures,” Advent Review and Sabbath Herald, December 23, 1873, page 16.
  9. En choisissant cet emplacement, le Comité de la Conférence générale a choisi d’aller à l’encontre des conseils d’Ellen White, qui avait préconisé un site rural permettant la formation en agriculture et autres ‘entreprises industrielles’. L’achat initial à Battle Creek portait sur treize acres ; toutefois, ce chiffre a été réduit par la vente de six acres pour des lots de logements. Voir A W Spalding, Captains of the Host (Washington, DC : Review and Herald, 1949), pages 445 et suivantes ; et A L White, ‘Ellen G. White and Adventist Education,’ Journal of Adventist Education, Octobre-Novembre, 1972, page 6.
  10. Voir, par exemple, A W Spalding, Captains of the Host, pages 652-661. Le Battle Creek College a commencé à former des enseignants en 1896-97.
  11. Ibid, page 647.
  12. La citation est tirée d’Ésaïe 54:2 : ‘Élargis l’espace de ta tente ; Qu’on déploie les couvertures de ta demeure : Ne retiens pas ! Allonge tes cordages, Et affermis tes pieux !’ (LSG) Dans les temps anciens, les personnes menant une vie nomade vivaient généralement dans des tentes faites de tissu ou de peaux d’animaux reposant sur des cordes tendues entre des piquets enfoncés dans le sol. Pour ajouter de l’espace sous la tente, il fallait enfoncer des piquets plus lourds dans la terre et ajouter des cordes plus longues.
  13. Ellen G White, Testimonies for the Church (Mountain View, Ca. : Pacific Press Publishing Association, 1948, Volume 3), page 137. Dans ce même témoignage, il était conseillé que ‘les parents soient les seuls enseignants de leurs enfants jusqu’à ce qu’ils aient atteint l’âge de huit ou dix ans’. Trente-deux ans plus tard, après son retour d’Australie, Ellen White s’est installée dans sa nouvelle maison, ‘Elmshaven’, à St Helena, en Californie. Là, avec une école d’église disponible, rattachée au Sanitarium de St Helena, Ellen White a développé davantage la question de l’entrée en âge scolaire. Elle fit savoir que des écoles d’église devraient être disponibles pour les jeunes enfants et que les parents devraient avoir la possibilité de choisir d’éduquer leurs enfants à la maison ou, s’ils ne sont pas en mesure de gérer une telle situation, d’avoir leurs enfants dans une école d’église. A L White, Ellen G White: The Early Elmshaven Years, Volume 5, 1900–1905, (Washington, DC : Review and Herald Publishing Association, 1981), pages 313–317.
  14. A L White, “Ellen G. White and Adventist Education,” Journal of Adventist Education, October-November, 1972, page 11. 
  15. Ellen G White, Testimonies for the Church (Mountain View, Ca.: Pacific Press Publishing Association, 1948, Volume 6), pages 106,107.
  16. Ibid, pages 107-109, 199.
  17. A W Spalding, Captains of the Host, pages 646, 647.
  18. Ellen G White, Counsels to Parents, Teachers and Students (Mountain View, Ca.: Pacific Press Publishing Association, 1913), page 167.
  19. Ellen G White, Education (Mountain View, Ca.: Pacific Press Publishing Association, 1903), page 271.

Abonnez-vous au BIA par Telegram.

Recevez les dernières informations sur votre portable sur le canal Telegram @adventisteorg ou flashez ce code :

Abonnez-vous au BIA par e-mail. C’est gratuit !

Flashez le code ou suivez ce lien puis introduisez votre adresse e-mail. Ensuite, confirmez l’abonnement par e-mail.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB
Share This

Partagez

Partagez avec vos amis