Actualités Religieuses

La Russie condamne trois Témoins de Jéhovah à six ans de prison

05 août 2021 | Humans Rights Without Frontiers

Un tribunal de district de la ville de Rostov-sur-le-Don, dans le sud de la Russie, a condamné jeudi trois Témoins de Jéhovah à six ans de prison pour extrémisme, a indiqué l’organisation religieuse au Moscow Times dans une déclaration envoyée par courrier électronique.

Alexander Parkov et Arsen Avanesov ont été condamnés à six ans et demi, et Vilen Avanesov à six ans de prison. Tous trois avaient plaidé « non coupable ».

En 2017, la Cour suprême russe a déclaré la dénomination chrétienne extrémiste et a interdit toutes ses activités. Depuis cette désignation, 51 adeptes sont actuellement en prison, 33 ont été condamnés à une peine de prison et 34 restent assignés à résidence, selon le site Internet des Témoins de Jéhovah en Russie.

Le porte-parole de l’Association européenne des Témoins de Jéhovah, Yaroslav Sivulsky, a qualifié les condamnations pour extrémisme de « sans fondement ».

« Puisque la Cour suprême n’a pas interdit de professer la foi des Témoins de Jéhovah individuellement ou en communauté avec d’autres, l’interdiction s’applique exclusivement aux entités juridiques, mais pas à la foi elle-même », a-t-il déclaré dans le communiqué.

L’activité extrémiste comprend « la propagande de l’exclusivité, de la supériorité ou de l’infériorité d’une personne sur la base de son appartenance sociale, raciale, nationale, religieuse ou linguistique ou de son attitude à l’égard de la religion », selon les termes de l’arrêt de 2017.

La persécution des Témoins de Jéhovah par les autorités russes est sans fondement, puisque la Cour suprême n’a pas interdit de professer la foi des Témoins de Jéhovah individuellement ou en communauté avec d’autres personnes. L’interdiction s’applique exclusivement aux personnes morales, mais pas à la foi elle-même.

Rachel Denber, directrice adjointe de la division Europe et Asie centrale de Human Rights Watch, déclare :  » Ces hommes n’auraient jamais, jamais dû passer une minute en prison, et pourtant ils sont enfermés depuis deux ans. Il n’est jamais trop tard pour que les autorités russes mettent fin à ces arrestations, libèrent les témoins de Jéhovah qui sont derrière les barreaux, arrêtent ces procédures pénales et annulent les condamnations qui ont déjà eu lieu. »

Sir Andrew Wood, ancien ambassadeur du Royaume-Uni en Russie (1995-2000), déclare : « Plus de deux ans de détention provisoire avant un verdict d’extrémisme pour trois Témoins de Jéhovah, c’est déjà une injustice. L' »extrémisme » en Russie est un acte d’accusation prononcé par diktat, qui désigne un certain nombre d’organisations, dont les Témoins de Jéhovah. Il n’a pas de définition crédible. Il est assorti de sanctions sévères. Les personnes qui restent fidèles à leurs convictions sont particulièrement exposées à sa cruauté. Son but est la répression et non l’exercice de la justice ».

Tatyana Moskalkova, Médiatrice pour les droits de l’homme en Fédération de Russie, se référant au nombre croissant d’affaires pénales contre des croyants, a déclaré dans son rapport au Président de la Russie : « Ces événements font réfléchir à l’existence d’un conflit entre le droit constitutionnel de professer sa religion individuellement ou conjointement avec d’autres et les signes d’activité extrémiste, spécifiés dans l’article 282.2 du Code pénal de la Fédération de Russie. […] Les critères vagues permettant de classer les documents religieux comme extrémistes sont inacceptables, alors que pratiquement n’importe quel juge fédéral peut, à sa propre discrétion, interdire n’importe quel livre, image, enregistrement vidéo ou audio. »


Note de la rédaction : Les articles publiés sous la rubrique “Actualités religieuses » proviennent de sources extérieures à l’Église adventiste du septième jour. BIA-ANN propose ces articles à titre d’information uniquement et n’engage pas l’Église adventiste du septième jour.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply